Parler d'Amour
Mon Histoire (Par Maëlle)

Mon Histoire (Par Maëlle)

Auteur

Pour combler un vide, certaines personne vont sortir ou parler à de nouvelles personnes.

Personnellement, je ne peux pas combler un vide si immense en moi. J’aimais un garçon comme on ne fait plus. J’aimais comme une fillette qui aime ça Barbie ou un petit garçon qui aime ses voitures de courses en métal. Certains connaissent ce sentiment de bien-être, vous savez, sourire à chacun de ses messages, rire à chacune de ses blagues ou simplement regarder bêtement une étoile et penser à ce fameux garçon. Oui, ce sentiment-là…

Pour être honnête, on ne connaît bien une personne seulement un an ou deux après l’avoir rencontrée. J’étais ce genre de fille qui pensait que dès qu’un garçon disait : « Je t’aime », c’était pour toujours mais je me suis rendu compte que ce n’était pas du tout le cas. Je suis sortie neuf mois avec ce garçon et je ne regrette rien. Il a commencé à me parler et en une semaine on était devenus super proches. On est devenus tellement proches qu’ont est sortis ensemble une semaine après s’être connus. J’ai beaucoup d’amies qui m’ont prévenue de ne pas m’attacher trop vite mais j’en ai fait qu’à ma tête et j’ai foncé droit dans le mur. Un mois est passé sans problème, je n’avais jamais autant aimé. Il était un peu plus mature que moi.. Il voulait toujours aller plus loin mais je n’y arrivais pas. Il insistait souvent et je ne savais pas quoi faire.

J’en ai donc parlé à l’une de mes meilleures amies qui m’a dit qu’elle était dans la même situation que moi. On a parlé longtemps, très longtemps et a la fin j’ai décidé de tenter le tout pour le tout. J’ai dit à ce fameux garçon que j’étais prête pour aller plus loin avec lui, même si intérieurement je ne l’étais pas, je voulais découvrir le sensation de compter vraiment pour quelqu’un, ressentir le manque de cette personne et de pouvoir toujours compter sur lui. J’avais vraiment peur mais la confiance est vite revenue quand j’étais à ses côtés. Je n’ai pas une très grande estime de moi et me déshabiller devant quelqu’un n’était jamais arrivé avant.

J’avais peur, je frissonnais. Il m’assis sur le lit et me dit tout simplement de me détendre, que, à ses yeux, j’étais la plus belle créature que le monde ait créé. Je décidai donc d’avoir confiance en lui. Après lui avoir donner la seule chose qui m’appartenait vraiment, je ne me sentais pas bien. Physiquement j’allais très bien mais mentalement je ne savais pas ce qu’il se passait. Je ne me sentais plus moi-même. Petit a petit que les jour passaient, on s’engueulait de plus en plus… J’étais une fille sans défense et je n’arrivais jamais a lui dire “non” par peur de le perdre. Mais je commençais à apprécier de plus en plus ces petits moments sensuels entre nous.

Se faire écrire une lettre par un écrivain public

Je me pose encore la question à ce jour : m’aimait-il juste pour ça ? C’est horrible de se dire que la personne que l’on a aimée le plus dans sa vie est la personne qui nous a fait le plus de mal. Tout ce que je voulais c’était être heureuse, et avec lui je l’étais de moins en moins. Les jours défilaient et les engueulades s’empilaient, notre couple avait changé du tout au tout. J’ai donc décidé de me faire détester le plus possible pour qu’il ne m’aime plus et qu’il passe a autre chose. J’ai eu du mal à me détacher de lui, car encore aujourd’hui j’ai envie de lui parler de lui dire ce que je ressens au plus profond de moi. Mais je ne le fais pas car je sais que je vais encore pleurer par sa faute.

Avant de le rencontrer je ne me mutilais pas, je ne fumais pas et j’étais toujours bonne élève mais depuis que je sors avec lui et qu’il me fait tant souffrir, je suis passée par plusieurs phases. J’avais coupé les liens avec ma mère, j’ai déçu beaucoup de gens mais tout ça m’a fait réaliser certaines choses. L’amour n’est qu’éphémère et tout le monde peut briser ça en un claquement de doigt. On ne peut pas prédire combien de temps une personne sera à nos côtés mais on peut tout faire pour la garder. J’ai essayé, j’ai changé, j’ai mûri, j’ai grandi et maintenant je ne suis plus celle qui se laisse marcher dessus ou celle qui se laisse attendrir en deux jours. Chaque jour est une nouvelle étape, un nouveau chapitre à écrire. Alors je prends ma plus belle plume, et j’écris ces quelques lignes pour me débarrasser d’un poids trop lourd à porter.

Ailleurs sur le web (sponsorisé)
Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.