Maman solo épuisée : comment remonter la pente ?

Laquelle de nous n’a jamais pensé : « je n’en peux plus, je vais craquer »… Certaines osent le dire à haute voix, beaucoup préfèrent se taire. Plus dur que jamais, le rôle de maman, et surtout de maman solo ? L’épuisement des mères est réel, presque inévitable dans l’environnement actuel, où les familles monoparentales se multiplient. Maman solo épuisée : comment remonter la pente ?

Maman solo épuisée : comment remonter la pente ?

Devenir parent solo, c’est cumuler les rôles et les responsabilités, affronter un rythme usant et parfois sombrer dans l’épuisement à cause d’une trop forte charge mentale. Alors oui être maman c’est un vrai bonheur et devenir maman solo c’est un rôle assumé, le bien-être des enfants est une priorité. Pour autant, faut-il culpabiliser d’être épuisée, d’avoir parfois du mal à tenir le rythme, de sentir qu’on va craquer ? Face à cette réalité de vie, l’important est de ne pas culpabiliser justement et d’accepter de ne pas être une « wondermum » H24. Il est normal de ne pas pouvoir tout gérer seule tout le temps. Vous sentez que cette fatigue devient un épuisement chronique, que vous n’arrivez pas à en sortir ? Voici quelques clés et conseils pour vous y aider.

Être maman solo, un challenge impossible ?

Il n’est en effet pas simple de passer plusieurs fois par jour du rôle de maman au rôle de professionnelle, de courir en permanence contre le temps, de gérer un emploi du temps qui ne supporte pas l’improvisation et menace de déraper au moindre grain de sable ! Être maman solo, c’est être cuisinière, infirmière, chauffeur, femme de ménage, institutrice ou professeur. 

Lire aussi : Lettre de détresse d’une maman solo aux autres mamans solo

C’est avoir en tête en permanence une « to-do list » qu’on raye au fur et à mesure (ne pas oublier d’acheter du lait, prendre rendez-vous chez le dentiste, préparer un gâteau pour l’école, composer des menus pour la semaine, aller à la réunion parents-profs…). Mais cette liste se remplit plus vite qu’elle ne se vide. Et surtout, être maman solo, c’est se demander sans cesse si on fait bien, si on est assez patiente, disponible, si on consacre assez de temps à ses enfants, si on leur donne les bonnes armes pour leur avenir…

Le poids de la société

Et ce rôle est d’autant plus difficile à tenir qu’il dérange souvent l’entourage professionnel, notamment la hiérarchie, n’intéresse pas toujours le cercle amical et ouvre la porte aux jugements en famille. Personne ne veut en entendre parler ; ou presque. Le message de la société, c’est un peu : « tu l’as voulu cet enfant, cette séparation aussi, ne viens pas te plaindre que c’est trop difficile à gérer ! »

Résultat :

les mères, les mamans solos plus particulièrement serrent les dents en silence.  Il faut en effet oser le dire haut et fort : si avoir un enfant est un bonheur immense, c’est aussi une situation qui expose les femmes à une intense fatigue physique et émotionnelle, surtout quand elles sont seules à élever leurs enfants.

Maman solo épuisée à trop tirer sur la corde

Alors quand le poids devient trop lourd à porter, il faut accepter de ne pas pouvoir tout gérer toute seule. Il faut savoir lâcher prise avant de craquer totalement, demander de l’aide, trouver des astuces pour alléger ce rythme usant au quotidien.

Vous n’êtes pas une machine, un robot. Si vous ne prenez pas soin de vous, que vous ne vous reposez pas assez ou ne vous consacrez pas un peu de temps rien que pour vous, cet épuisement va devenir chronique et il sera très difficile de remonter la pente.

Voici quelques conseils et astuces pour vous aider à sortir de cet engrenage.

Maman solo épuisée : comment remonter la pente ?

Démonter le piège de la culpabilité

Avant toute chose, ne vous sentez pas coupable d’être épuisée. La fatigue n’est pas un échec, c’est un sentiment normal quand on assume la montagne de tâches que vous assumez. Toutes les mères passent par là. Certaines sont plus résistantes que d’autres (ou mieux aidées !), c’est tout.

Lire aussi : Faire face à la culpabilité quand on est maman solo

La mère parfaite est un mythe, et un mythe, ça n’existe pas ! Vous avez le droit d’être agacée, impatiente ou même carrément en colère. Cela ne fait pas de vous une mauvaise mère pour autant et ce n’est pas parce que vous en ferez moins un soir que vos enfants s’en porteront plus mal.

Maman solo : prendre du temps pour soi

Énoncé ainsi, cela semble impossible. Quand et comment avoir du temps pour soi quand on jongle entre les allers-retours entre la crèche ou la nounou, le travail et l’école, son boulot, les courses, les devoirs, les bobos, les repas, le ménage, les activités des enfants, les rendez-vous médicaux ? Oui, quand ?

Du temps pour soi chez soi

Commencez doucement, mais sûrement. Ne serait-ce que dix minutes, seule dans la salle de bains pour souffler, ça fait déjà du bien.  Ou lorsque les enfants sont couchés, un bain, un bon bouquin, une série avant de vous effondrer de fatigue dans votre lit. Oui il y a le reste à gérer, la vaisselle, les affaires pour le lendemain, les factures, etc… Mais prendre quelques minutes pour vous une fois le calme installé est important pour finir la journée plus sereinement.

Conserver une vie sociale

Plus facile à dire qu’à faire, c’est vrai. Il n’est pas toujours évident de trouver le temps de sortir, de voir ses amis. Manque de temps donc, de disponibilité, car il faut faire garder les enfants et aussi manque de moyens financiers parfois. C’est là qu’il ne faut pas hésiter à faire appel à son entourage quand cela est possible. Si une baby-sitter est trop chère pour vous, tournez-vous vers une amie, la famille pour garder vos bouts de chou le temps d’un ciné, d’un verre ou d’un restau entre copines.

Lire aussi : Comment faire une place à sa vie amoureuse en tant que maman solo ?

Si vous avez un système de garde respecté avec le père, le weekend et/ou les vacances, programmez à l’avance vos moments de détente et de sortie quand vos enfants sont chez leur père. Ainsi vous pourrez vous reposer et vous changer les idées.

Accepter une aide extérieure quand cela est possible

Vous ne pouvez pas faire tout toute seule, il faut juste l’accepter et arrêter de culpabiliser. Et aussi, se dire que vous n’êtes pas indispensable – en tous cas pas 24h sur 24 ! Le sentiment de toute-puissance des mères est un piège. Apprenez à déléguer, à laisser votre enfant sous la responsabilité d’une autre personne, à « décrocher » de votre rôle de mère et à prendre du plaisir en dehors de votre famille.

Mamy, tata, tonton ou encore marraine qui vient prendre vos enfants pour une balade ou encore une nuit, afin de vous assurer un moment off chez vous, une vraie nuit de sommeil ou une soirée entre amis, ça fait un bien fou !

Bien organiser son cadre de vie

Il est important de se créer un cadre de vie le plus agréable possible pour que vous vous sentiez bien chez vous avec vos enfants. Et cela passe aussi par des rituels pour eux comme pour vous (au coucher notamment, mais aussi une soirée spéciale dessin animé, jeu de société, pique-nique ou pizzas par semaine par exemple, etc.) afin de partager des moments de détente et pas seulement des soirées à courir dans tous les sens.

Lire aussi : L’organisation d’une maman solo

Responsabiliser les enfants pour se décharger de certaines tâches est également une bonne chose selon leur âge, ils peuvent vous aider pour certaines « corvées » toutes simples. Ranger leur chambre évidemment, mettre ou débarrasser la table, étendre le linge, passer le balai… Autant de petites astuces pour gagner du temps, alléger les choses et partager le quotidien de façon plus sereine.

S’entourer de bienveillance quand on est une maman solo épuisée

Comme on l’a dit précédemment, l’entourage n’est pas toujours tendre avec l’épuisement des mamans solos. Entre désintérêt, incompréhension ou jugement, on n’a pas toutes la chance de pouvoir compter sur notre famille, une meilleure amie, ou une collègue sympa pour nous écouter, nous conseiller et nous aider. Il est donc important de trouver des oreilles attentives et compréhensives.

Quoi de mieux que se partager son expérience avec d’autres mamans solos ?

Trouver du soutien auprès d’autres mères célibataires ne peut que faire du bien. Échanger ses expériences, partager ses astuces et entendre qu’on n’est pas la seule à vivre cela, ça aide à relativiser et à recharger ses batteries. Si vous n’avez pas l’occasion de rencontrer d’autres mamans solos directement, il reste internet. N’hésitez pas à aller sur les forums et les groupes sur les réseaux sociaux pour trouver des copines virtuelles. Vous pourrez aussi parce biais vous faire de nouvelles amies.

Maman solo épuisée : prévenir le burn-out

Lorsque la fatigue physique et psychologique s’accumule, cela devient de l’épuisement. A trop en faire, à ne pas réussir à se reposer, associé à une charge mentale de plus en plus conséquente, cela peut mener jusqu’à la dépression. On parle de « burn-out maternel ».

Lire aussi : Maman solo et dépression

Maman solo épuisée : quels sont les signes qui doivent vous alerter ?

C’est l’envie fréquente de pleurer, les réveils dans la nuit malgré la fatigue, le repli sur soi malgré les efforts qu’on fait pour être là, la surcharge mentale et émotionnelle. C’est une spirale dangereuse si personne ne comprend ce qui se passe. Vous êtes vidée, vous sentez nulle et inefficace, vous avez de plus en plus souvent envie de tout abandonner ? Ne restez pas isolée. La pire erreur à faire serait de croire que vous pouvez vous en sortir toute seule. 

Parlez-en sans attendre à un proche de confiance qui pourra vous aider à y voir plus clair. Et allez voir votre médecin qui vous aidera à remettre de l’ordre dans vos émotions et vous orientera éventuellement vers un soutien psychologique.

Lire d’autres articles sur les mamans solo :

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire