Ne fais pas à l’autre ce que tu ne veux pas qu’il te fasse

Dites-le avec une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

Ne faites pas à autrui ce que vous ne voudriez pas qu’on vous fasse. C’est un adage bien connu. En amour, beaucoup semblent l’oublier. Jouer avec les sentiments de l’autre, mentir, trahir, ne plus donner de nouvelles du jour au lendemain… Autant de choses qui ont sans doute toujours existé, mais qui ont l’air d’avoir pris de l’ampleur ces dernières années. Infidélités en tous genres, virtuelle, émotionnelle, physique, jeu du chat et de la souris, perversion narcissique, ghosting. Ces relations sans prise de tête sur lesquelles on colle une étiquette de légèreté et de lâcher prise mais qui ne sont en fait qu’immaturité. Ce n’est absolument pas de l’amour, pas même de l’attachement, mais une porte ouverte à un jeu malsain, à la manipulation, à l’irrespect. Ne fais pas à l’autre ce que tu ne veux pas qu’il te fasse, voilà ce qu’on aimerait que toutes ces personnes retiennent comme leçon de vie.

Ne fais pas à l’autre ce que tu ne veux pas qu’il te fasse

En tant qu’êtres humains, homme comme femme, nous sommes tous dotés des mêmes capacités de réflexion. Mais aussi de la faculté à ressentir des émotions.

Si nous sommes bien entendu différents sur notre façon de ressentir les choses, nos sensations, nos émotions, nos sentiments, nous en sommes tous pourvus.

Certaines personnes ressentiront plus fort les choses que les autres, auront des émotions plus marquées. On parle alors parfois d’hyperémotivité ou d’hypersensibilité, ou encore d’une forte empathie. Mais sans aller jusque-là, disons qu’elles laissent libre cours à leurs émotions, à leurs sentiments. Joie, tristesse, colère, elles l’expriment.

A l’inverse, d’autres personnes sont plus pudiques, plus timides, plus introverties. Elles ont plus de mal à dire ce qu’elles pensent et ressentent, à partager sur leurs émotions.

Nous sommes toutes et tous différents, et c’est tout à fait normal. Mais encore une fois nous avons tous des émotions et des sentiments pour ressentir les choses, et un cerveau et donc une conscience pour réfléchir à nos actes.

Dotées de toutes ces capacités, comment cela se fait-il alors que certaines personnes ne prennent pas en considération leurs émotions et surtout, surtout, celles des autres ?

Il ne s’agit pas là de remettre en question celles et ceux qui ont du mal à partager ce qu’ils ont dans le cœur. Chacun a son passé, son vécu familial et sentimental, plus ou moins marqué, lourd, difficile pour expliquer les choses.

Non, la question se pose au sujet des personnes qui font du mal aux autres, sciemment, en toute conscience.

Qui jouent, mentent, blessent alors qu’elles n’accepteraient pas qu’on les traite ainsi. Qui considèrent que « les choses de l’amour » peuvent être une source d’amusement et de manipulation.

Ces hommes et ces femmes sont des joueurs, des manipulateurs, parfois même des pervers narcissiques. Dans une relation, ils ne savent pas aimer, pas partager, mais juste abîmer l’autre et la relation. Ils se donnent le droit de ne pas être sincères, de mentir, de tromper, de trahir, de partir sans prévenir, bref de ne pas considérer l’autre.

Est-ce pour se venger de l’avoir vécu ? Parce que pour eux, l’amour est forcément un jeu entre dominant et dominé ? Ou par indifférence totale ? Par incapacité à ressentir la moindre émotion ?

Lire aussi : Tu as joué avec mes sentiments : témoignage de Jade

Ne fais pas à l’autre ce que tu ne veux pas qu’il te fasse, c’est une leçon qu’ils n’ont pas apprise.

Pourtant, ils ne le supportent pas pour eux-mêmes. Maniaques du contrôle, insensibles ?

Il existe sûrement autant de raisons qu’il existe de profils de ce type. Mais cela n’aide pas à comprendre pourquoi. De plus en plus de personnes témoignent de relations toxiques, de ne vivre que des histoires sans lendemain, de ne pas trouver l’amour.

Elles se disent déçues, trahies, écœurées même par ce qu’elles ont subi, enduré, vécu. Comme si les relations de nos jours étaient de plus en plus vouées à l’échec, le couple mis en danger par une montée de l’égoïsme frôlant même l’égocentrisme.

Alors est-ce vraiment cela la source du problème ? Un ego surdimensionné ? Un besoin de contrôler, de consommer, qui n’a plus rien de vrai ?

Prendre et jeter ? S’amuser des émotions de l’autre, se moquer de ses sentiments ? Ne pas se sentir concerné et encore moins responsable du mal fait à son partenaire ? Se dédouaner à chaque fois en se disant pour avoir bonne conscience « je ne t’ai rien promis » ?

Oui une relation peut exister sans être une relation de couple suivie, sans sentiments, sans investissement émotionnel. Faire l’amour sans amour n’est pas interdit. Certaines personnes revendiquent ce droit de coucher ensemble sans être ensemble, elles ne veulent pas s’engager dans une relation.

Mais cela doit être consenti des deux côtés. Le problème de fond est là. Sur une personne sincère sur ses intentions d’emblée, sur un homme mature ou une femme mature, combien sont lâches ? Combien mentent, cachent leurs intentions, abreuvent l’autre de belles paroles ? Des dizaines, des centaines et même plus…

Ce sont ces personnes-là qui ne veulent pas s’embarrasser des émotions des autres. Leur mode de fonctionnement, leur mode opératoire même, n’inclut pas l’affect.

On le voit avec toutes ces nouvelles techniques malsaines de séduction qu’on nomme par des anglicismes. La plus connue est le ghosting. Cette façon de disparaître de la vie de l’autre, peu importe la durée de la relation partagée. Ils ne donnent plus de nouvelles du jour au lendemain et cela ne leur pose pas de problème de conscience.

Nous pouvons sérieusement nous demander si ces personnes ont un cœur, si elles sont dotées d’émotions et de sentiments pour agir ainsi… A aucun moment leur sens des valeurs et du respect de l’autre ne semble se réveiller.

Lire aussi : Lettre aux hommes qui ont joué avec moi : je mérite mieux que ça

Vous avez beau leur dire ne fais pas à l’autre ce que tu ne veux pas qu’il te fasse, ça glisse sur eux.

Vous pouvez essayer de les faire réagir, parler, pleurer, crier, cela ne change que rarement les choses.

Se remettre en question ? Demander pardon ? Certains le font, mais la plupart ne s’encombrent pas de cela. Au mieux ils s’excusent pour avoir la paix.

Nous touchons là aux valeurs et aux principes, à la conscience d’une personne, à la compassion et l’empathie, à la sincérité. Et à la place que chacun donne ou non aujourd’hui à l’amour dans sa vie.

Il semble de plus en plus difficile de tomber sur quelqu’un qui partage nos valeurs, qui comprend nos émotions, qui ne joue pas avec nos sentiments. Il faut du temps pour cela, et du temps pour s’apprivoiser. Prendre son temps, là où tout le monde veut aller vite, veut tout, tout de suite, là est le paradoxe.

Ce que nous pouvons vous dire, c’est que si cette personne qui vous a fait du mal, qui vous a traité comme une option, ne s’excuse pas, ne se remet pas en question, alors c’est qu’elle ne vous mérite pas.

Vous méritez mieux que ça, qu’une relation faute de mieux, ne l’oubliez pas ! Ne mettez pas au rabais vos envies et votre sincérité à cause des autres, et ne cherchez pas non plus à vous venger de cette personne en en faisant souffrir une autre.

Conservez votre ligne de conduite et gardez à l’esprit que c’est vous qui avez raison quand vous dites à l’autre « Ne me fais pas ce que tu ne veux pas que je te fasse » !

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :).

⮯ Vers les commentaires

Laisser un commentaire