Excuse-moi : Un texte de Mickaël

Dites-le avec une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

Nouveau texte d’amour écrit par Mickaël dont le compte Instagram est Fivehours Toolate. Je vous laisse profiter de sa jolie plume !

Excuse-moi. Je sais que ça ne suffira pas, mais je suis désolé. Désolé d’avoir cru à toutes ces choses grandes et belles. Tout ce dont tout le monde pouvait rêver au final. Ce n’est pas toi, ne t’en veux pas. C’est plutôt moi, c’est moi qui ai eu du mal à accepter la réalité.

Alors je me suis caché derrière de faux sentiments.

Pourtant nous avions tout, tu m’offrais tout et je n’avais rien à redire. Et n’importe quelle personne te dira que j’ai tout fait foirer. J’ai fait semblant d’être quelqu’un pour nous. Mais ce n’était pas ce que je voulais, puis les choses se sont si vite emballées, nous étions jeunes, nous avions l’avenir devant nous. Je n’ai rien contrôlé par la suite mais j’aurais dû quand il le fallait.

Nous étions jeunes et tout est arrivé si vite.

J’étais trop jeune pour découvrir ça et je m’en suis rendu compte trop tard. Sûrement à cause de ce bien-être que tu m’as procuré, j’ai eu peur de ce qui pouvait advenir sans toi par la suite, et pourtant je ne me sentais pas totalement à ma place. J’étais confiné quelque part où chaque jour les murs se refermaient. C’était confortable de se sentir en sécurité. Mais c’était contraignant de ne pas se sentir à sa place.

Je suis désolé de devoir te dire ça des années après tout ce que l’on a pu vivre, après tout ce qui a été engendré.

Mais je voudrais que tu comprennes pourquoi maintenant et pas avant. Tout ce bien-être était tellement apaisant et réconfortant que je ne pouvais passer au travers, que je ne pouvais l’ignorer. Malheureusement ce n’était pas moi et j’ai essayé de te le dire, de te le montrer. Tu n’as rien voulu entendre où alors tu pensais que je voulais partir. Mais j’ai le droit moi aussi à être moi-même comme toi tu l’as été. J’ai besoin de moment à moi, où personne n’est là et où je peux respirer. Je ne dis pas que tu étais étouffante. Mais c’est notre situation qui m’étouffait, depuis longtemps. Trop longtemps.

Alors si je décide de te le dire maintenant c’est parce que j’ai explosé intérieurement et je me suis rendu compte que de se cacher derrière quelque chose qui n’était pas moi c’était te mentir.

Et je ne pouvais plus assumer mes responsabilités, je ne pouvais plus faire semblant. J’ai pris le temps à chacun de mes pas ces derniers mois de repenser à un moment où nous étions bien. Mais je te voyais bien et je me voyais en dehors, comme quelqu’un qui m’observait.

Tu peux m’en vouloir, me détester, me haïr voire même me tuer. Je sais qu’à partir de ce moment-là, je ne serais plus enfermé.

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire