On couche ensemble mais on n’est pas vraiment ensemble

Dites-le avec une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

On couche ensemble mais on n’est pas vraiment ensemble… Combien de fois avons-nous entendu cette phrase autour de nous récemment ? Qui parmi nous n’a pas une amie, un proche qui vit ce genre de relation ? L’un de nous peut-être d’ailleurs ! La société actuelle semble prôner la multiplication des aventures légères, les rapports charnels comme la seule chose qui compte. Est-ce un besoin, de la curiosité, une envie ? Est-ce « malgré nous » ? Une question de vécu, d’expériences, de solitude affective ? Ce qu’on sait, c’est que ça fait partie des mœurs, des mentalités d’aujourd’hui. Pas d’engagement et le plaisir avant tout. On fuit l’idée de couple et tout ce qui va avec, un piège, une contrainte. Cela conditionne de plus en plus les comportements amoureux ou plutôt non-amoureux actuels. On couche ensemble mais on n’est pas vraiment ensemble, voici un témoignage.

On couche ensemble mais on n’est pas vraiment ensemble : témoignage

« Je sais ce que vous allez me dire, il me suffisait de dire non, de ne pas céder, d’ériger d’emblée des barrières au premier rendez-vous. Bref, de ne pas craquer comme on dit. Mais ça a été le cas. Ce n’est pas un « vulgaire » premier rendez-vous qui finit sous la couette. Non. C’est au fur et à mesure que ça a glissé uniquement vers ça.

 C’est si facile aujourd’hui pour beaucoup de dire, de se vanter même du fameux « on couche ensemble mais qu’on n’est pas vraiment ensemble ».

Sauf que moi, je n’avais pas imaginé cela. De l’extérieur, on peut me taxer d’être une femme facile mais ce n’est pas ainsi que les choses se sont passées. Alors oui c’est vrai, je partage avec cette homme mon intimité alors que je ne peux pas vraiment dire que nous sommes ensemble, que nous sommes un couple. Mais ce n’est pas pour autant que je me suis donnée à lui sans réfléchir.

J’ai juste la sensation d’avoir été dépassée par la situation, c’est quelque chose qui vous échappe. Je me suis découverte une patience que je ne soupçonnais pas, j’ai mis en avant le plaisir, le désir partagé, pensant que cela amènerait à autre chose. Et pourtant, la relation stagne, elle n’évolue pas.

Je sais qu’il n’y a rien de très original dans ce que je suis en train de partager.

Des hommes et des femmes qui couchent ensemble mais qui ne sont pas vraiment ensemble, il y en a des tas et tout le monde n’en fait pas un cas de conscience.

 Pourquoi en est-on arrivé là ? Je ne sais pas. Les aventures, les histoires d’amour sans amour, bref qui n’en sont pas, cela a toujours existé et on ne va pas se mentir c’est devenu monnaie courante.  Ce n’est pas que je suis tombée dans le piège, c’est, je crois, que j’avais l’espoir que ce serait différent.

On couche ensemble mais on n’est pas vraiment ensemble, le mot d’ordre est de partager du bon temps.

Le plaisir, du désir, parfois même des confidences et des fous rires mais c’est comme si la relation n’avait jamais vraiment démarré. Comme s’il y avait des mots interdits, « couple, relation, engagement », comme s’il y avait des choses qu’on ne pouvait pas faire ensemble, « sortir, avoir une vie sociale, se projeter ».

 Je ne sais pas pourquoi j’ai laissé les choses traîner ainsi. Est-ce que ça me convenait inconsciemment ?

Je sais très bien au fond de moi que ce n’est pas ce que je veux. Au contraire, ce que je veux c’est tout partager avec un homme, pas seulement des moments cachés.

Perdue dans cette relation qui n’en est pas une, qui ne me convient plus mais dont je n’arrive pas à sortir parce que j’ai l’impression que si j’arrête, il ne me restera plus rien. Ou peut-être ai-je l’impression que je ne mérite pas mieux ?

C’est perturbant d’être consciente de vivre une relation qui ne nous convient pas, un simulacre de relation, de savoir qu’on ne se fait pas du bien mais de rester. Je donne raison à un système relationnel et sentimental en vogue mais pour lequel je ne suis pas d’accord.

Je crois que j’ai tellement peur eu d’être has-been, de finir seule avec le spectre de la solitude affective devant moi que je me suis fourvoyée. A défaut de pouvoir vivre une histoire d’amour, on se contente des miettes.

Alors est-il trop tard aujourd’hui pour taper du poing sur la table, pour agir ?

Vaut-il mieux tout arrêter ?

Je ne suis pas sûre que notre relation puisse prendre une autre direction.

Au début, ne pas avoir à se poser de questions, ne pas se mettre de pression de savoir si ça allait marcher ou pas m’a permis de me laisser porter dans l’insouciance et la légèreté. Seulement, ça, ce n’est pas moi, ça, ce n’est pas ce que je veux pour ma vie amoureuse.

Aujourd’hui la situation ça me fait du mal.

Si certains y trouvent leur compte, revendiquent ces relations « sans prise de tête » comme la seule option possible dans leur vie personnelle, soit. Moi j’ai essayé et je n’en veux plus.

Lire aussi : Les relations de nos jours

 Beaucoup n’envisagent pas de passer à autre chose, de partager vraiment, de construire, de se projeter dans une vie de couple. Cette fameuse peur de l’engagement revendiquée comme une véritable phobie pour se justifier alors qu’en fait il s’agit juste d’égoïsme, ou de manque d’envie ; pas de peur.

Dans mon cas, je ne lui en veux pas mais aujourd’hui je veux vivre plus que ça. Je ne vais ni le supplier ni lui poser un ultimatum, non rien de tout ça. J’ai juste envie de me retrouver, de laisser mes véritables sensations et émotions me définir de nouveau, mes envies profondes pour me recentrer sur ce que je veux vraiment. 

Je doute qu’il veuille partager autre chose avec moi, plus que des ébats sous une couette quelques heures par semaine.

Non, je ne m’attends pas à une déclaration d’amour, je ne m’attends à rien de sa part, je vais juste mettre les choses à plat.

Mais je n’ai pas envie d’avoir des regrets, quel intérêt ? J’ai juste envie de tourner la page, de passer à autre chose suite à cette prise de conscience.

Si je témoigne de cette réalité, de ce fameux « on couche ensemble mais on n’est pas vraiment ensemble », c’est pour dire que ça peut arriver à tout le monde.

Selon le vécu, le célibat, la solitude affective ressentie, il y a un moment où l’envie de tendresse, le désir prend trop de place et on a envie de se laisser vivre, de lâcher prise.

Pour moi, ça n’aura été que le temps d’une étape, pour faire le deuil d’autre chose, pour me recentrer, me retrouver. Si vous vivez cela aujourd’hui mais que vous sentez que ce n’est pas pour vous, ne vous en voulez pas, ne culpabilisez pas. C’est peut-être tout ce dont vous aviez besoin à l’instant T, quand c’est arrivé.

Le seul conseil que je peux donner, c’est de ne rien faire contre votre gré, de ne pas vous forcer par peur d’être seule ou parce que vous vous croyez indigne d’être aimée. C’est faux. Alors écoutez-vous,  prenez soin de vous, personne mieux que vous ne sait ce qui vous rendra heureuse. »

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

2 réflexions au sujet de “On couche ensemble mais on n’est pas vraiment ensemble”

  1. Je vis actuellement la même chose suite à un deuil j’ai trouvé avec cette personne des moments de tendresse, des moments de partage, des moments de plaisir, mais aujourd’hui je suis rentré dans une spirale où je souhaiterais plus mais il ne veut rien car il ne veut pas s’engager ne veux pas que je sois une relation pansement. J’en souffre un peu …

    Répondre
    • Bonjour Aurélie,
      C’est normal que vous en souffriez, quand les attentes des deux partenaires ne sont pas similaires, c’est toujours compliqué. Réfléchissez à ce que vous voulez et à ce que vous êtes capable d’endurer car peut-être mieux vaut mettre un terme à la relation (même si cela sera difficile au début) plutôt que de vous embourber dans des sentiments naissants qui risquent de croître et qui vous feront vraiment mal sur le long terme s’ils ne sont pas partagés.
      Courage ♥
      Léa

      Répondre

Laisser un commentaire