Parler d'Amour

Amour et maladie : Est-ce possible ?

Amour et maladie : Est-ce possible ?

Auteur

Malade, suis-je digne d’être aimée ? Entre Amour et maladie…

Par Audrey

Aujourd’hui, c’est un jour « sans ». Une journée où il est difficile de rester positive, de relativiser, où le combat me semble trop dur à mener, le fardeau trop lourd à porter. C’est un jour « off », parce que la maladie prend trop de place, toute la place, avec son lot de douleurs diffuses, insidieuses, usantes.

Dans ces moments-là, lorsque je me projette un peu, je me pose la question suivante : qui voudrait supporter ça ? Quel homme aurait suffisamment de curiosité pour ma personne, de force de caractère, de bonté, pour creuser au-delà de la maladie chronique ?

Quel homme assez fou pourrait tomber amoureux de mes crises d’asthénie ou de mes insomnies, de mes douleurs musculaires et de tant d’autres symptômes que la pudeur m’empêche de dévoiler ?

Comment réussir à ne plus se définir uniquement par la maladie lorsque le moral est en chute libre, au plus bas et les douleurs au plus haut, si intenses qu’elles usent toute mon énergie ?

Comment envisager que l’on peut tout de même être digne d’être aimée ?

L’amour est un sentiment incontrôlable et magnifique, qui s’impose à nous, mais avant de tomber amoureux, chacun apprivoise l’autre. Quand la maladie te tombe dessus, chamboule ta vie, t’oblige à revoir tes priorités, à penser et vivre différemment, tu te poses aussi la question du sentiment amoureux.

Peux-tu aimer à nouveau, peux-tu susciter l’amour chez l’autre, et comment être sûre de ne pas confondre amour et  besoin de réconfort chez toi et amour et compassion chez l’autre ?

L’autre justement, aura-t-il envie de se lancer dans une histoire qui ne sera pas un long fleuve tranquille ?

On mérite tous d’être aimés, on est dignes de l’être mais la maladie fait douter. La mienne est invisible, c’est un handicap qui ne se voit pas mais qui consomme une grande partie de mon énergie. Aujourd’hui je ne peux plus me définir sans elle hélas, et j’ai très souvent la sensation de devoir me justifier, d’expliquer mon état, de m’excuser de ce que je suis devenue.

J’ai parfois l’impression de cumuler, le package n’est en effet pas léger : maman solo, trentenaire bien avancée, malade ; l’annonce n’est pas à proprement vendeuse, « ça ne vend pas du rêve » comme on dit !

Un homme aura-t-il les épaules assez larges pour voir au-delà de ça et se dire que ça en vaut quand même la peine ? Puis-je consciemment demander à un homme de partager les aléas, d’être un soutien, d’être compréhensif, patient et attentionné face à cela ? De ne pas juger ?

Entre la compassion et l’amour, où se situe la frontière ?

Des hommes disent au premier abord que cela ne les dérange pas mais ils ne prennent pas la mesure de ce que cela sous-entend au quotidien, des limites imposées. Sports, voyages par exemple, rien n’est impossible, mais tout devient difficile, il ne faut pas se mentir.

Il faut parfois s’avouer vaincue car la fatigue et la douleur sont trop intenses, il faut de plus en plus adapter le quotidien et savoir que tout imprévu, tout moment d’insouciance a son prix à payer. Un moment de légèreté, de liberté tout simplement, donne lieu à plusieurs jours de douleurs. Je le sais, je le vis, et même si je continue de lutter jour après jour, je dois l’accepter.

Cette maladie est mon combat mais paradoxalement, elle m’a fait l’effet d’un électrochoc, certains parleraient de crise existentielle.

Est-ce un mal pour un bien ? Je ne serai jamais autant moi-même que celle que je suis devenue, mes défauts sont devenus ma force et mes qualités m’aident à relativiser et à me battre.

Ce combat m’a menée à l’introspection ; c’est mon chemin de vie. Alors oui, je crains de ne pas intéresser un homme, de ne pas être digne d’être aimée, mais pas seulement.

Et moi, j’en suis où ? Pourrais-je à nouveau faire assez confiance pour laisser un homme entrer dans ma vie ? Tomber le masque, me mettre à nu, avouer mes peurs, ma lassitude parfois, ne pas taire mes douleurs ? Montrer que je suis une battante mais aussi m’autoriser à craquer ?

Mais surtout, trouver le juste milieu pour ne pas être réduite à ça, ne pas avoir la sensation de survivre, mais vivre enfin, vivre pleinement, offrir à quelqu’un la sérénité que moi-même je recherche depuis que mon corps me fait tant souffrir ?

On a tous peur de ne pas trouver l’amour, et cette crainte devient angoisse lorsque notre différence nous fait sortir de cette fameuse norme, lorsqu’une partie de notre vie peut constituer un obstacle pour l’autre, être une raison à notre célibat, à notre solitude sentimentale, quelque chose qu’on analyse comme une possible source de rejet.

Réfléchir à son état, en prendre conscience, avouer ses doutes et ses peurs, tout cela n’empêche pas de se battre jour après jour, d’apprécier la vie, de vouloir la croquer à  pleines dents.

Alors oui je n’ai pas honte de le dire aujourd’hui, je suis malade. Mais vivante. Même si morte de trouille parfois lorsque je suis à bout de forces, je reste solide et positive. Et au fond de moi, je crois que je sais qu’au contraire je me suis enfin trouvée. Alors oui j’ai mal, j’ai peur et je craque parfois, mais j’ai surtout envie d’avancer, d’y croire et d’avoir confiance en l’avenir et en l’autre.

Je ne sais ni où, ni quand cela arrivera et encore moins qui tu es, mais je reste convaincue qu’en amour il n’est pas question de normes ou de normalité, de critères figés. Utopie ? Peut-être ; mais je crois encore aux belles âmes, à la sincérité des sentiments, à la pureté de certains cœurs.

Alors malade oui, mais hors de question de laisser la solitude devenir une fatalité, elle demeure ma meilleure ennemie !

 Mon défi ? Je suis prête à me laisser à nouveau aimer ! Mon mantra ? Je suis digne d’être aimée !

Voir les commentaires

1 comment

  • bonsoir,
    en cherchant un peu de réconfort sur la toile je suis tombée sur votre article. Je pensais y trouver des réponses à mes questions, une belle histoire qui me ferait y croire à nouveau; Mais j’ai plutôt trouvé un témoignage qui ressemble étrangement à ma vie (même si je n’ai pas la chance d’être maman). Alors merci d’avoir fait en sorte que je me sente moins seule dans cette situation. Et si par bonheu rvous avez trouvé l’amour depuis la rédaction de cet article cela me ferait plaisir de le savoir

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

LES PLUS LUS

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.