Parler d'Amour

A toi qui m’as détruite émotionnellement

A toi qui m’as détruite émotionnellement

Auteur

Personne n’est à l’abri d’une mauvaise rencontre, d’un mauvais choix de vie. On fait tous des erreurs mais parfois on les paye cher. Oui parfois on laisse entrer dans sa vie quelqu’un à qui on fait confiance, dont on tombe amoureux, du moins on le croit. Mais on est en fait entraîné dans un cycle infernal, on ouvre la porte au mal incarné. La relation amoureuse se transforme en enfer. Sans le savoir, on a fait un pacte avec le Diable. A toi qui m’as détruite émotionnellement, je veux te dire tout ça. Mais surtout te montrer qu’aujourd’hui je me reconstruis. Et que je suis enfin libérée de toi, enfin libre.

La vie met sur notre chemin des personnes et nous décidons parfois malgré nous d’en faire des rencontres. Je crois en l’adage qui dit que dans la vie il n’y a pas de hasards, il n’y a que des rencontres.  C’est une vérité mais pour autant toutes les rencontres qu’on fait ne sont pas de bonnes surprises.

 Tirer des leçons des choses négatives vécues, en faire une force pour avancer et y voir les signes nécessaires pour se reconstruire, cela demande parfois du temps. Beaucoup de temps. Pour apprendre à positiver après une telle épreuve, j’ai mis énormément de temps à me défaire de ton emprise.

A toi qui m’as détruite émotionnellement, sache que tu as été ma plus mauvaise rencontre.

Sais-tu seulement ce que veulent dire les mots « manipulation, emprise et perversité » que tu utilises tant ? Tu dois en connaître la définition par cœur… Mais cela ne te fait ni chaud ni froid.

En effet, comment une personne dénuée de tout sens moral, une personne qui n’a aucune conscience peut réaliser l’ampleur de ses actes ?

Tu as tissé ta toile telle une araignée tout autour de moi.

Tu as su par tes mots et par tes actes me faire croire que tu étais celui qu’il me fallait. Me persuader que je n’étais rien sans toi, rien tout court d’ailleurs.

Tu es entré dans ma vie et je t’ai vu comme mon sauveur alors que c’est l’ennemi, le loup qui est entré dans la bergerie. Tu as tour à tour été flatteur, mielleux, persuasif, séducteur.

Ce que je prenais à tort pour de l’amour n’était que de la manipulation.

Ce que je prenais pour de l’intérêt, c’était de la perversité.

 Rien, non rien de tout ce que tu as dit ou fait pendant toutes ces années n’avait une envie profonde de me rendre heureuse. Tu as juste mis en place une opération de destruction massive et cette opération c’était moi. Je suis devenue ta cible, la cible de ta folie, de ta violence, de ta vengeance

A toi qui m’as détruite émotionnellement, je vais te dire une chose : tout ça c’est fini

Je suis tombée très bas, au fond du gouffre comme on dit. Dans un tunnel sans fin, tout autour de moi il n’y avait que la peur et la noirceur. Je n’ai pas compris ce qui m’arrivait et j’ai mis du temps à réaliser qu’une personne pouvait à ce point être malveillante. On a beau avoir en face de soi la preuve de l’horreur, on a toujours l’espoir qu’il reste quelque chose à sauver.

On laisse une dernière chance à la confiance, on pense que ça ne peut pas être pire et pourtant, ça l’est. Tu m’as tout fait subir. Menaces, intimidation, harcèlement. Tu as essayé de m’avoir à l’usure et tu as presque gagné. Je n’ai pas honte de le dire, tu as presque réussi.

Les jours, les semaines, les mois et même plusieurs années sont passés et j’ai eu cette impression d’être en sursis permanent.

J’ai réalisé l’ampleur de ta malveillance mais il m’a fallu du temps.

C’est difficile d’être seule face à un ennemi qui est le diable en personne. Difficile de se battre contre le mal incarné. Seule. Autour de moi, les gens m’ont cru paranoïaque et je ne peux pas leur en vouloir. Parce que moi-même j’ai cru pendant un temps avoir exagéré. Cru que je me faisais des films, que tu ne pouvais pas vouloir me faire de mal à ce point.

Aujourd’hui je sais que j’avais tort, aujourd’hui je sais que tu es capable de tout. Mais ce que je sais surtout c’est que tu n’auras plus la possibilité de me faire du mal.

Tu as perdu !

Non car aujourd’hui cette période est terminée. Je ne me sens plus en sursis. J’arrive enfin à me dire que je me suis libérée de toi. Pas sans mal ni sans cicatrices évidemment. Tu as laissé des traces profondes dans ma vie.

Je suis comme marquée à jamais au fer rouge, à l’encre indélébile de mes émotions.

On ne se remet pas comme ça d’une relation aussi destructrice et on n’oublie pas le mal quand on l’a côtoyé. On a du mal à refaire confiance et on a toujours quelque part ce pourcentage de doutes et de craintes. 

Je sais que je ne serai jamais totalement sereine dans ma future relation, dans mon rapport aux autres.

C’est un travail de longue haleine qui m’attend mais ce n’est pas le plus important. Ce qui compte aujourd’hui, peu importe le temps que cela prendra ou encore la façon dont ça se fera, c’est que je suis guérie et presque sur la voie de la liberté.

Tu m’as usée, montré le pire de ce que peut faire et être un homme.

Tu m’as presque détruite. Presque seulement.

Car c’est désormais du passé. J’ai ouvert les yeux sur toi pour de bon, sur ce qui ne doit plus jamais être. Et plus jamais, tu n’auras d’influence dans ma vie. Tu seras toujours un mauvais souvenir mais tu appartiens maintenant au passé. La page est tournée, je ne serai plus jamais ta victime.

Voir les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

LES PLUS LUS

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.