Parler d'Amour
Manifestations de la dépendance amoureuse

Manifestations de la dépendance amoureuse

Auteur

« Dire que j’ai gâché des années de ma vie, que j’ai voulu mourir, que j’ai eu mon plus grand amour, pour une femme qui ne me plaisait pas, qui n’était pas mon genre ! ». C’est ainsi que se termine Un Amour de Swann. Proust décrit comment Swann a peu à peu renoncé à être lui-même, pris de passion pour Odette de Crécy. Hanté par le besoin de posséder cette femme, Swann en oublie ses goûts, ses désirs, son travail, acceptant de se laisser manipuler et oubliant tout respect de soi. Image pétrifiante de la dépendance amoureuse, de la passion dévoreuse de discernement.

La dépendance pourrait se définir par le fait que nous nous sentons exister à travers une autre personne, c’est-à-dire par elle, pour elle voire, en elle.

Des signes qui ne trompent pas :

  • Nous sommes dans l’attente de recevoir de l’amour, de la protection, de l’attention, du sexe…
  • Nous voulons que l’autre reconnaisse nos valeurs, nos qualités, notre importance…
  • Nous souhaitons remarquer sa sensibilité en rapport à nos dévouements, nos gestes, nos actions faites pour elle. Nous souhaitons en quelques sortes qu’elle sache reconnaître notre sens du sacrifice envers elle.
  • Notre vie n’a de sens qu’à travers elle et nous nous sommes repris plusieurs fois à dire « je ne serais rien sans elle ».
  • Sans cette personne, nous sommes totalement perdu(e)s et n’avons plus goût à grand-chose
  • Deux semaines sans elle et le monde s’écroule, un réel manque s’installe
  • Nous avons besoin de sa présence pour nous sentir heureux(ses) et rempli(e)s
  • Nous souffrons comme si on nous avait arraché une partie de nous-mêmes lorsqu’elle ne répond pas à nos messages
  • Pour nous, l’expression « la vie à deux » veut dire « la vie à deux », ne faire qu’un, fusionner
  • Nous sommes totalement obsédé(e)s par cette personne et ne supportons pas imaginer qu’elle connaisse plus de complicité avec quelqu’un d’autre que nous

Si tous ces comportements nous sont familiers, alors oui, nous sommes dépendants, passant alors du statut de « soumis(e) » à « dominant(e) » et vice et versa.

Se faire écrire une lettre par un écrivain public

Ailleurs sur le web (sponsorisé)
Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.