Lettre de colère : je ne vais pas changer pour toi

5 modèles de lettres de rupture inédites

Vous ne trouvez pas les mots pour écrire une lettre de rupture. Inspirez-vous de ces 5 modèles inédits.

Dans un couple, il faut un équilibre pour que l’histoire fonctionne. Equilibre dans les sentiments et dans l’engagement pris. Mais aussi une réciprocité dans les compromis et les concessions qui sont faits. Quand on choisit une personne, on la choisit dans son intégralité, avec ses qualités et ses défauts, avec son vécu, avec ses valeurs, ses principes, ses peurs. Bien sûr, il faut s’adapter l’un à l’autre mais on ne se met pas en couple avec quelqu’un pour le modeler à sa façon. Sinon, ce n’est pas de l’amour, c’est de la manipulation, de l’emprise, de la malhonnêteté. Le couple doit apporter une valeur ajoutée à votre existence, pas vous enlever votre personnalité, pas vous faire douter de la personne que vous êtes. Dans cette lettre de colère, Anaïs dit clairement à son copain, je ne vais pas changer pour toi. Aimer, ce n’est pas vouloir changer l’autre.

Lettre de colère : je ne vais pas changer pour toi

Théo,

Cette lettre est mon exutoire, c’est le meilleur moyen que j’ai trouvé pour évacuer ma déception et ma colère sans que cela ne se transforme en crise de larmes inutile ou en rage vaine.

Oui je suis déçue, oui je suis en colère après toi. Je n’ai pas voulu voir la réalité en face depuis trop longtemps. Mes sentiments m’aveuglaient sans doute, je me suis voilée la face.

Depuis qu’on est ensemble, j’avais bien remarqué que quelque chose n’allait pas. Seulement, je faisais taire mes craintes, mes doutes et mes exigences. C’est normal, me disais-je, il faut du temps pour faire connaissance, pour comprendre l’autre, pour se sentir pleinement en osmose.

L’alchimie amoureuse peut parfois prendre du temps et ce n’est pas une question de sentiments. Parfois, les sentiments sont là mais ils ne suffisent pas à se comprendre immédiatement.

Mon vécu m’a appris à être patiente, tolérante, à ne pas rejeter en bloc ce qui ne me convient pas d’emblée. Seulement avec toi, je n’ai pas bien évalué la situation.

Je pense que tu es un beau parleur, que tu m’as menti sur ce que tu ressens vraiment et sur tes attentes. Non pas que tu ne veux pas t’engager, mais tu veux me modeler à ton image pour former un de ces couple goal superficiel et ridicule.

En fait, tu ne cherches pas une femme à aimer, tu veux une femme avec qui t’afficher. Une femme parfaite selon tes critères, une femme qui fasse bien sur les photos et devant tes amis.

Mais je ne suis pas ton jouet, je ne suis pas ta marionnette. Il est hors de question que tu décides pour moi de ce que je dois porter, de comment me maquiller, des choses auxquelles je dois m’intéresser, de ce qui peut me faire rire ou pleurer.

Et puis surtout tu n’as pas le droit de me rabaisser, de me faire des reproches ou des critiques en espérant que cela me fera changer.

Lire aussi : Complexe d’infériorité: vouloir changer l’autre

Je ne vais pas changer pour toi, jamais, tu as compris ?

Tu crois qu’en me mettant la pression, tu vas parvenir à me faire douter de moi ? Mais tu n’as rien compris, rien du tout. Est-il normal de vouloir changer l’autre ? Je vais te répondre clairement : NON !

Oui, il est normal de faire des compromis dans un couple, de faire plaisir à l’autre mais non, jamais, tu m’entends, je n’accepterai d’être ton faire-valoir, ta chose.

J’ai mis du temps à comprendre ton petit jeu, à réaliser que tu ne m’aimes pas, que ce que tu aimes, c’est faire ce que tu veux de moi. Mais il n’est jamais trop tard pour ouvrir les yeux et pour dire stop.

Mais aujourd’hui j’ai compris. Tu me fais perdre mon temps et je n’ai plus envie de douter de moi, de te laisser le bénéfice du doute, de te laisser me manipuler.

Parce que c’est ce que tu es, un manipulateur. Mais dommage pour toi, je ne suis pas faible, je ne suis pas fragile, je ne suis pas amoureuse de toi au point de te laisser me faire du mal.

La dépendance affective, l’attachement toxique, la manipulation, ce n’est pas mon genre. Tu as cru pouvoir me contrôler, tu t’es lourdement trompé.

J’espère que tu arrêteras ton petit jeu malsain à l’avenir mais ce n’est plus mon problème. En ce qui me concerne, je n’ai plus rien à voir avec toi.

A toi qui ne me mérites pas, je vais dire une dernière chose. Oublie-moi.

Anaïs. 

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :) Laisser un commentaires.

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire