Parler d'Amour

Mère célibataire : refaire sa vie n’est-ce pas plus simple pour un papa solo ?

Mère célibataire : refaire sa vie n’est-ce pas plus simple pour un papa solo ?

Auteur

Mère célibataire : refaire sa vie semble compliqué, n’est-ce pas plus simple pour un papa solo que pour une maman solo ?

Par Audrey

Aujourd’hui encore, il y a plus de mères que de pères qui ont la garde exclusive ou classique de leurs enfants après une séparation ou un divorce.

Les modes de garde les plus courants

Je ne dis pas que c’est bien ou mal, normal ou aberrant, c’est juste encore la réalité traditionnelle des choses. Après une séparation ou un divorce en effet le schéma le plus habituel demeure celui de la garde classique : les enfants vivent avec leur mère et voient leur père un weekend sur deux et la moitié des vacance scolaires.

Lorsque les deux parents vivent trop loin l’un de l’autre pour établir ce mode de garde, par obligation ou par choix (déménagement pour raison professionnelle ou personnelle), cela devient une garde exclusive : les enfants ne voient leur père que la moitié ou la totalité de certaines vacances scolaires.

Depuis un certain nombre d’années, de plus en plus, il y a la garde alternée lorsque les parents vivent assez proches l’un de l’autre permettant la garde une semaine sur deux sans perturber entre autres choses le rythme scolaire des enfants.

Voilà en gros les schémas-types des différents modes de garde, à l’amiable ou après un passage chez le juge aux affaires familiales.

Je ne parle pas des parents qui ont disparu de la vie de leurs enfants volontairement et de tous les modes de garde arrangés au cas par cas, d’un commun accord. Et j’ai conscience que l’inverse existe aussi, qu’il y a aussi des papas solos qui ont la garde de leurs enfants, même si cela est moins courant.

Le constat est établi, malgré une hausse de la garde alternée, malgré l’implication de plus en plus importante de nombreux papas, les deux autres modes de garde restent les plus courants.

Si on additionne tous ces faits, le traditionnel mode de garde, le rôle de la mère, l’absence choisie, assumée ou non du père et donc le manque de temps restant aux mamans célibataires, n’est-il pas logique de se demander si dans les faits il n’est pas plus facile pour un père célibataire de refaire sa vie que son ex, que la mère de ses enfants ? En terme de temps, de disponibilité, de priorité ?

L’ennemi de la maman solo : le manque de temps

Le temps est le facteur essentiellement manquant quand on est parent solo en charge de ses enfants. On court après sans arrêt, les journées ne sont pas assez longues. Alors que dire des rares moments où la maman peut se mettre en mode off, n’être qu’une femme et redevenir disponible pour s’occuper d’elle, pour avoir une vie sociale et pour refaire sa vie.

Le temps à sa disposition ? Un weekend sur deux, soit quatre jours par mois ou une semaine toutes les 6 à 8 semaines selon les calendriers de vacances scolaires. Avec un bonus de temps libre quand mamy, tata ou nounou garde les enfants.  Ou pas du tout  quand le père a disparu de la vie de ses enfants. Cela signifie-t-il qu’on regrette la garde de nos enfants ? Non ! Mais en le vivant, on prend conscience que le temps joue contre nous et devient notre pire ennemi.

Le reproche souvent fait aux mamans solos : leur manque de disponibilité

En parallèle de cette réalité, il y a des hommes, papas parfois d’ailleurs, qui se plaignent du manque de disponibilité des mamans solos. Et il est usant de devoir justifier son manque de disponibilité à des hommes qui d’un côté louent les qualités des bonnes mères mais de l’autre leur reprochent leur absence d’implication dans une relation naissante.

Même si je n’aime pas cette expression, il est vrai que vivre une relation avec une mère célibataire, c’est accepter le package « maman-enfant(s) ». Pas tout de suite mais avec le temps, à moyen et long terme. Et il faut le comprendre et l’accepter dès le début pour connaitre le planning de parent de l’autre et les possibilités pour se voir et créer une relation.

Lire aussi : Vivre avec les enfants d’un autre

Cela suppose en effet des compromis d’un côté comme des contraintes de l’autre. Il n’est même pas question de priorité mais de logique. Un enfant ne se garde pas tout seul le soir en semaine ou le weekend pour que maman aille boire un verre, aille au cinéma ou dine au restaurant avec un potentiel futur amoureux. Et que dire de ces hommes de plus en plus irrespectueux qui trouvent cela normal de proposer  à une femme de venir  chez elle le soir une fois les enfants endormis pour faire  connaissance, et les traitent de coincées quand elles refusent ? Que répondre face à ce genre d’agression verbale, de jugement, de bêtise ? « Pas étonnant que tu sois célibataire » est leur meilleure réponse face à un refus. C’est affligeant !

Entre ces hommes qui n’ont aucun savoir-vivre et ceux qui n’acceptent pas le manque de disponibilité, refaire sa vie aujourd’hui avec un homme bien semble être une utopie pour beaucoup de mamans solos !

Le manque de disponibilité est donc un obstacle réel dans la quête de l’amour des mamans solos. Et pour les papas ?

Plus facile d’être papa solo ?

Beaucoup plus disponibles, sans obligation de récupérer les enfants du lundi au vendredi après le travail ou juste un vendredi sur deux, et avec généralement le mode papa désactivé tous les dimanches soirs vers 18 heures.

Pour une sortie, une rencontre effectuée par une maman solo, combien en font les papas solos qui n’ont pas la garde de leurs enfants ? Le double, le triple, dix fois plus ?

Et pourquoi votre image de papa solo est-elle plus vendeuse ? Pourquoi louer les papas concernés qui s’impliquent comme les mamans dans la vie de leurs enfants alors que cela est juste normal ?

Pourquoi beaucoup de femmes trouvent les pères célibataires touchants ? Dignes de confiance, plus fiables ? Parce qu’ils renvoient une image d’homme mature et responsable ? Pourquoi ce qui est une qualité chez les uns et un défaut chez les autres ou en tout cas considérée comme une contrainte amoureuse ?

Pourquoi ne pas avoir demandé la garde partagée de vos enfants ?

J’ai déjà échangé avec des papas qui me parlent de combat, de bataille pour voir leurs enfants. De la mère qui les en empêche, de juges rigides, de procédures longues, de vengeance, de chantage affectif. Et des enfants pris en otage entre leurs deux parents. Pour tous ces papas qui se battent, combien d’autres peuvent au contraire voir leurs enfants et se contentent du minimum ou ne se sentent pas impliqués ?

Lire aussi : Maman solo, comment vivre sa vie de femme ?

Alors je pose la question pour les papas solos qui ont accepté ou voulu cela, oui j’ouvre le débat.

Est-ce un choix assumé, volontaire, de ne voir vos enfants qu’aux vacances et/ou un weekend sur deux ? Avez-vous eu envie ou besoin de privilégier votre vie professionnelle ? Votre nouvelle vie privée ? Pensez-vous que votre/vos enfant(s) sont mieux à vivre principalement avec leur mère ?

Penser aux enfants avant tout

Chaque couple avec enfants qui se sépare devient par la suite une famille monoparentale et trouve son rythme de vie qui lui est propre avec ses moyens, ses codes et son nouveau rythme de vie, j’en ai pleinement conscience. Mais je crois qu’applaudir les pères qui font juste comme les mères ou qui sont  à peine présents dans la vie de leurs enfants n’est pas juste, pas normal.

Quand on est parent on l’assume et nos enfants doivent rester notre priorité.

On ne va pas changer en un claquement de doigts les modes de garde, le regard des hommes sur les mamans solos ni celui des femmes sur les pères célibataires, en un mot les mentalités.

Aujourd’hui, c’est un fait, il y a plus de papas solos qui voient peu leurs enfants que l’inverse. Par choix délibéré ou par obligation ? La question a été posée.

Mais si vous êtes papa, admettez que votre vie privée peut continuer d’exister plus facilement contrairement à celle de votre ex qui a la garde des enfants.

Et messieurs, si vous ne comprenez pas qu’une maman solo a en effet des priorités relatives à ses enfants, priorités que vous appelez contraintes, que  non ce n’est pas un sacrifice mais juste un choix logique, naturel et assumé de s’occuper de ses enfants, alors passez votre chemin.

Etre maman solo n’est pas une maladie honteuse mais juste une réalité de vie et si on en est là, c’est aussi  parce que les papas solos ont leur part de responsabilité. A eux de l’assumer. Pour le bien-être de leurs enfants. Ou pas.

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.