Le premier amour

Le premier amour

Suivez ma page Facebook

Vous aimez cet article ?

Il est beau, violent, passionné, tendre, déchirant, étriqué entre rires et larmes, entre bonheur et désarroi, entre solidité et instabilité. Le premier amour est fort, intouchable, impérissable, indestructible. Il nous fait passer par des émotions prenantes, nous chatouille le cœur, nous illumine les yeux, donne un sens à notre vie. Et puis il s’effondre. D’un coup.

Voici ce que j’avais écrit (il y a bien longtemps) pour définir mon premier amour, une fois qu’il s’était répandu en miettes :

Un regard langoureux. Un sourire séducteur. Le premier baiser. La vie qui s’illumine. Les premiers signes de tendresse. Une complicité qui s’épanouit. La première fois. Les messages. Les lettres. L’amour qui déborde de partout. La vie qui devient magique. Les regards ensorceleurs. Les câlins passionnés. Les paroles sincères et touchantes. Les caresses sensuelles. Les nombreux appels. Les retrouvailles à la gare. L’acmé du bonheur. Les voyages. Les rires. Les pleurs. La jalousie. Les cris. On s’enlace et on se lasse. La rupture. On se fait du mal. On se déchire. Les mots blessants. On reste amis. On se revoit. On baise. Ca ne marche pas. On tire un trait. On déprime. On s’envoie des messages. On s’appelle. On s’insulte. On s’oublie. On s’en fout. On se manque. On se reparle. On se revoit. Ça ne marche pas. On se déteste. On renvoie des messages. On re-pleure. On fait semblant. On se hait. On disparaît.

En relisant ce texte, je me dis que c’est un bon résumé du premier amour. Alors pourquoi est-il si fort, si brutal ? Pourquoi avons-nous tant de mal à tirer un trait dessus ?

Le « premier »

Le premier amour est synonyme de découverte. On apprend avec lui, on avance, on se construit pas à pas et ce, sans aucun moyen de comparaison, puisqu’il est le premier. Dans les relations futures, nous revenons toujours à ce premier amour car on ne l’oublie pas, il reste collé dans un coin de notre tête, qu’on le veuille ou non. Et c’est ça qui fait toute la beauté et toute la magie de ces premiers émois amoureux : avec le premier amour, on ne compare pas, parce que nous n’en n’avons pas les moyens. L’Histoire est à écrire: Notre Histoire. Et quel bonheur d’inventer le roman ensemble, en amoureux. Découvrir chaque jour ce qu’est l’amour, ce que c’est que de sentir battre son cœur si fort qu’on a l’impression qu’il voudrait s’échapper, de rêver de l’autre, de ressentir le manque insoutenable lorsqu’il est loin de nous.

Les obstacles innocents

Le premier amour est passionné parce qu’il est parsemé d’obstacles : la distance, les études, les stages, les parents… On se compare à Roméo et Juliette, on se plaint : « Je déteste ma mère, j’ai envie de mourir, pourquoi ne veut-elle pas que j’aille dormir chez toi ce soir ???!!!! ». Et si je ris à moitié en écrivant cette phrase, je peux vous dire qu’il y a quelques années, lorsque je la prononçais, j’avais l’impression que ma vie n’avait plus aucun sens, j’étais démunie, vide, en sanglots. Je ne voyais pas l’intérêt de mes semaines si je n’étais pas récompensée le weekend, en allant voir mon amoureux. Tout prend une proportion incroyable et démesurée. Et ces petits obstacles permettent finalement de maintenir le couple en vie, parce qu’on a l’impression de se battre sans cesse pour l’autre et même si on en souffre, le couple est sans cesse pimenté.

Un grand pas

Le premier amour marque la fin de l’enfance et l’arrivée dans le monde adulte. On est finalement dans une période charnière où l’on se cherche encore. Où l’innocence est encore présente et où la réalité cogne peu à peu à notre porte. Le premier amour est par conséquent la transition entre ces deux mondes bien distincts, voilà aussi pour quoi il reste ancré dans la mémoire.

La référence

Même quand c’est fini, même quand ça fait dix ans qu’on ne l’a pas revu… Le premier amour fait partie de nos références parce qu’il nous a construit. De manière positive ou négative d’ailleurs. En tous les cas, on ressort grandi de cette Histoire, on sait qu’on ne refera pas les mêmes erreurs, on sait ce qu’on veut maintenant et surtout, ce qu’on ne veut plus jamais. Par exemple, si l’on est tombé sur un homme extrêmement jaloux et possessif, on saura les repérer par la suite et ne pas reproduire la même erreur. Ainsi, toutes les relations qui suivent le premier amour, sont, d’une manière ou d’une autre, comparées à lui.

Une idéalisation de la réalité

Le premier amour est un fantasme, une idée qu’on se fait de l’amour idéal. Le premier amour est extrêmement fort parce qu’on aime l’Amour. On se réfère aux clichés des films romantiques et on essaye de s’identifier, voire de reproduire les mêmes actes. S’embrasser sous une fontaine, faire l’amour dans une crique, courir dans un champ de blé en se tenant la main, sauter dans les bras l’un de l’autre à la gare, hurler « je t’aime » au milieu d’une foule… Bref, on se fout littéralement du regard des autres, on est « un ». C’est là la différence. Le premier amour n’est pas le résultat de la somme 1 + 1, il englobe les deux personnalités dans une fusion passionnelle.
Le premier amour représente la jeunesse éternelle, l’innocence qu’on voudrait à jamais retrouver. Il incarne la pureté émotionnelle, il est unique.

Une rupture choque

Lorsqu’il s’effondre, on a l’impression de tout perdre d’un coup, comme ça, en une seule parole. La vie perd son goût sucré, et on a du mal à aller de l’avant. Surtout pour celui qui s’est fait larguer et qui ne s’y attendait pas vraiment. Alors souvent, on essaye de se revoir, on voudrait que les sentiments reviennent, que l’Histoire reprenne son cours. Mais non. C’est vraiment fini, et l’innocence s’est évaporée avec. On a grandi, on le sent en nous. Et ça fait mal. Comme un humain qui se transforme en mutant (oui on voit ça dans les films), on souffre de changer soudainement, comme si notre corps et notre esprit mutaient eux aussi.

Et puis avec le temps, beaucoup de temps parfois, on regarde avec recul cette idylle en se remémorant les souvenirs, une pointe de nostalgie au creux du cœur. Mais on sait pertinemment que ça n’aurait pu marcher pour de bon et que nous avions des raisons valables pour mettre un terme à notre roman.

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Author

Avatar de Léa
Léa est la rédactrice en chef du site Parlerdamour.fr et auteur du livre Comment Faire l'Amour La Première Fois (et les suivantes) disponible chez Amazon et sur iBookstore Apple. Léa peut rédiger vos lettres d'amour ou de rupture à cette adresse : http://www.parlerdamour.fr/lettre

2 comments

  • Mais comment savoir si l’on aime notre partenaire ou si l’on aime seulement l’Amour ? Je parle pour toutes les relations, pas uniquement la première.

    Reply
    • Avatar de Léa

      Bonjour Sarey,

      Pour faire simple, pour connaître la différence, il suffit de se poser ces trois questions:
      – Si je ne suis plus avec mon compagnon, qu’est-ce qui me manquerait le plus: lui ou le fait d’être en couple?
      – Si je me remets en couple avec quelqu’un d’autre que mon compagnon, est-ce que cela m’irait?
      – Je reste avec lui car il me correspond parfaitement ou par peur d’être seule?

      Aimer l’amour c’est aussi aimer se montrer, faire comme dans les films, aimer représenter les clichés que l’on a lus, vus ou entendus.

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>