Lettre à celui qui m’a traitée comme une option

Trouver les bons mots pour écrire une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

Il est toujours difficile de tourner la page d’une histoire d’amour à laquelle on a cru. Un chagrin d’amour ne se surmonte pas en un jour, et les sentiments ne s’évaporent pas non plus en quelques heures. Certaines ruptures dévoilent le vrai visage de l’autre. Elles font réaliser à quel point la relation était déséquilibrée, combien l’amour peut rendre aveugle, empêchant de voir les manquements de l’autre. C’est votre cas ? Vous venez de vivre une séparation et vous réalisez que l’homme avec qui vous étiez n’est en fait pas celui que vous croyiez. Il est décevant, mesquin, blessant. Vous comprenez que vous n’avez jamais été une priorité pour lui, que vous n’aviez pas une vraie place dans sa vie. Vous éprouvez le besoin de dire ce que vous avez sur le cœur ? Voici un modèle de lettre à celui qui m’a traitée comme une option pour vous aider à y voir plus clair.

Lettre à celui qui m’a traitée comme une option

Toi et moi, c’est comme si cela n’avait au final jamais vraiment existé. Cela n’a pas compté pour toi, ou si peu. Cela me fait mal de le réaliser mais c’est la vérité.

Avec le recul, je comprends maintenant que nous n’avions pas du tout la même vision de notre relation, si on peut d’ailleurs l’appeler ainsi. Quant à parler d’histoire d’amour, je crois que tu ne l’as jamais envisagée de cette manière.

J’ai été bête, dupe, naïve. Comment ai-je pu ne rien voir ?

Il est inutile et vain aujourd’hui de m’autoflageller, de m’en vouloir. Et puis, je ne suis pas responsable de tes mensonges et de tes manquements.

Je me dis que si je n’ai pas compris avant, c’est parce j’étais aveuglée par mes sentiments. Contrairement à toi, j’ai toujours été sincère avec toi.

Alors oui, tu pouvais te montrer distant, moins investi, moins présent. Je l’acceptais car je ne voulais rien précipiter et la dépendance affective est quelque chose que je fuis. Cela ne me ressemble pas.

Et pourtant avec toi, je me suis fait avoir. Es-tu un manipulateur ? Un pervers narcissique ? Un joueur, un séducteur ?

Peut-être que je n’étais tout simplement qu’un numéro de plus sur ton tableau de chasse et que tout cela n’était qu’un jeu de séduction pour toi, un passe-temps sans importance.

Quand je réalise à quel point tu m’as traitée comme une option, je me dis que c’est sûrement ça. Tu n’as jamais été amoureux, investi et tu as fait semblant de vouloir t’engager dans une relation suivie avec moi.

Mais plutôt que d’assumer ton envie d’un coup d’un soir, d’une relation sans prise de tête, tu as préféré mentir, me baratiner.

Evidemment, si tu m’avais proposé « ça te dit qu’on couche ensemble mais on n’est pas vraiment ensemble ? », je n’aurais pas accepté.

Alors ton approche est différente et je suppose qu’elle est bien rodée. Tel un prédateur, tu fonds sur ta proie. Tu fais semblant d’être intéressé, sérieux, sincère et de vouloir autre chose qu’une aventure d’une nuit.

La relation semble démarrer peu à peu, doucement mais sûrement, mais en fait il n’en est rien.

Pour toi, elle n’est que la succession de moments passés ensemble sans corrélation les uns avec les autres. Tu ne fais pas le lien, tu passes un moment plus ou moins intime et tu l’oublies ensuite. Construire quelque chose, ce n’est pas ton envie. Mais plutôt que de l’avouer, tu mens, tu joues, tu triches.

Tu m’as traitée comme une option donc, comme la dernière de tes priorités, comme une femme que tu ne considères pas. Même notre séparation s’est faite lâchement. Le ghosting ne doit pas avoir de secrets pour toi !

En fait, tu séduis, tu prends, tu consommes puis tu jettes. Parce que tu te lasses, parce que c’est un jeu, parce que tu as besoin de plaire à tout prix ?

Je ne comprends pas ce besoin de laisser l’autre avoir des sentiments, une envie, un espoir quand on se fout totalement de ses émotions. Tu n’as jamais considéré nos moments passés ensemble comme le début d’une relation. En fait, tu n’as jamais laissé de chance à notre histoire d’en devenir une. Le mot couple ne s’applique pas à nous.

Seulement, moi je t’ai cru, respecté et je commençais certainement à t’aimer. Aujourd’hui, je réalise mon erreur et je suis soulagée d’avoir compris. De t’avoir démasqué avant de tomber vraiment amoureuse et de souffrir.

J’espère que la roue tournera. Je crois au karma, le temps se chargera de toi pour te mettre face à tes mensonges et ta manipulation. Ce jour-là, peut-être que tu comprendras. Mais il te faut d’abord réaliser qu’un homme, un vrai, ne se comporte pas comme ça. 

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :).

⮯ Vers les commentaires

Laisser un commentaire