Top 10 des croyances limitantes

Dites-le avec une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

Il existe de nombreuses croyances limitantes qui empêchent de s’épanouir pleinement. Ces croyances sont ancrées en nous et elles se manifestent au moment où on veut changer quelque chose en nous ou dans notre vie. Elles se réveillent alors comme des mises en garde négatives, voulant freiner notre élan. A chacun sa ou plutôt ses croyances limitantes en fonction de sa personnalité, de son éducation, de ses peurs, de son enfance, de son vécu. Mais certaines d’entre elles se retrouvent chez beaucoup de monde, car elles incarnent des peurs universelles. Comment se construit une croyance limitante ? Peut-on s’en débarrasser ? Quelles sont les principales croyances qui entravent ? Voici le top 10 des croyances limitantes, qui bloquent l’affirmation de soi, la confiance et l’épanouissement personnel.

Top 10 des croyances limitantes

Qu’est-ce qu’une croyance limitante ?

La croyance est le fait de croire que quelque chose est possible. Elle est limitante quand elle nous convainc que le moindre changement est impossible. C’est une vision manichéenne des choses : c’est bien ou mal, vrai ou faux, trop tôt ou trop tard, trop dangereux, etc.  Elle nous vient de ce que nous avons appris, de notre passé, de notre éducation, de nos expériences.

Croire en elles est quelque chose d’inné, on cultive cette vision des choses de façon quasi inconsciente, car ces croyances limitantes sont ancrées en nous, comme un héritage. On y croit car elles représentent une forme de sécurité, de zone de confort, de protection. En sortir, c’est prendre le risque de souffrir, de perdre ce qu’on a.  

Comment nait-elle ?

Depuis notre jeune âge, notre système de croyances se met en place par héritage familial, par l’éducation, les valeurs inculquées, puis par l’environnement, l’entourage, le monde professionnel et enfin notre personnalité se construit en fonction de tout cela. On a tellement entendu ces phrases-types, ces pensées négatives qu’elles résonnent comme de véritables mantras et empêchent de penser autrement.

Une citation de Bouddha dit très justement à ce sujet « Nous sommes ce que nous pensons. Tout ce que nous sommes résulte de nos pensées. Avec nos pensées, nous bâtissons notre monde. »

Ce sont nos croyances qui définissent notre schéma de pensée, nos actions et donc notre vie. Cultiver des croyances limitantes, c’est se créer des blocages et s’empêcher de vivre son propre épanouissement. Derrière la croyance se cache une peur pour soi et plus le temps passe, plus nous l’entretenons en la verrouillant comme la seule option possible. Ces pensées conditionnent l’existence et sont alors des freins à la réussite, à l’amour, à la chance, au changement.

Lire aussi : Croyances limitantes : Les exercices à faire pour s’en libérer

Comment prendre conscience de nos croyances limitantes ?

De façon très concrète, nous entretenons ces croyances par des tics de langage, des négations, des pensées négatives, le développement de peurs, parfois même de phobies. Ainsi, pour chaque situation qui amène un changement, une personne soumise à ses croyances limitantes va y voir un risque ou un danger en premier, et non pas une opportunité ou une chance.

Elle va être dans l’immobilisme, la frilosité, l’incapacité à entreprendre un changement. L’inconnu fait peur à ses personnes qui ne parviennent pas à sortir de leur zone de confort. La raison est simple, elles nourrissent leurs croyances limitantes plutôt que de les détruire.  

Top 10 des croyances limitantes : des exemples très concrets

  •  « Oui mais » : inhibant cache souvent une croyante limitante qui enferme la personne dans un carcan qu’elle se crée, car cela la rassure.
  • « Je ne suis pas capable de » : alors qu’il faut en fait distinguer « être capable de », qui engage la valeur de la personne, et « avoir les capacités de ».
  • « Je suis comme les autres me voient » : n’est-il pas possible de s’aimer et s’accepter sans l’approbation d’autrui ?

Et on note des phrases négatives sur tous les sujets, comme si on ne méritait pas d’être heureux, en se disant trop ou pas assez, selon qu’on parle de la vie professionnelle ou personnelle.

Lire aussi : 30 puissantes croyances positives à se répéter chaque jour

Top 10 des croyances limitantes très répandues

  1. « Le bonheur, ce n’est pas pour moi. »
  2. « Je suis trop ou pas assez… pour… »
  3. « Dans ma famille on (n’)est (pas)… »
  4. « Je ne mérite pas de… »
  5. « Je n’y arriverai jamais. »
  6. « Toutes les femmes sont… tous les hommes sont… »
  7. « Je suis nul, sans talent… »
  8. « C’est mon destin de rater/échouer/ rester là/être seul… »
  9. « On ne peut faire confiance à personne. »
  10. « La chance, ça n’arrive qu’aux autres. »

Lire aussi : Je me sens seule et perdue : Témoignage

Transformer ses croyances limitantes

La première étape est de devenir conscient de sa ou ses croyances limitantes. Pour cela, il faut se demander :

  • Cette situation m’empêche d’AVOIR, de FAIRE et d’ÊTRE quoi ?
  • Si j’osais faire ce que je veux, quel serait le plus grand risque pris ?
  •  Si cela arrivait, serait-ce si grave ? Ne trouverais-je pas une solution à mon problème ?
  • Serais-je forcément jugé par les autres ?

Une fois la croyance trouvée, prenez d’autres décisions et arrêtez de la nourrir. Faites la liste de vos croyances limitantes, notez sur 10 à combien vous y croyez.

Puis trouvez une croyance contraire. Cette nouvelle croyance positive vous donnera de l’énergie, de la motivation et vous permettra d’avancer.

Lire aussi : Ne subissez pas votre vie, croyez en vos rêves et détruisez vos croyances limitantes

Top 10 des croyances limitantes

#1 Il est trop tard pour poursuivre mes rêves

L’âge n’est pas un vrai facteur limitant dans la plupart des cas. C’est votre croyance qui est un facteur limitant. Oubliez les critères de la société qui impose sa définition du succès. Vous n’avez pas besoin d’avoir suivi un parcours tout tracé dans votre vie pour entreprendre un changement. Créez votre propre voie et concrétisez-la.

Dites-vous plutôt :

  • “Il n’est jamais trop tard pour commencer quelque chose. Ce qui est important c’est que je dois agir maintenant.”
  • “L’âge n’est qu’un nombre. Mon âge actuel ne conditionne pas ce que je peux encore faire de ma vie.

Lire aussi : Liste de projets de vie : Méthode et exemples

#2 Je dois agir en fonction du regard des autres

Les gens jugeront toujours les autres, peu importe le sujet. Vous ne pourrez jamais contenter tout le monde, parce que tout le monde est différent. Et si tout le monde est différent, pourquoi alors essayer de plaire à tout le monde ? Votre vie ne doit pas être déterminée en fonction des autres. Vous serez bien plus épanoui et en phase avec vous-même en restant vous-même justement !

Dites-vous plutôt :

  • “Ce n’est pas ma responsabilité de plaire aux autres dans la vie.”
  • “Je suis moi, je suis unique, nous le sommes tous.”

Lire aussi : L’amour de soi : de l’importance de s’aimer

#3 Aimer, c’est forcément souffrir

Si je donne mon amour, je vais avoir le cœur brisé. Pour trouver le vrai amour, vous devez vous autoriser d’être vulnérable, c’est vrai. Vous pouvez être blessé(e), cela fait partie de la quête de l’amour, c’est un risque inhérent à l’amour mais pas obligatoire, et surtout cela ne définit pas ce qu’est l’amour. Éviter d’aimer pour ne pas être blessé, ne vous conduira qu’à une vie sans amour.

Dites-vous plutôt :

  • “C’est en ouvrant mon cœur que j’attirerai la bonne personne à aimer dans ma vie.”
  • “Les ruptures m’aident à en apprendre plus sur moi et sur l’amour.”

Lire aussi : J’ai perdu le goût du bonheur : Le témoignage émouvant d’Agathe

#4 Il y a trop de risques à vivre mon rêve

La peur de l’échec est surestimée, car l’échec fait partie de n’importe quel apprentissage, c’est normal. On tombe, on se relève. Ce qui est le plus important ce sont les actions prises lorsque les choses ne se passent pas comme vous voulez. Comment pouvez-vous apprendre de vos erreurs ? Comment pouvez-vous transformer vos échecs en succès ? Ce sont les questions que vous devriez vous poser pour créer le futur de vos rêves.

Dites-vous plutôt :

  • “Mes rêves sont toujours à ma portée.”
  • “Tout ce que je conçois, je peux le réaliser. C’est à moi d’agir pour réaliser ce que je veux.”

Lire aussi : 7 formules pour retrouver confiance en soi

#5 L’inconnu c’est dangereux

La nouveauté, le changement, l’inconnu : un grand classique des croyances limitantes. L’ignorance crée la peur. La peur du changement est un must des croyances freinant l’évolution d’un individu, elle masque les opportunités de réussite pour conduire à une stratégie d’auto-sabotage. Ses meilleurs alliés sont la prudence, l’immobilisme, la méfiance. Bousculer ses habitudes reviendrait à sortir des sentiers battus, de sa zone de confort. N’est-il pas envisageable de tenter une nouvelle expérience en respectant son besoin de sécurité ?

Dites-vous plutôt :

  • “C’est mon ouverture d’esprit qui va me faire découvrir le monde.”
  • “ Je me condamne à l’ennui si je ne sors pas de ma zone de confort.”

Lire aussi : Pourquoi changer de vie fait si peur ?

Top 10 des croyances limitantes : les 5 dernières

#6 Je suis trop vieux pour repartir de zéro

Cette croyance est la conséquence d’une autre, plus générale, qui part du principe que l’apprentissage n’est possible que lorsqu’on est jeune. Et que par la suite, changer est signe d’instabilité. C’est faux, si l’envie est là, l’âge ne doit pas conditionner vos projets, c’est un faux prétexte à oublier.

Dites-vous plutôt :

  • “Mon expérience est une force pour ce projet.”
  • “ Malgré mon âge, je n’ai pas peur de relever de nouveaux défis car je m’en sais capable.”

Lire aussi : The Miracle Morning ou l’art de se lever tôt pour changer de vie !

#7 Je n’ai pas le droit à l’erreur

Encore une fois, se tromper fait partie de l’expérience de vie. La peur de l’échec est normale mais ne doit pas conditionner l’envie d’entreprendre. Cette pression, vous vous la mettez tout seul, parce que vous voulez prouver quelque chose aux autres ou trouver de la reconnaissance. Vous seul avancez sur votre chemin de vie, et les obstacles et les chutes en font logiquement partie. L’important c’est de se relever et de repartir, de ne pas abandonner.

Dites-vous plutôt :

  • “Il y a des leçons positives à tirer de chaque expérience et échec dans la vie.”
  • “ Personne ne va me juger si je me trompe.  J’apprends dans tout ce que j’entreprends.”

Lire aussi : 25 affirmations positives à se répéter chaque matin pour bien commencer la journée

#8 Pour mériter ce que je veux, je dois souffrir

Voici une croyance très ancrée, notamment dans le milieu sportif et pour la perte de poids. C’est même devenu un slogan célèbre avec le “no pain, no gain”, qui met une pression énorme à la personne qui se lance. Si la réussite, quelle qu’elle soit, demande de la persévérance et des efforts, ce n’est pas pour autant un parcours du combattant fait uniquement de douleurs, de privations et de souffrances.

Dites-vous plutôt :

  • “C’est mon défi personnel, personne ne me met de barrières ou d’objectifs à part moi-même.”
  • “ Je connais mes limites et ne pas les dépasser n’est pas un aveu de faiblesse.”

Lire aussi : La technique de l’Ho’oponopono des guérisseurs hawaïens : vers le pardon et l’amour de soi

#9 Je ne rencontrerai jamais personne à cause de ma timidité

La timidité ou la réserve n’est pas une tare et en aucun cas, cela ne va conditionner votre vie amoureuse pour toujours. Les célibataires le sont pour plein de raisons. Si votre timidité représente un handicap au quotidien pour vous, il existe des façons de mieux vivre avec. Mais cela ne définit pas qui vous êtes ou votre vie sentimentale à venir.

Dites-vous plutôt :

  • “Mes autres qualités me permettent d’intéresser quelqu’un.”
  • “ Ma timidité est une force si je décide de la valoriser comme une qualité et non comme un défaut.”

Lire aussi : Comment vaincre le complexe d’infériorité ? Quelles sont ses origines ?

#10 Je suis comme je suis. C’est trop tard pour changer

Cette croyance limitante est très répandue, elle représente bien ce que peut être un état de rigidité vis à vis de soi-même. Facilité, égoïsme, procrastination, peur, autant de mauvaises raisons de ne pas évoluer. Si vous en avez envie, si cela est nécessaire pour votre bien-être et celui des gens que vous aimez, il n’est jamais trop tard.

Dites-vous plutôt :

  • “Je suis fier de procéder à ce changement nécessaire à mon bien-être.”
  • “ Je décide de qui je veux être et je suis tout à fait capable de devenir celui/celle que j’ai toujours voulu être.”

 

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :) Laisser un commentaires.

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire