Dépendance affective (dossier) : Symptômes, conséquences et traitements

Comment retrouver la complicité des débuts dans son couple ?

Avec le temps, la relation de couple change. On s'éloigne, on communique moins, on s'engueule. Pourtant on s'aime toujours... Alors comment remettre son couple sur les bons rails et retrouver la complicité et les rires qui nous ont fait tomber amoureux ?

Selon Michel Reynaud, La dépendance affective se définit comme le stade où l’envie est devenue besoin, avec apparition de la tolérance, c’est-à-dire de la nécessité d’augmenter les doses pour obtenir les mêmes effets, et l’apparition de signes de sevrage en cas de non-consommation. Une fois passé de l’usage à l’abus, puis à la dépendance, il n’y a plus de plaisir. Et même quand il en reste, il est une maladie… Qui peut être d’amour.

La dépendance affective : Qu’est-ce que c’est ?

la dépendance affective c'est quoi

Énormément de personnes sont touchées par la dépendance affective, ce piège redoutable des amoureux passionnés ! Le dépendant affectif ne cesse de rechercher le bonheur à l’extérieur de soi, ce qui induit qu’il ne peut jamais être pleinement heureux. De fait, la dépendance affective ne permet pas d’accéder au véritable bonheur car elle implique de toujours le rechercher à travers les autres.

 
 

Erich Fromm, psychanalyste, disait :

« L’amour immature dit : Je t’aime parce que j’ai besoin de toi. »

L’amour mature dit : J’ai besoin de toi parce que je t’aime ».

Les deux phrases qui peuvent sembler similaires sont en fait, tout à fait opposer. Aimer une personne parce qu’on a besoin d’elle, ce n’est pas l’aimer, c’est vouloir rester près d’elle car, en son absence, on ne se sent pas de gérer les choses. Aimer une personne parce qu’on a besoin d’elle, c’est finalement une forme de manipulation inconsciente qui nous pousse à aimer quelqu’un afin qu’il réponde à nos attentes et comble notre vide intérieur.

Une personne en dépendance affective chercher l’approbation des autres, et leur attention pour donner du sens à sa propre valeur. Elle dépend donc des autres (de leurs avis, leurs comportements, leurs regards) pour faire ses choix, devenant ainsi victime de leurs bon vouloir… Les dépendants affectifs souffrent d’un complexe d’infériorité qui vient leur pourrir l’existence à tous les niveaux : difficultés à prendre des décisions personnelles, à assumer des responsabilités…Etre dépendant affectif c’est vouloir inconsciemment trouver notre propre valeur à travers le regard de quelqu’un d’autre, qui nous fera sentir important.

Pour cacher ce mal-être, certains adoptent des comportements qui ne leur ressemblent pourtant pas, notamment l’agressivité, afin de donner le change, de cacher leur mal-être et leurs faiblesses. Ces comportements cherchent en fait à combler un manque. Un manque de reconnaissance, d’attention, d’amour qui prend souvent source dans l’enfance de la personne concernée… Des parents trop absents, trop durs, pas assez expressifs… Les causes peuvent être nombreuses !

Finalement, la dépendance affective pourrait se définir par le fait que nous nous sentons exister à travers une autre personne, c’est-à-dire par elle, pour elle voire, en elle.

D’où vient la dépendance affective ?

La dépendance affective est une programmation qui remonte à l’enfance et perdure dans votre vie d’adulte : vous courez après l’affection, la reconnaissance et la protection dont vos parents ne vous ont pas nourris.

Dans une relation sentimentale, la dépendance s’installe quand on considère l’autre comme le sens unique de sa vie. Votre seul centre d’intérêt c’est l’autre, votre seul but c’est l’autre.

Si vous êtes célibataire, vous êtes en recherche permanente d’une personne capable de combler le vide que vous éprouvez et tant que vous ne l’avez pas trouvée, vous vous sentez malheureux et inutile.

Si vous êtes en couple, vous avez l’impression que vous ne serez plus rien sans lui/elle, vous réclamez de l’attention en permanence, vous faites preuve d’un dévouement sans borne pour lui/elle quitte à vous oublier complètement et à renier vos propres valeurs.

L’enjeu est de ne pas considérer l’autre comme la seule réponse à ses besoins. Son bonheur est votre souci mais réciproquement votre bonheur doit être aussi le sien.

20 symptômes de la dépendance affective :

« Dire que j’ai gâché des années de ma vie, que j’ai voulu mourir, que j’ai eu mon plus grand amour, pour une femme qui ne me plaisait pas, qui n’était pas mon genre ! ». C’est ainsi que se termine Un Amour de Swann. Proust décrit comment Swann a peu à peu renoncé à être lui-même, pris de passion pour Odette de Crécy. Hanté par le besoin de posséder cette femme, Swann en oublie ses goûts, ses désirs, son travail, acceptant de se laisser manipuler et oubliant tout respect de soi. Image pétrifiante de la dépendance amoureuse, de la passion dévoreuse de discernement. Pour savoir si vous faites vous aussi partie des personnes dépendantes affectives, voici les 20 symptômes de la dépendance affective.

#1 Vous êtes incapable d’être heureux(se) seul(e)

C’est le signe le plus parlant de la dépendance affective. En effet, une personne dépendante affective ne parviendra pas à apprécier le temps avec elle-même. Et ce, avant même d’avoir rencontré quelqu’un et d’être en couple. La personne dépendante affective s’ennuiera chez soi quand elle est seule, cherchera à voir des gens, à trouver l’âme-soeur. .

dependance affective solitude

C’est pourquoi bien souvent, les personnes dépendantes affectives cherchent par tous les moyens à se mettre en couple et préfèrent, malgré elles, être mal accompagnées que seules, afin de combler leur vide intérieur.

A contrario, une personne qui ne souffre pas de dépendance affective ne ressentira pas ce besoin d’avoir un partenaire. Evidemment, cela ne veut en aucun cas dire qu’elle ne souhaite pas rencontrer quelqu’un de bien et partager sa vie avec, cela signifie qu’elle apprécie sa liberté, qu’elle est capable de vivre seule, qu’elle est en harmonie avec elle-même et qu’elle est ouverte à des opportunités de rencontres.

On pourrait dire que la vraie différence entre les deux réside dans le fait que la personne dépendante affective a BESOIN de trouver quelqu’un pour son bonheur alors que l’autre sera HEUREUSE de trouver quelqu’un pour ajouter un degré supplémentaire à son bonheur.

#2 Vous ne vous aimez pas et n’avez pas confiance en vous

Un des symptômes les plus courants de la dépendance affective est le manque de confiance. Vous n’avez aucune confiance en vous et pensez, évidemment à tord, ne pas mériter l’amour qui vous est donné. C’est pourquoi vous allez redoubler d’efforts pour ressembler du mieux que vous pouvez à la petite femme parfaite ou au petit homme parfait. Ainsi, vous vous direz « Il m’aime, parce que j’ai fait ci ou parce qu’il est aime quand je fais ça… ».

#3 Vous attirez les pervers narcissiques

Forcément, si vous êtes dans la dépendance affective, vous êtes la proie idéale pour les pervers narcissiques ! Vous croyant indigne d’être aimé(e), vous préférez rester avec une personne nocive et toxique pour laquelle vous croirez éprouver de l’amour malgré ses comportements inacceptables !

dependance affective dispute couple

Vous acceptez ses mots violents, ses ordres aberrants, vous accepterez de ne plus portez tel ou tel vêtement ou de ne plus vous maquiller…Tant qu’il reste avec vous !

La personne dépendante affective est incapable de s’auto-juger objectivement. Certaine d’être nulle et inutile, le fait qu’une autre personne, aussi mauvaise soit-elle, lui accorde un tant soit peu d’importance, la rassure.

#4 Vous êtes terrorisée à l’idée d’être seul(e)

Vous avez une peur phobique de la solitude. Au lieu de voir la solitude comme quelque chose de bénéfique pour soi, une manière d’être libre et de faire ce que l’on souhaite, le dépendant affectif va se sentir terriblement mal. Il attirera alors soit, comme nous venons de le voir, des pervers narcissiques, soit des personnes dépendantes affectives comme eux. Ensemble, ils seront alors dans une relation dite de « co-dépendance affective« .

femme seule sur un lit

La peur de l’abandon ou du rejet sont à l’origine de cette peur maladive de la solitude. Vous avez vécu un abandon réel ou imaginaire étant enfant et, inconsciemment, vivez dans la peur qu’il se reproduise.

#5 Vous avez un besoin viscéral de plaire… Au détriment de votre personnalité

Vous cherchez par tous les moyens à plaire aux autres. D’une certaine manière, vous savez manipulez, même si vous le faites de façon totalement inconsciente. Vous acquiescerez face à votre interlocuteur, assouvirez ses attentes, ses demandes…

seduction femme parfum

Très souvent, la personne dépendante affective va jeter son dévolu sur une personne qui ne lui plaît qu’à moitié mais elle se persuadera qu’elle l’aime tout entier…du moment qu’il l’a choisie. En fait, la personne dépendante affective ne voit pas le plus important : qu’elle n’arrive pas à se plaire à elle-même.

#6 Vous avez souvent recours au chantage affectif : c’est un des symptômes de la dépendance affective

Que ce soit en amour ou même, plus jeune, avec sa famille, la personne dépendante affective a souvent recours au chantage affectif.

  • Si tu ne veux pas que j’aille dormir chez Julie, je fugue.
  • De toute façon tu n’as jamais été une bonne mère, tu es incapable d’être gentille.
  • Si tu pars en vacances avec tes potes, tu ne me revoies plus.
  • Si tu vas en boite de nuit ce soir, je te quitte.

(…).

N’ayant pas d’arguments valides, le dépendant affectif, qui est la plupart du temps possessif et atrocement jaloux, usera des moyens affectifs pour que l’autre se soumette à ses décisions.

#7 Vous avez besoin d’être complimenté(e) et valorisé(e)

Si vous êtes dans la dépendance affective en amour (et pas que d’ailleurs), vous avez un besoin viscéral de reconnaissance et de compliments.

Tu m’aimes ? Est-ce que tu me trouves belle ? Tu aimes cette robe ?

Ces questions sont bien souvent très agaçantes pour l’autre qui se voit fatigué de toujours devoir rassurer son partenaire. De plus, ces questions peuvent être culpabilisantes : Je te demande si tu m’aimes parce que tu ne me le dis pas assez souvent à mon goût.

couple dispute

#8 Vous n’exprimez pas vos besoins et vous vous positionnez en victime

Si vous êtes dans la dépendance affective dans votre couple, il y a fort à parier que vous n’osez pas exprimer sincèrement vos besoins par peur qu’ils aillent à l’encontre de ceux de votre partenaire et qu’ainsi, il vous délaisse. Vous vous mettrez donc dans la position de victime sans vous en rendre compte, avec toujours, cette sensation d’être délaissé(e) à la moindre occasion.

Dans le livre « Vaincre la dépendance affective » de Sylvie Tenenbaum, que je vous conseille, l’auteure explique :

« Si les dépendants affectifs problématiques se montrent extrêmement attentifs aux autres, ils demeurent le plus souvent sourds à leurs propres désirs et souhaits. Ce sont ceux des autres qu’ils savent écouter, pas les leurs, ces derniers ayant été depuis fort longtemps refoulés. C’est aux autres qu’ils cherchent à plaire en obéissant à des diktats qu’ils se sont imposés (fortement aidés en cela par leur éducation) : Ainsi il agissent comme ils pensent devoir agir et non comme ils ont envie de le faire. L’essentiel étant de maintenir l’image qu’ils veulent donner aux autres, celle d’une personne altruiste, gentille, généreuse, dévouée, compatissante et tellement disponible ! Mais derrière cette image, leurs besoins et envies sont étouffés, emprisonnés dans un carcan – de peur de déplaire à ces autres qui, seuls, les rassurent jour après jour et leur donnent l’impression d’exister. »

#9 Vous ne partez jamais sans votre conjoint en vacances : un symptôme de dépendance affective révélateur

Partir sans votre conjoint en vacances vous paraît totalement insensé. Pour vous, l’amour, ça veut dire ETRE TOUT LE TEMPS A DEUX. Vous ne prenez aucun plaisir à l’idée de partir en vacances entre copines ou pire, seule !

vacances en couple

Et, quand votre compagnon émet l’idée que ça lui plairait de partir une semaine avec ses amis, cela vous met hors de vous et vous révolte : Comment peut-il concevoir d’être heureux sans moi ??

Symptôme de la dépendance affective #10 Vous planifiez au maximum vos weekends et vos soirées

Votre peur de la solitude est telle que vous êtes capable de tout planifier deux semaines à l’avance pour être certaine de devoir subir le moins de solitude possible. C’est un des symptômes très pénibles de la dépendance affective et j’en ai fait personnellement les frais !

#11 Vous ne supportez pas les critiques

Si vous êtes dans la dépendance affective, alors les critiques vous blessent profondément. Les critiques, ou même simplement les remarques ! Si au boulot, votre chef vous dit que votre travail a été bâclé, vous allez vous mettre dans un état pas possible, comme si on avait jugé votre valeur humaine et non votre travail.

Si jamais un ami décommande car il ne peut pas vous voir pour une raison ou une autre, vous êtes persuadé(e) que c’est parce qu’il n’a pas envie de vous voir, qu’il ne vous aime plus.

#12 Pour vous, amour et souffrance vont de paire : une preuve de votre dépendance affective

Vous êtes une personne passionnée. Le mot passion venant du mot grec Pathos qui signifie souffrance, on comprend un peu mieux. Vous êtes, du coup, la reine (ou le roi) des drama ! Il vous arrive de pousser le bouchon jusqu’à des crises d’hystérie qui n’avaient absolument pas lieu d’être. Crises que vous regrettez atrocement après. La dépendance affective nous pousse à avoir des comportements excessifs et incontrôlables.

#13 Vous ne supportez pas l’absence de l’autre

Dès qu’il n’est pas avec vous, vous avez la sensation qu’on vous a arraché une partie de votre coeur. Etre heureuse sans lui vous paraît tout bonnement impossible. Même s’il ne part qu’une semaine en déplacement, vous êtes capable de rester prostrée pendant sept jours. La boule au ventre, en attendant qu’il revienne.

#14 Au travail, vous en faites trop

A vous entendre, vous êtes toujours sous l’eau, vos chefs sont fous et ne se rendent pas compte de la quantité de travail que vous devez fournir… Pourtant, quand on regarde vos collègues qui sont sur le même post, ils ont l’air plutôt détendus.

working girl

C’est parce que vous en faites toujours trop. Alors, comme vous essayez de travailler le plus vite et le mieux, forcément, vos bosses vont avoir tendance quant à eux, à vous rajouter du travail. C’est là le problème quand on est dans la dépendance affective, toujours en quête de reconnaissance.

Mais finalement, vous vous le rajoutez à vous-même. Vous vous mettez une pression hors du commun pour vous faire apprécier de vos chefs, toujours avec ce besoin vital de reconnaissance.

Symptôme de la dépendance affective #15 : Sans l’autre, vous êtes perdu(e)

Dès que votre partenaire n’est plus avec vous, vous ne trouvez plus grand sens à votre existence. Vous êtes dans l’attente de l’autre, de son retour pour retrouver votre énergie et votre envie de faire des choses.

#16 : Vous paniquez si l’autre ne répond à vos messages

Si votre partenaire ne répond pas assez rapidement à votre goût à vos messages, vous devenez tout de suite parano : il ne m’aime plus / il m’a trompé / Il me cache quelque chose… Vous prenez tout trop à coeur et faites une montagne des petites choses ordinaires de la vie de couple.

#17 : Vous êtes fusionnel.le : c’est l’un des symptôme de la dépendance affective en amour

Pour vous, l’amour, le vrai, ne peut être que fusionnel. Vous avez besoin de ne faire qu’un avec l’autre. C’est un peu l’image du bébé dans le ventre de sa maman. A son contact vous êtes immédiatement rassuré.e et vous voudriez toujours rester collé.e à lui/elle. C’est ainsi que fonctionne la dépendance affective en amour.

#18 : Vous êtes hypersensible

Un des symptômes de la dépendance affective le plus connu est l’hypersensibilité. Vous êtes une personne hypersensible, c’est-à-dire que votre sensibilité est bien plus accrue chez vous que chez les autres. Le moindre accro, la moindre petite dispute vous fait perdre vos moyens. Et si les hypersensibles ressentent aussi le bonheur plus fort, l’angoisse peut devenir insoutenable.

#19 : Une dispute et c’est le drame quand on est dépendant.e affectif(ve)

Lorsque vous avez des disputes de couple, au lieu de vous dire que c’est sain et nécessaire, vous dramatisez complètement la situation. A chaque dispute, vous avez la sensation que c’est la fin de votre couple et remettez toute votre relation en question.

#20 : La jalousie : preuve de la dépendance affective en amour

La jalousie maladive est l’un des symptômes les plus courants de la dépendance affective en amour. Vous êtes obsédé.e par votre partenaire et ne supportez ni n’imaginez qu’il/elle puisse connaître une quelconque forme de complicité avec une autre personne que vous.

Le manque de confiance en vous fait également que, vous ne pouvez pas du tout avoir confiance en l’autre.

Vous éprouvez le besoin d’avoir accès à ses mots de passe, à savoir ce que l’autre est en train de faire, avec qui il était, pourquoi il ne vous a pas appelé(e)… Bref, vous êtes tout le temps en train de psychoter, toujours par peur d’être abandonné(e) ou rejeté(e).

symptomes de la dépendance affective

Dépendance affective ou amour : Quelles différences ?

