Infidélité émotionnelle et affective : Témoignage

Comment retrouver la complicité des débuts dans son couple ?

Avec le temps, la relation de couple change. On s'éloigne, on communique moins, on s'engueule. Pourtant on s'aime toujours... Alors comment remettre son couple sur les bons rails et retrouver la complicité et les rires qui nous ont fait tomber amoureux ?

L’infidélité, dans l’esprit de chacun, c’est une question d’intimité, de corps à corps, de plaisir charnel. Quand on évoque l’infidélité dans un couple, c’est tout de suite l’image d’un homme avec sa maîtresse, d’une femme avec son amant dans un lit, à l’hôtel, dans une voiture, bref l’image d’un couple illégitime en pleine faute, en flagrant délit d’adultère physique qui surgit. Tromper, pour la plupart des gens, c’est forcément lié à la sexualité. Et pourtant. Il existe une forme d’infidélité dite émotionnelle qui ne s’accompagne pas obligatoirement du plaisir physique. En voici un témoignage.

Il y a des cœurs infidèles mais des corps qui le demeurent. L’infidélité émotionnelle peut dévier sur autre chose mais ce n’est pas son but premier. Avec nos vies qui deviennent de plus en plus virtuelles, les couples de plus en plus fragiles, l’amour de plus en plus éphémère, cette forme d’infidélité se multiplie. Elle prolifère. Elle s’invite dans la vie des personnes fidèles par ailleurs avec une étonnante et inquiétante facilité. . Comme pour cet homme marié dont le corps est fidèle à sa femme mais la tête et le cœur ont été ailleurs. Voici un témoignage sur l’infidélité émotionnelle.

Témoignage sur l’infidélité émotionnelle et affective :

« Je suis marié depuis plus de dix ans. Jusqu’à elle, jusqu’à ça, je n’ai jamais trompé ma femme, je n’y ai même jamais songé. Comme tous les couples, nous avons nos hauts et nos bas, nos bons et nos mauvais moments, mais jamais je n’ai touché une autre femme. 
Je n’en éprouvais ni besoin ni envie. J’aime ma femme, j’aime la vie que j’ai construite avec elle. 

Je suis heureux, ou du moins je me sentais heureux.

J’ai réalisé qu’on peut l’être en partie sans être totalement épanoui. Qu’on peut être amoureux sans être totalement comblé totalement soi-même. J’ai découvert un manque qui n’était pas lié à une envie de faire l’amour à une autre femme. J’ai découvert un vide émotionnel en moi dont je n’avais même pas conscience.

Lire aussi : Peut-on aimer et tromper ?

Jusqu’à elle, jusqu’à ce que je dise et j’écrive des choses jamais révélées auparavant. Non pas que j’ai des secrets. Mais mes pensées les plus profondes, mes envies les plus folles, mes regrets et mes peurs… Ce qui me définit totalement, je n’en parlais pas. Enfin pas comme ça. Avec autant de liberté. Et ce besoin de me confier. À elle et personne d’autre. Comme si elle était à présent la seule à me comprendre vraiment. 

J’ai conscience que cela place ma femme dans un rôle secondaire. Cela laisse à penser que je n’ai jamais pu tout lui dire, que notre complicité n’est pas suffisante. Je ne sais pas. À vrai dire et jusqu’à ce que ça me tombe dessus, je pensais au contraire être moi-même avec elle. J’ai perdu mes certitudes en quelques semaines.

Elle est entrée dans ma vie comme un tourbillon.

Ou plutôt, elle a réapparu. Elle, l’amie de mes jeunes années, perdue de vue. Elle pour qui un béguin était né, mais sans jamais exister. Je l’avais oubliée. J’avais fait ma vie sans elle et j’étais heureux. Ou n’avais-je qu’enfoui certaines choses ?

Quand une personne que vous avez appréciée ressurgit sans votre vie, portée par le hasard, il y a toujours ce petit moment d’excitation. Cette curiosité de savoir ce qu’elle est devenue. C’est normal, c’est humain. 

Nos retrouvailles n’en sont pas restées à des banalités. Très vite le lien virtuel est devenu quotidien.

Les banalités ont cédé la place aux confidences. Aux aveux. Aux confessions. Je sais qu’il est plus facile de livrer certaines choses par écrit loin du regard de l’autre. On se sent plus libre d’être soi. Pas jugé. 

L’infidélité émotionnelle est née ainsi, sans évidemment que je mette un terme dessus.

Je savais que ce n’était pas normal d’entretenir un tel lien privilégié avec une autre femme que la mienne, qu’il ne s’agissait pas que d’une simple amitié. Mais en même temps, je n’étais pas un homme infidèle au sens strict du terme. 

J’ai lâché prise. En confiance, j’avais besoin de me raconter. Était-ce une thérapie déguisée ? Le besoin de dire à une autre mes peurs et les failles de mon couple ? C’est ainsi que je l’ai vu. Pendant un temps. Mais il ne faut pas se leurrer. Se mentir.

Les émotions sont décuplées dans ce genre d’échange épistolaire, l’imaginaire a un pouvoir immense. Puis la voix. De messages écrits, nous sommes passés aux appels téléphoniques. Erreur fatale. C’est là que le terme d’infidélité s’est invité. Car l’ambiguïté de ce lien s’est révélée. 

J’étais perdu. Je n’avais pas envie de quitter ma femme, mais je ne pouvais pas rompre ce lien avec cette femme qui était comme une part de moi. 

Où se situait ma vérité ? Quels étaient les problèmes que j’avais enfouis si profondément ?

Pourquoi ce n’était pas ma femme qui tenait ce rôle de confidente ? 

Les termes d’ennui et de routine me sont apparus. Était-ce le cas ? S’agissait-il d’un manque ? De sentiments, de désir ? Pourquoi ce besoin viscéral de cette autre ? Pour me sentir vibrant, vivant ? Étais-je égoïste ? Menteur ? Et infidèle ?

Mes émotions me perdaient. Je j’arrivais plus à trouver un sens à tout ça. Était ce juste une phase ? Une question banale de désir ? Était ce aussi trivial que ça ? Pathétique ?

J’étais comme un drogué, un toxico qui avait besoin de sa dose chaque jour. Et ma cam c’était elle. Ses messages, ses mots, sa voix parfois. 

J’allais finir par me perdre, par me détester quand elle a été plus courageuse que moi. Son ultimatum a été mon salut. Elle était trop dépendante de ce nous virtuel, elle avait peur de cet attachement. Elle ne voulait pas vivre sa vie amoureuse par procuration ni avoir le rôle de la maîtresse d’un homme marié. Elle m’a laissé le choix. Se voir ou pas. Mais, dans tous les cas, arrêter ces échanges qui nous perdaient. 

On s’est vus. Une fois. Autant par envie que par besoin de comprendre. J’aurais aimé être déçu, ça n’a pas été le cas. J’ai eu la chance de tomber sur une femme exceptionnelle. Une deuxième. J’en ai déjà une dans ma vie. J’ai enfin pris conscience de mes responsabilités. Je devais réagir. Agir. Pour qu’elles ne souffrent pas, ni l’une ni l’autre, à cause de mon instabilité émotionnelle.

Ce jour-là, alors que le désir semblait le plus fort, j’ai lutté contre le démon de l’infidélité physique.

Je n’ai pas franchi les limites. Je suis parti avant. J’ai choisi. Étrangement, cette infidélité émotionnelle m’a permis de remettre mon couple au centre de mes préoccupations. 

Paradoxalement cette femme m’y a aidé. C’est grâce à elle. Je ne l’ai jamais revue.

Désir fugace ? Amour qui aurait pu éclore ? J’ai préféré laisser de côté ces questions et sauver l’amour déjà présent dans mon existence. Parfois ce lien me manque. Elle me manque oui, d’une certaine façon. Mais je me dis que ce lien serait devenu toxique. Malsain. Source de conflits intérieurs trop grands. 

Le lien s’est rompu. Avec le recul peut-être n’a-t-elle été qu’une façon de me montrer ce qui était important. Je ne sais pas. Je n’aime pas les regrets. Même si je n’ai aucune certitude. Mais j’ai fait un choix et je l’assume.

Si vous me demandez si j’ai été infidèle à ma femme, mon corps vous dira non. Mon cœur hésitera. Mon âme avouera sa faute. J’ai tiré la leçon de tout cela, on ne peut pas lutter contre ses émotions. Juste les accueillir, les accepter et les comprendre pour ensuite prendre le bon chemin. »

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :) Laisser un commentaires.

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire