Lettre d’une mère malade à son enfant

Trouver les bons mots pour écrire une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

Devenir maman, c’est un des plus grands bonheurs de la vie. L’amour maternel est un amour inconditionnel. Une mère veut le meilleur pour son enfant. Lui donner des bases solides pour grandir et se construire. Et surtout beaucoup d’amour pour qu’il puisse s’épanouir. Mais il arrive qu’un grain de sable vienne perturber l’engrenage. La vie réserve parfois des épreuves difficiles, douloureuses, injustes. Et alors il n’y a pas le choix, il faut affronter le danger, la peur, les angoisses tout en restant une maman. Mais lorsque la maladie s’immisce, qu’elle vient grignoter votre quotidien, votre santé, votre moral, vos forces peuvent vous abandonner. Et le doute s’insinuer. Est-on toujours une bonne mère, à la hauteur ? Ne fait-on pas souffrir notre enfant malgré nous ? C’est douloureux d’être diminuée et de se dire qu’à cause de nous, notre enfant perd un peu de son insouciance. Même si l’essentiel, c’est de ne jamais oublier à quel point notre enfant nous aime. C’est le sens de cette lettre d’une mère malade à son enfant. Triste mais aussi pleine de résilience, elle est une sublime déclaration d’amour à son enfant.

Lettre d’une mère malade à son enfant

« Mon cœur, mon fils/ma fille,

Tu sais à quel point je t’aime et combien ton bonheur est essentiel pour moi. Depuis ta naissance, tu es ma priorité et tu le demeureras pour toujours. Ce qui compte, c’est que tu sois heureux-se, que tu profites de la vie.

J’ai essayé de faire pour le mieux et j’espère y avoir réussi.

Seulement ces derniers temps, je sais que la vie est moins facile, moins légère pour toi comme pour moi, pour toute la famille et j’en suis désolée.

On ne choisit pas de subir ce genre de choses, de tomber malade. Et je suis profondément désolée de t’imposer cette vie plus difficile qu’avant. Je sais que je n’y suis pour rien mais cela me fait beaucoup de peine de me dire que je t’impose ma maladie au quotidien.

Il ne faut pas que je me sente coupable, je le sais, tout le monde me l’a dit. Mais quand on est une maman, on ne peut s’empêcher de vouloir le meilleur pour son enfant. Et lui faire vivre une telle épreuve n’est évidemment pas une chose que l’on souhaite.

Alors même si ce n’est pas de ma faute, je tiens à te demander pardon pour cette vie parfois un peu moins facile, pour ma fatigue. Je dois parfois mettre ma santé au milieu de tout le reste et j’en suis désolée. Je ne veux pas que tu te sentes délaissé à cause de ça.

Et surtout, le plus important, je ne veux pas que tu aies peur ou que tu penses que c’est de ta faute.

Personne n’est responsable de ce qui m’arrive. La santé est quelque chose de fragile et tout le monde peut tomber malade un jour, mais ce n’est pas grave pour autant. Alors oui ce n’est pas drôle tous les jours, je le sais, mais ne t’inquiète pas. Tout va s’arranger. Je me soigne et je vais tout faire pour aller mieux le plus vite possible, je te le promets.

Lettre d’une mère malade à son enfant

En attendant, je sais que ce n’es pas marrant de ne plus pouvoir faire certaines choses ensemble.

Mais on le refera bientôt. Là, je dois reprendre des forces et je sais que tu comprends. Alors ce que je te propose, c’est qu’on trouve d’autres activités plus calmes que tu aimes faire tous les deux. Et pour tout le reste, on va s’arranger pour que tu en profites avec papa, la famille, tes copains. Et je serai là pour te regarder, t’encourager, te féliciter.

Ce qu’il faut que tu retiennes, c’est que cette maladie ne change pas la maman que je suis pour toi et combien je t’aime. Toi et moi, ça restera toujours pareil.

Et puis je sais que nous sommes forts tous les deux, aussi forts l’un que l’autre tu ne crois pas ? Grâce à cette force, on va traverser sans problème cette période un peu compliquée.

Je te fais la promesse d’être super courageuse. Je resterai à jamais ta maman comme j’ai toujours été. Et si parfois tu me vois triste ou fatiguée, ne t’inquiète pas, comme a dit le docteur, j’ai juste besoin de me reposer un peu pour vite aller mieux.

Grâce à tout l’amour que tu me donnes, à tes câlins et tes bisous, mais aussi à ta joie avec tes rires et tes blagues, la maladie est beaucoup plus facile à supporter.

Alors si parfois tu en as marre, et tu as le droit, je comprends, tu peux m’en parler, je ne serai pas triste ou fâchée. Et je ferai toujours le maximum pour trouver des solutions.

Notre vie est un peu différente de celle de tes copains d’école, je le sais, mais elle est tout aussi belle et elle fait de toi un petit garçon/une petite fille incroyable. Tu es courageux-se, gentil-le, généreux-se, intelligent-e et je suis très fière de toi.

Je t’aime, vers l’infini et l’au-delà !

Maman. »

D’autres articles sur l’amour et la maladie :

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :).

Voir les commentaires

Vous aimez lire sur l'amour ?

Recevez 1 e-mail par mois contenant les nouveaux articles les plus appréciés par la communauté Parler d'Amour

Laisser un commentaire