Parler d'Amour
“Les amours de Rodage” texte de Cindy

“Les amours de Rodage” texte de Cindy

Auteur

Je viens tout juste de découvrir une nouvelle plume et j’en suis ravie car ce n’est pas n’importe laquelle! Lisez ce très beau texte de Cindy, il risque de vous faire réfléchir 🙂

 

La plupart des gens ne comprenaient pas sa manie de relire les mêmes livres, de revoir les mêmes films et jusqu’à ce soir là lorsque l’écran devint noir et que le générique de fin commença à défiler, elle se rendit compte qu’elle ne l’avait jamais vraiment comprise non plus. Elle ne l’avait jamais comprise puisqu’elle avait fait fausse route, elle avait eu tout faux.

Jusqu’à ce soir , elle pensait que c’était une manière de rester dans l’enfance, que c’était comme sa tradition, sa manière de retrouver un sentiment de bonheur, les livres et les films étaient toute sa vie après tout, les livres qu’on préfère procurent un sentiment de contrôle aussi, là au moins elle connaissait la fin de l’histoire.. C’est fou comme on arrive à avoir des évidences à propos de certaines choses, et un jour arriver à une conclusion contraire en un claquement de doigt, et pourquoi..? Elle et son inconscient. Une longue histoire d’amour qui ne connaîtra jamais la routine. Plus elle grandissait et plus elle remettait en question tout ce qu’elle avait toujours pris pour établi, même ses certitudes les plus profondes.

Elle avait plein d’idées sur la vie, les choses, les gens, l’amour et son rapport à l’amour mais aujourd’hui en re-visionnant Les Amants du Flore, elle comprit plusieurs choses.

Elle avait cru avoir été malheureuse parce qu’elle avait cru avoir aimé, mais c’était faux, elle était amoureuse de l’amour, de l’idée du couple, elle se l’imposait au lieu d’attendre qu’il s’impose à elle.. Finalement elle n’avait jamais  véritablement reçu parce qu’elle n’avait jamais donné, et si elle avait une fois reçu ça n’avait  pas marché parce qu’elle ne voulait pas, elle n’était  pas prête au fond à ce qu’on lui donne.

Se faire écrire une lettre par un écrivain public

“Donner quelque chose qu’on a pas à quelqu’un qui n’en veut pas…”

Elle comprenait cette phrase maintenant. L’amour n’a jamais été assez fort pour la faire douter d’elle, il n’a jamais assez bouleversant pour la changer, pour qu’elle se renie, pour qu’elle se rende et qu’elle donne tout à quelqu’un d’autre qu’elle-même. Elle n’avait jamais eu ce sentiment d’absolu. Elle n’avait jamais rien senti, elle n’avait jamais aimé.

Et pourtant oui, elle a été triste, elle a déjà pleuré pour un homme, elle a déjà vécu juste pour un homme, elle a déjà supporté la vie à cause d’un homme, elle a aussi déjà maudit un homme et sincèrement regretté que leurs chemins se soient croisés mais elle s’en était  remise plutôt rapidement en fin de compte. C’est Sartre qui a raison, pas lorsqu’il dit que “l’enfer c’est les autres”, non  cette affirmation est trop radicale, non, il a raison lorsqu’il dit dans le film que les autres ont des sentiments et qu’ils nous le font payer cher.

C’est ce qu’elle avait fait, à chaque fois elle leur avait fait payer tout son malheur parce que parlons peu, parlons bien, c’était l’autre le problème, c’était tout simplement eux qui avaient tort, et bien sûr à chaque fois.

Longtemps elle fut immature, là réside la véritable explication de cette succession d’échecs cuisants. On veut aimer, se sentir aimé, mais on est tout simplement pas assez mature pour être responsable du bonheur de quelqu’un d’autre et bien trop prompt nous sommes à faire de l’autre le responsable de notre bonheur ou de notre malheur. C’est beaucoup de responsabilité l’amour… C’est une histoire de grandes filles et de grands garçons.

Cindy

Ailleurs sur le web (sponsorisé)
Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.