L’amour consiste à donner et à partager et non à obtenir. Chez les personnes affectivement équilibrées, aimer c’est en effet donner ET recevoir mais chez les dépendants affectifs, leur dépendance les pousse à un mode de fonctionnement qui consiste à donner OU à recevoir. La différence entre l’amour et la dépendance affective semble donc résider dans un déséquilibre total au sein du couple, ce qui engendre des tensions et beaucoup de souffrance.

Le véritable défi, en amour, est bien cette notion d’équilibre et de réciprocité adjacente. En effet, si vous vous focalisez sur votre besoin d’être aimé en permanence, vous adopterez automatiquement une attitude de contrôle qui ne permet pas d’établir une relation amoureuse saine. A l’inverse, si vous vous focalisez uniquement sur le fait d’aimer l’autre à tout prix, c’est la dépendance qui arrive. Dans les deux cas, vous vous retrouvez en situation de dépendance affective.

Cela peut paraître simpliste mais, c’est à partir du moment où vous choisissez de vous aimer vous-même et d’aimer les autres que vous faites l’expérience du véritable amour.

Vous êtes dépendant(e) affectif(ve) si :

vous êtes dans la dépendance affective si

– Vous êtes en couple pour les mauvaises raisons

L’impossibilité d’être seul, autonome, indépendant est un premier signe d’alerte. Vous n’êtes pas en couple parce que vous l’aimez profondément mais pour ne pas être seul. Vous ne faites pas la différence entre amour et dépendance. Et rien ne vous fait plus peur qu’une rupture. D’ailleurs, à chacune de vos ruptures, plutôt que de réfléchir aux véritables raisons, que faites-vous ? Vous vous remettez très vite en couple, car votre peur de la solitude affective est plus forte que tout. En fait, vous préférez être mal accompagné que seul…

– Vous avez peur de l’abandon

Cette peur de la solitude affective est en effet étroitement liée à la peur de l’abandon. S’il est probable que cette peur prend sa source dans votre enfance, c’est aujourd’hui, dans votre couple, que votre crainte d’être abandonné prend toute son ampleur. Pour ne pas vous séparer, vous avez tendance à fuir les conflits, à tout accepter, à ne jamais faire de vagues, même si vous n’êtes pas d’accord. Vous ne donnez pas votre avis : s’il était écarté, vous vous sentiriez rejeté. Et ça, votre dépendance affective ne saurait le supporter.

– Vous vous oubliez au profit de l’autre

Pour être sûr de garder votre chéri(e), vous prenez soin d’elle/de lui à tous les niveaux. Rien n’est trop beau pour elle/ lui et tout ce qu’il ou elle dit est parole d’évangile. Et vous, dans tout ça ? vous renoncez à vos envies, à vos projets, à vos rêves au profit des siens, qui sont tellement mieux ! Votre sentiment ou complexe d’infériorité vous conduit à négliger votre personnalité, vous n’êtes selon vous jamais à la hauteur.

– Vous pensez que l’autre a notre bonheur entre ses mains

L’opinion de l’autre devient votre seule jauge d’évaluation, son regard votre seul miroir et ses faits et gestes, votre unique ligne de conduite. En tant que dépendant affectif, vous vous rendez spontanément responsable de ce qui ne va pas et vous avez besoin de l’approbation de l’autre pour n’importe quoi, quitte parfois, dans les relations les plus toxiques, à faire, même si nous ne le voulons pas, ce que l’autre nous demande.

Vous êtes dans la notion de besoin perpétuel…

La dépendance affective en couple c’est en effet le besoin viscéral de l’autre, pour tout, tout le temps.

C’est-à-dire :

  • Besoin de sa présence

Vous êtes dépendant affectivement lorsque l’absence de l’autre vous plonge dans un état de manque, dont les manifestations peuvent être physiques : gorge serrée, douleurs au ventre… Vous multipliez appels, sms et vous guettez une réponse de sa part.

  • Besoin de l’autre pour se sentir exister

En l’absence de votre conjoint, vous vous sentez « entre parenthèses ». Vous n’avez la sensation d’être « vivante » qu’avec lui, le temps passé sans lui est vécu comme inutile. Vous ne cherchez pas à vous occuper, il vous arrive même d’oublier de manger, comme si vous étiez coupée de votre sensation de faim, mais aussi de celles de fatigue, de désir… Votre esprit est comme sur pause, en attendant son retour.

Vous êtes amoureux(se) si :

– Vous êtes heureux-se !

La grande différence entre relation amoureuse et relation de dépendance affective est que dans la première, la présence et l’amour de l’autre nous comblent effectivement. On n’en a pas besoin pour vivre mais cela nous épanouit et ajoute une valeur ajoutée dans notre vie, sans qu’on en soit foncièrement dépendant. Vous êtes réellement heureux(se) quand vous êtes ensemble. Quand vous êtes vraiment amoureux, vous aimez être avec cette personne. Lorsque vous êtes émotionnellement dépendant, vous n’appréciez pas toujours le temps que vous passez ensemble à sa juste valeur.

Vous savez vivre sans l’autre

Vous êtes heureux(se) même quand vous n’êtes pas ensemble. Vous pouvez aussi aimer passer du temps seul, c’est même important pour votre équilibre et vous savez gérer le manque de l’autre sans problème. C’est même indispensable pour mieux vous retrouver.

Lire aussi : Femme forte : les caractéristiques d’une femme forte et indépendante

– Vous avez confiance en votre relation

Vous ne vous posez pas de questions sans arrêt sur votre couple. La confiance dans le couple s’est installée entre vous car votre relation est équilibrée et que vous avancez ensemble au même rythme et dans une communication positive.  Ainsi, l’engagement dans votre vie de couple se fait naturellement et l’amour vous ouvre à l’autre.

– Vous êtes vraiment vous-même

Vous n’avez pas peur de perdre son approbation quand vous dites quelque chose ni d’un éventuel désaccord entre vous. Quand vous êtes réellement amoureux(e), vous pouvez parler librement sans crainte du jugement de l’autre, vous exprimez librement vos opinions et goûts sans peur de déplaire. Vous restez vous-même en toutes circonstances et c’est ainsi que l’autre doit vous aimer.

– Vous vivez une relation saine

La différence la plus évidente entre l’amour et la dépendance affective est la qualité de la relation. Votre partenaire vous traite avec tout l’amour et le respect que vous lui donnez en retour, sans contrainte ni obligation. La relation saine a débuté par envie puis par amour, et non par désespoir de rester seul. Une vraie relation amoureuse apporte plus de paix, de réconfort et de bonheur. La dépendance affective apporte plus de peur, de jalousie et d’inquiétude. L’amour, c’est aimer son partenaire pour ce qu’il est, et non pas pour l’amour qu’il vous porte.

Quelles sont les conséquences de la dépendance affective ?

conséquences de la dépendance affective

Si vous vous reconnaissez dans plusieurs de ces comportements ou façon d’être alors oui, vous êtes une personne dépendante affectives.  Les dépendants affectifs vont, sans le vouloir et sans s’en rendre compte, passer du statut de « soumis » à « dominant » et vice versa.

Hélène Roubeix, psychothérapeute explique que « la dépendance amoureuse est basée sur l’utilisation inconsciente de l’autre comme d’un objet pour combler ses propres manques et répondre à ses propres attentes ». La DA peut finalement se comparer à d’autres formes de dépendance, comme celle provoquée par les drogues ; alcool, cannabis et autres substances illicites, clopes… Mais peut aussi s’assimiler à la dépendance au sport, à la nourriture, au jeu, à l’ordinateur, au téléphone… Bref, on ne peut plus se passer de cette personne et lorsqu’elle part, c’est la crise de manque assurée.

Ainsi, il ne s’agit pas d’amour à proprement parler mais plutôt d’un OI* qui se déroulerait au sein même du couple. On a plutôt affaire à une forme de possession mutuelle qui empêche l’évolution saine du couple et entrave toute construction possible d’un avenir stable. L’équilibre que devrait permettre le couple ressemble plutôt à un casse-gueule géant.

Attention, dans ce schéma, nous sommes persuadé(e)s d’être fou amoureux, qu’il s’agit bel et bien d’amour. Mais cela n’est qu’illusion. C’est seulement de la dépendance affective.

Ces comportements sont très fréquents lors des premières relations, lorsqu’on commence à découvrir l’amour et qu’on s’y accroche comme un bigorneau à son rocher. Ils deviennent plus compliqués et plus gênants lorsqu’ils interviennent dans des relations censées être « matures ».

N’oubliez pas:  » La passion est une obsession positive. L’obsession est une passion négative.  »  Paul Carvel

Je vous invite à lire mon article sur le Triangle de Karpman ou triangle dramatique de Stephen Karpman.

Comment sortir de la dépendance affective ? Les 8 étapes

1/ L’acceptation pour sortir de la dépendance affective

Comme tous les troubles psychologiques ou addictifs, la première étape est de sortir du déni. Si les personnes dépendantes affectives ne se rendent pas compte de leur état, elles ne pourront pas sortir de cet état. C’est donc là le problème (et la solution) numéro un. En effet, les dépendants affectifs ont souvent beaucoup de mal à être lucides sur leur cas : certains d’être indépendants (indépendance qu’ils revendiquent pour se rassurer inconsciemment), certains de savoir aimer et de tout faire pour que l’autre soit heureux de manière totalement désintéressée, prendre conscience qu’il s’agit du contraire est très difficile. Mais pas impossible, du tout !

2/ Démonter les croyances

Quand on est dans la dépendance affective, la difficulté va être de démonter nos croyances limitantes. Notre monde et notre personnalité sont fondés sur des croyances. Ici, nous allons évidemment parler des croyances limitantes des dépendants affectifs. Par exemple : « Je ne mérite pas d’être aimé », « Mes besoins passent après ceux des autres », « Je veux être admiré donc il ne faut jamais que je déçoive », « Il faut que je soit parfait pour être aimé », « Je ne peux pas me plaindre, d’autres ont vécu bien pire », « J’ai besoin de l’autre pour exister » (…).

Toutes ces croyances vont devoir être jetées à la poubelle. Cela pourra prendre du temps mais c’est indispensable si vous voulez vraiment sortir de la dépendance affective dont vous êtes aujourd’hui prisonnier(e).

En effet, vous êtes dépendant affectif parce que vous croyez l’être : vous pensez être incapable d’être heureux(se) seul(e), avoir nécessaire besoin de l’autre pour exister… Alors que non ! Tout ça, c’est bien dans votre tête.

3/ Apprendre à mieux se connaître et apprendre à s’aimer

Vous devrez apprendre à comprendre vos comportements et à les analyser. Le livre que je vous conseille plus haut, « Vaincre la dépendance affective » vous aidera grandement a cerner ces comportements que vous adoptez depuis des années, presque depuis toujours en fait, sans vous en rendre compte.

Vous devrez aussi vous recentrez sur vous et répondre, ou du moins, vous réfléchir, à des questions existentielles telles que :

Qui suis-je réellement ?

Qu’est-ce qui est important pour moi ?

Qu’est-ce que je veux vraiment ?

Qu’est-ce que je ne veux plus ?

Qu’est-ce qui me fait mal ?

Je vous conseille de lire notre article sur « Comment s’aimer soi-même« . Vous y trouverez des exercices concrets pour renouer avec vous-même.

4/ Construire des barrières intérieures pour sortir de la dépendance affective

Sylvie Tenenbaum prend un exemple très parlant. Imaginez un immeuble de plusieurs étages : tous les ascenseurs en panne et les escaliers pour passer d’un étage à l’autre sont cadenassés. A l’inverse, imaginez un immeuble de plusieurs étages où il n’y a aucune porte, où chaque voisin est libre d’aller chez l’autre, de lui emprunter des affaires…C’est exactement ce qui se passe avec les barrières intérieures des dépendants affectifs : soit elles sont des murs épais et solides (on ne montre aucune émotion),  soit elles sont absentes (et donc on aboutit à la submersion émotionnelle, à l’incapacité de gérer ses émotions).

Il va donc falloir renouer avec ses émotions profondes et vraies. Trouver un juste milieu entre le droit de pouvoir se laisser aller et l’ouragan d’émotions déclenché chez certains.

5/ Développez l’estime de soi

Récompensez-vous : au lieu de ressasser vos peurs, vos angoisses et vos échecs, faites un tableau et collez-le à un endroit que vous verrez très souvent. Vous y noterez chaque réussite et la récompense associée. Cela vous donnera des objectifs et vous offrira l’envie d’en faire plus.

Collez des post-it dans votre appartement, sur chacun d’eux, notez les encouragements, les compliments que l’on vous a fait. Ecrivez aussi des compliments que vous pouvez vous faire à vous même. Nourrissez votre cerveau d’une manière positive.

Apprenez à dire non pour sortir de la dépendance affective ! Vous n’êtes pas obligée de dire oui à tout bout de champs parce que la convention, parce que la politesse, parce qu’il faut faire comme ça… Vous avez le droit de refuser une demande ou une injonction parce que vous avez décidé que ce n’était pas le moment ou que vous ne vouliez tout simplement pas le faire.

C’est un exercice vieux comme le monde mais qui fonctionne pour peu qu’on y prenne du temps. Faites une liste de vos qualités en décrivant précisément les actions représentatives de celles-ci et les axes d’amélioration possible.

6/ Le renoncement nécessaire pour sortir de la dépendance affective

Vous allez devoir renoncer à beaucoup de choses que vous espériez mais qui sont illusoires.

Exemples de renoncements à faire :

  • L’attente d’être compris par les personnes que l’on aime.
  • Attendre de l’autre d’être la personne la plus importante à ses yeux.
  • Penser qu’en se rendant disponible, en aidant les autres, se mettre au service inconditionnel de l’autre, apporte de l’amour en retour.
  • Penser que l’on peut contrôler l’autre et soi-même.
  • Attendre que le bonheur vienne de l’autre.
  • Penser que sa mission est de rendre les autres heureux.
  • Renoncer au besoin de plaire ==> Peut-être le renoncement le plus difficile à faire tant les dépendants affectifs sont persuadés que sans la séduction ils seront moins aimés.

J’ai beaucoup aimé la « Prière Gestalt » de Fritz Perls qui apparaît dans le livre Vaincre la dépendance affective :

« Je m’occupe de mes affaires et tu t’occupes de tes affaires.

Je ne suis pas dans ce monde pour satisfaire tes attentes.

Et tu n’es pas dans ce monde pour satisfaire les miennes.

Tu es toi et je suis moi.

Si par chance nous nous trouvons mutuellement, c’est merveilleux.

Sinon, nous n’y pouvons rien.« 

Ecrivez-la quelque part, encadrez-la et relisez-la chaque jour.

7/ Accepter la responsabilité de sa vie

« Le propre d’un individu adulte est de savoir se prendre en charge, d’assumer ses pensées, ses désirs, ses émotions et la façon de les exprimer ». D’assumer ses comportements et ses conséquences, tant sur lui-même que sur les autres. »

Pour sortir de la dépendance affective, vous devez ainsi reprendre votre vie et vos émotions en main, être autonome sur les plans factuels aussi bien qu’émotionnels.

8/ Oser le véritable amour

On parlera non plus de l’amour besoin, de l’amour fusion ou de l’amour passion.

L’amour, le véritable amour se compose de :

  • Sentiments d’amour et d’affection
  • Respect
  • Confiance
  • Soutien mutuel
  • Empathie
  • Fierté de l’autre et de soi
  • D’envie de donner
  • Réciprocité
  • Lucidité
  • Enthousiasme
  • Désir de croissance personnelle.

Comment se sortir de la dépendance affective avec un manipulateur ?

Un manipulateur est une personne qui va voir les failles de l’autre pour rentrer dedans et obtenir ce qu’il désire. Lorsqu’on se retrouve en face d’une personne souffrant de dépendance affective il est facile de la manipuler, car elle ne demande qu’une chose : qu’on lui prête de l’attention. Le manipulateur en amour va donc lui donner l’impression qu’elle est importante alors qu’il ne fera que la vider de son essence. Mais comme le dépendant pense que le malheur est une forme d’affection et d’attention à son égard, il ne dira rien et continuera la relation. Le manipulateur pourra venir, partir, abuser et être irrespectueux à souhait sans risque la rupture définitive de la relation. Le dépendant affectif lui ouvrira toujours sa porte, car il y verra une reconnaissance et une manière de ne plus être abandonné.

Il devient donc très compliqué pour un dépendant affectif de s’en sortir, car même s’il est conscient de la situation, il n’y mettra pas forcément fin.

Quand on est en dépendance affective avec un manipulateur il est impératif de :

  • Partir et couper tous les liens. Car le manipulateur reviendra vers sa victime tôt ou tard. La seule manière de l’en empêcher est de fermer toutes les portes à double tour.
  • Travailler sur soi que ce soit au travers d’un coaching ou d’une thérapie. Car le dépendant affectif va reproduire à l’infini son histoire s’il ne comprend ce qui se passe dans son psychisme. Il devra comprendre et agir différemment pour pouvoir trouver le bonheur.
  • Changer sa vision de l’amour. Comprendre qu’on va toujours vers le même type de personnes qui font raisonner la blessure d’abandon et créer la dépendance affective.

La dépendance affective peut trouver sa fin par la prise de conscience des blessures de l’enfance et par l’envie d’avancer vers un autre chemin qui l’éveillera à la vie qu’il mérite.

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :).

Voir les commentaires

Vous aimez lire sur l'amour ?

Recevez 1 e-mail par mois contenant les nouveaux articles les plus appréciés par la communauté Parler d'Amour

Laisser un commentaire