Parler d'Amour

Je vais bien tu sais : Un magnifique texte de Acissej Bernargaryen 

Je vais bien tu sais : Un magnifique texte de Acissej Bernargaryen 

Auteur

Je vais bien tu sais.

Ça peut paraître étrange mais je n’ai pas peur d’être seule. Jamais.
Ce qui me fait peur c’est ce que je ressens en moi quand cette angoisse prend place parce que l’amour est entré dans mon cœur et que je sais qu’il en ressortira, que je ne sais simplement pas quand.

Je le sais parce que je ne suis pas de ces femmes avec qui l’on reste et je vais bien tu sais…

Ça peut paraître fou parce que personne n’aime vraiment souffrir au fond. Mais je ne suis pas fragile, je ne me casse pas. Ce qui se passe en moi lorsque tout se termine, c’est seulement ce sentiment qui s’installe et me persuade encore un peu que personne ne m’aimera jamais entièrement… et je vais bien tu sais.

je vis avec cela parce qu’au fond, c’est tout ce à quoi je peux prétendre et c’est ainsi, jamais certainement, quelqu’un ne saura apprécier qui je suis

Les méandres de mon être seront à jamais mon secret et personne n’aura assez d’amour et de courage pour les appréhender vraiment à mes côtés.
Je me persuade au fond que si cette personne existe, elle aurait alors une chance  de pouvoir vraiment me connaître…mais petit à petit, au fil des bons moments vécus aux côtés de gens qui ne cherchent jamais à m’aimer vraiment, cette possibilité devient quasiment improbable mais je vais bien tu sais.

Alors à toutes ces personnes je veux dire une chose :

Je me suis donnée entièrement sans  rien cacher de moi, sans m’épargner de peine ou bien de sentiments.
Il en aura fallu des larmes et il en aura fallu des textes pour comprendre qu’aucun de vous ne méritait cela.
Je suis celle qui se montre telle qu’elle est, authentique, et de vous qui est celui qui peut en dire autant ?
Lequel n’a pas joué le jeu de la séduction?
Lequel n’a pas endossé de rôle qu’il ne pouvait tenir?
Lequel n’a pas eu peur de ne pas savoir ce qu’il pourrait apporter à une femme qui ne demande rien ?
Lequel encore n’a pas eu le courage de dire qu’à ses yeux je n’étais qu’une pulsion, un désir? Que je remplis le vide mais que ça ne suffit pas. Que je suis assez bien pour que l’on me consomme mais qu’il adviendra comme tout, le temps de me jeter…?

Je vais encore y croire tant qu’il reste du coeur et des émotions dedans.

Je vais clouer le bec à tout ses gros queutards, et aimer encore ceux que je pensent en être dignes même si au fond il n y en a pas vraiment .
Je vais continuer à creuser le trou pour enterrer mon coeur complètement quand le moment sera venu. Mais pour l’instant :
Je vais bien…tu sais.

Acissej Bernargaryen

LES PLUS LUS

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.