Ma nouvelle vie de papa solo un weekend sur deux et la moitié des vacances

Dites-le avec une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

Garde classique, alternée, exclusive… Après une séparation ou un divorce entre deux parents se pose la question essentielle du mode de garde des enfants. Selon les couples, le mode de garde diffère. La plus courante est la garde classique par la maman avec un droit de visite et d’hébergement du papa un weekend sur deux et la moitié des vacances scolaires. Si le modèle de la garde alternée une semaine sur deux se développe, ce n’est pas encore la majorité des cas. L’essentiel des familles monoparentales ont à leur tête la mère célibataire. Mais l’autorité parentale reste partagée, le père peut s’impliquer dans la vie de ses enfants. Il devient lui aussi un père célibataire ou papa solo. C’est le cas de Vincent qui nous raconte « ma nouvelle vie de papa solo un weekend sur deux et la moitié des vacances » dans ce témoignage.

Ma nouvelle vie de papa solo un weekend sur deux et la moitié des vacances

Je me définis comme un papa solo parce que je suis séparé de la mère de mes enfants depuis un peu plus d’un an et que je suis aujourd’hui père célibataire. Même si je ne le suis pas à plein temps, quand j’ai mes enfants, je suis seul avec eux.

Leur maman n’est pas avec nous et je n’ai pas pour le moment refait ma vie. Je ne suis pas dans le cadre d’une famille recomposée.

Je sais que ce terme est jugé mal employé quand on n’a pas la garde de ses enfants mais je ne vois pas comment me définir autrement.

Mais je suis leur papa et je m’en occupe seul un weekend sur deux et la moitié des vacances. Cela me classe donc bien dans cette catégorie des pères célibataires.

Quand on a parlé de se séparer avec mon ex-femme, la question de la garde de nos enfants a été très vite le sujet principal. Nous en avons deux, de 8 et 5 ans.

Très vite, j’avoue que je me suis positionné sur le mode de garde classique pour ma femme et donc de ces 4 jours par mois et d’une partie des vacances pour moi.

Lire aussi : Lettre à mon père absent

Je ne dis pas que c’est la solution idéale, mais cela m’a semblé la meilleure.

Avec mes horaires décalés au boulot, ma femme a toujours été plus présente pour eux, je le reconnais. Et pour mettre en place une garde alternée, il aurait fallu que je puisse changer d’horaires, ce qui est professionnellement impossible dans mon secteur d’activité.

Mon ex-femme travaille aussi mais avec des horaires plus classiques du lundi au vendredi. Ce qui lui permet d’être là tous les jours, matin et soir, pour les enfants.

On n’a pas eu à batailler, à se disputer. Cela s’est fait à l’amiable même si on a officialisé les choses pour ne pas qu’il y ait de problème.

Je sais que passer d’une vie de famille à ne plus voir mes enfants que 4 jours par mois et une semaine tous les mois et demi environ, cela peut paraître choquant pour certains. Mères comme pères. Mais c’est à mon sens la meilleure solution pour assurer l’équilibre et le bien-être de mes enfants.

Leur maman s’occupe très bien d’eux, notre séparation n’a rien à voir avec son rôle de mère.

Je ne vais pas vous dire que c’est facile, que mes enfants ne me manquent jamais, que cette situation m’a fait plaisir au départ. Mais je suis un homme pragmatique c’est vrai, peut-être aussi un peu de la vieille école. Et donc mes enfants encore petits me paraissent mieux à vivre au quotidien avec leur maman.

Lire aussi : Témoignage d’un père célibataire : papa solo une semaine sur deux

Ma nouvelle vie de papa solo un weekend sur deux et la moitié des vacances

Quand je les ai avec moi, cela se passe bien. Passées les quelques tensions du début avec leur mère sur la façon de faire, on a trouvé un rythme pour nos weekends. Je vis à une demi-heure environ de chez elle, je les ai du vendredi au dimanche à 18h.

Pendant nos weekends ensemble, on a une vie comme celles de millions de familles monoparentales je suppose. Les devoirs pour le plus grand, les jeux, les balades, un match de foot, un cinéma, un restaurant, une visite chez mes parents, des soirées avec leurs cousins et cousines.

Rien de très différent de ce qu’ils vivent avec leur mère si ce n’est, je le reconnais, qu’avec moi on est plus sur un rythme de détente, vu qu’il n’y a pas la contrainte de la semaine avec les horaires d’école et de travail.

Ma vie de papa solo à temps très partiel est bien plus facile et moins fatigante que si j’avais une garde alternée ou que c’est moi qui les avais en garde classique. C’est une réalité.

J’aime mes enfants et je ne pense pas être un mauvais père parce que je les vois moins. Peut-être que j’ai toujours eu un peu de mal à trouver un équilibre entre ma vie de famille et mon travail, c’est vrai. Mais cela m’a toujours paru essentiel de m’assurer avant tout que mes enfants ne manquent de rien.

Encore aujourd’hui, c’est le cas. Nous partageons l’autorité parentale avec mon ex et jusque-là nous avons réussi à nous entendre pour toutes les décisions importantes concernant les enfants. Comme les vacances, la santé, l’école.

Je lui verse une pension alimentaire pour les enfants et cela me paraît normal. Je ne fais pas partie de ces hommes qui pensent que leur ex-femme n’en veut qu’à leur argent ou que c’est un moyen de pression.

On s’est séparés, elle a la garde des enfants, je m’en occupe beaucoup moins, il est tout à fait logique que je participe à leurs frais d’entretien et d’éducation comme on dit.

Lire aussi : La séparation parentale : comment se séparer, annoncer la séparation aux enfants sans culpabiliser ?

Ma nouvelle vie de papa solo : suis-je un père comblé ?

Si j’avais eu un autre boulot, aurais-je demandé la garde de mes enfants ? Ou s’ils avaient été plus grands ? Peut-être oui, mais honnêtement, je ne me sens pas lésé par ce mode de garde et je crois sincèrement que mes enfants, vu leur âge, ont besoin de vivre avec leur mère.

Pour l’instant ils sont encore petits. Je ne sais pas ce que l’avenir nous réserve. En grandissant, ils voudront peut-être me voir davantage. Une garde alternée sera peut-être évoquée un jour selon ma vie professionnelle, les désirs de mon ex-femme ou nos vies personnelles.

Je ne me projette pas aussi loin. Là ça fait un an que nous vivons ainsi, et nous prenons juste nos marques.

Cette nouvelle vie de papa solo réorganise forcément mon existence. Mais je n’oublie pas que ce sont les enfants qui ont dû le plus s’adapter à tout ça.

Alors même si je les vois beaucoup moins, j’essaie de passer du temps de qualité quand nous sommes ensemble. Et même s’ils sont petits, je sais qu’ils comprennent tout et qu’ils ont besoin d’être rassurés. Aussi je range parfois mon côté très pragmatique et peu démonstratif au placard pour leur parler. J’ai pris l’habitude de les appeler régulièrement en semaine et je me suis rendu compte que c’était important.

J’apprends en même temps qu’eux mon rôle de papa solo en faisant des erreurs, en ne mesurant pas toujours l’importance de telle ou telle chose. Est-ce plus facile pour une maman ? L’instinct maternel est-il si puissant ? Parfois je me le demande.

Ce que je sais, c’est que même si je suis moins présent, même si je ne suis pas un papa solo à temps plein ni même à mi-temps, je ferai toujours ce qu’il faut pour faire partie de la vie de mes enfants.

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :) Laisser un commentaires.

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire