Parler d'Amour
« Le mur de l’amour » Texte d’Océanne

« Le mur de l’amour » Texte d’Océanne

Auteur

 

Les écouteurs aux oreilles je n’entends que cette musique.

Le cœur déchiré. J’ai mal car cela fait un bon bout de temps que tu t’es enfuis de ma vie. J’ai créé cet écart. J’ai rallongé le chemin de la distance. Il est long, interminable.

Traverse la route. Tu y découvriras tellement de choses.

Elles sont belles tu sais !

Le début de cette ravissante marche est là où tout a pris son pli.

« Te rappelles tu ? Je l’espère ! »

On ne se connaissait pas. Nous étions deux personnes qui ne savaient rien l’une de l’autre.

Ces phrases tellement courtes. On s’est découverts sous la lumière du jour.

Le début se résumait en un :

« Coucou ça va ! » « oui et toi »

On se racontait nos histoires. On discutait de tout et de rien.

Les jours passent, les mois s’écoulent et le printemps se termine. 

L’ordinateur. Notre vie. La majuscule de notre charmante phrase. 

Un soir… 

Les heures ont fait le tour de l’horloge. Je ne les avais pas vu tourner. Il était tard. Le ciel était d’un noir intense.

On avait si peu de choses à se dire. J’ai contourné ton cœur. J’ai appris et discerné tes douleurs ainsi que tes joies. 

Je continue à avancer sur cette allée sans fin. 

Je revois encore cette nuit en image. Ce matin ou je t’ai aperçu devant cet écran. Les yeux fermés, tu dormais. Tu étais beau.

Réveillé, tu me racontes ce rêve ou je t’avais rejoint. 

Se faire écrire une lettre par un écrivain public

« Deux amoureux séparés d’un mur de béton. »

Je t’aimais. Je t’aime. Je t’aimerai.

« Pour quelle raison dis-je cela ? Te souviens-tu ? »

J’étais allongée. Tu étais sur moi. Tu me chuchotais au creux de mon oreille que tu m’aimais comme personne.

Tes mains ont frôlé mon corps. C’était bon, Doux. 

« Le veux-tu vraiment?. » 

Cette phrase a provoqué un amour qui est devenu extrême. Tu as eu le droit à mon âme ,je te l’ai offerte. Tu en as pris soin.

Mais, mais…mais… Pourquoi as-tu placé un point à notre histoire? 

Je tape dans ce mur tous les soirs en espérant te retrouver un jour. Il est dur, je ne possède aucune tonicité. Il ne s’écroule pas.

Je crie. Je pleure. Je croise mes bras les griffants de souffrance.

« Personne ne comprend. !!!!! »

Mon cœur est à la rue. Il ne veux que toi. Tu me procurais ce sourire. Je me battais pour nous.

« Fini. »

Des semaines passèrent…

Nous revoilà. Le début remonte a la surface. On avait gommé cette phrase et on la réécrit au propre.

« A quoi bon? »

Cela ne change rien ce mur est encore là. Je n’arrive pas à le défoncer. Je me sens faible. Je crie davantage.

Je veux t’oublier mais comment …

Le tour de l’horloge est comme notre amour, il est interminable. Sans fin. 

Ne croyez jamais qu’aimer une personne différemment des autres est idiot. Non,regardez. Cela a eu un impact sur ma vie.

Océanne

Ailleurs sur le web (sponsorisé)
Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.