« Sous son emprise » Témoignage de Rose qui a vécu avec un pervers narcissique

Comment retrouver la complicité des débuts dans son couple ?

Avec le temps, la relation de couple change. On s'éloigne, on communique moins, on s'engueule. Pourtant on s'aime toujours... Alors comment remettre son couple sur les bons rails et retrouver la complicité et les rires qui nous ont fait tomber amoureux ?

Sous son emprise

Un coup de foudre. Voilà comment je résumerai en un mot ce début d’histoire, loin de m’imaginer ce qui m’attendait…

Au premier regard, à peine entrée dans la pièce, j’ai ressenti tant d’émotions ! Impossible ce jour-là de soutenir ton regard, tes beaux yeux bleus me transcendaient, que m’arrivait-il ?

En quelques jours et après des heures d’échanges téléphoniques, nous formions un couple, celui dont j’avais toujours rêvé. Tu étais protecteur,doux et tous le monde t’adorait, j’étais enfin heureuse…. Quelques mois de bonheur intense, trop peut-être, à se demander ce qui pourrait entraver ce bonheur, jusqu’à ce soir de Noël (une date par hasard ?). Sans raison, sans que je comprenne ce soir-là, ton discours changea, je suis passée d’une femme amoureuse à une femme blessée.

Je ne te reconnaissait plus, tes mots étaient blessants, ton ton glacial, aucun affect dans tes propos. Où était donc l’homme souriant que j’avais quitté la veille en me disant je t’aime… Ce jour-là bien sûr ,j’aurais dû comprendre et voir la personne qui se cachait, mais aveugle par l’amour, devenue dépendante de toi, je me suis laissée entraîner dans la spirale destructrice.

Lire aussi : 10 phrases qu’utilisent les pervers narcissiques

Des mois se sont écoulés entre déclarations et revirements de situations, j’étais importante un jour et inexistante l’autre. Tu auras réussi à me faire perdre pieds… N’écoutant que mon coeur ,oubliant la raison ou l’avis de mon entourage, le piège se refermait peu à peu sur moi…j’en ai perdu le sourire.

Une obsession, un sentiment de manque, tu avais réussi ce que tu voulais…J’étais dépendante de toi. Comme tu me l’avoueras par la suite, j’ai été ta victime, ta poupée, ta cible… Utilisant à chaque fois la manière douce pour me faire revenir et en me blessant pour que je reparte. Combien de fois t’ai-je pardonné ? Où trouves-tu des excuses? Je me suis isolée de ma famille, de mes amis, la honte de ne pouvoir te dire non ou de plus retomber dans le piège, je croyais pourtant gérer la situation…. Jusqu’à ce jour où le masque est tombé, j’ai vu ton vrai visage, là, face à moi. Tu m’as balancée sans prendre de gants, mais avec un certain plaisir, ta vérité, ton travail de destruction avec moi était fini. Tu me l’as dit mots pour mots : me voir aller mal te faisait aller mieux.

J’ai encore ce matin des mots qui résonnent dans la tête, j’ai rien vu venir et je croyais pouvoir gérer cela. Malgré mon envie et ma volonté je n’arrive pas à passer au-dessus, tu m’as pris beaucoup de choses et, ce jour-là, le peu d’estime ou de confiance en moi qu’il me restait. Je cherche encore des explications à ton acharnement sur moi, moi qui au début ne voulais que t’aimer et à la fin t’oublier…

Lire aussi : Comment se débarrasser d’un pervers narcissique ?

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :) Laisser un commentaires.

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire