Histoire d’amour à l’ancienne : on s’aime depuis 50 ans

Dites-le avec une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

A l’heure où les divorces et les séparations sont monnaie courante, il existe des couples qui résistent au temps. Des mariages qui durent, fêtant chaque année un anniversaire de mariage supplémentaire. Bien sûr, il y a des hauts et des bas, des années plus difficiles que d’autres mais ces couples se sont engagés pour le meilleur et pour le pire. Ainsi, ils réparent ce qui est cassé plutôt que de le jeter et de le remplacer. Alors s’il est évident qu’il vaut mieux parfois se séparer car il est impossible de sauver son mariage, dans d’autres cas, l’histoire perdure. On pense à tort aujourd’hui que rien ne peut durer mais cette histoire d’amour à l’ancienne va vous prouver le contraire. Ils s’aiment depuis 50 ans et leur union n’est pas une union par dépit, ils ont choisi le bonheur, ensemble. On s’aime depuis 50 ans : voici l’histoire d’Alain et Marie.

Histoire d’amour à l’ancienne : on s’aime depuis 50 ans

Mon mari et moi nous sommes rencontrés dans les années 60, alors que j’étais au lycée, j’allais sur mes 17 ans. Lui, plus âgé, 21 ans, travaillait déjà à l’époque mais il venait parfois à la sortie sur sa mobylette pour chercher sa sœur.

Il a eu le coup de foudre pour moi, c’est en tout cas ce qu’il m’a toujours dit. Etant donné qu’il me le dit maintenant depuis 50 ans, j’ai fini par le croire !

En ce temps-là, les choses étaient plus légères je crois, et elles se sont faites simplement. Mon père était assez strict mais j’avoue que je faisais un peu ce que je voulais. Tant que je travaillais bien en cours et qu’il était assuré que je trouverai un travail, il me laissait tranquille.

Le dimanche après-midi, nous allions danser. A l’époque, les bals et les guinguettes en bord de Marne avaient la cote, et la jeunesse s’y retrouvait. On en a passé du temps là-bas, à se regarder puis se sourire, refaire le monde, danser, se parler pendant des heures entre deux cigarettes et deux verres.

C’est comme ça que tout a commencé, par une jolie déclaration un dimanche soir. Des mains qui se joignent et un baiser. Suivis de plein d’autres.

Imaginions-nous à cet instant précis que nous passerions nos vies ensemble ? Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est que notre avenir commun nous semblait prometteur, alors sans nous poser davantage de questions, notre histoire d’amour a commencé.

Notre histoire d’amour à l’ancienne comme le disent nos enfants et petits-enfants aujourd’hui !

La vie était sans doute plus facile en ce temps-là, plus insouciante, moins compliquée. Ni l’un ni l’autre n’avions beaucoup de moyens, nos familles étant modestes, mais on se contentait de peu. Lui travaillait déjà comme mécanicien, passionné par les vieilles voitures, les mobylettes et les camions de l’armée. Moi, je rêvais de devenir couturière et je finissais donc mon apprentissage.

Nous avons passé notre jeunesse entre le flipper du café, le camping sauvage en Bretagne, les virées sur Paris à jouer aux touristes et les weekends à danser.

Après deux ans, nous avons emménagé ensemble dans un petit appartement et l’année suivante, notre mariage était célébré. Nous étions indépendants, chacun épanouis dans notre travail et amoureux, toujours heureux de nous retrouver le soir.

Deux années après, je tombais enceinte de notre premier enfant. Notre couple conjugal devenait parental, nous formions une famille.

Pendant des années, les choses se sont enchainées et à vrai dire, nous avons été pris dans le « tourbillon de la vie ».

Un plus grand appartement puis la construction de notre maison, un autre bébé, des changements d’emplois, les amis, la famille, les vacances, les bonnes et les mauvaises nouvelles, les aléas de l’existence.

Je crois que je n’ai pas vu passer les dix années suivantes. J’ai dépassé les 30 ans sans le réaliser vraiment, tant le temps avait filé.

Notre vie était faite de petits bonheurs très simples mais qui nous ressemblaient. Nous avons toujours pris les décisions ensemble, fait des projets de couple à notre niveau, eu envie d’avancer au même rythme.

C’est sans doute cela la recette de notre amour qui dure depuis 50 ans.

Bien entendu, tout n’était pas parfait. Et ça ne l’est pas aujourd’hui d’ailleurs ! Mais il est mon prince pas charmant et je suis celle qui l’agace parfois.

Mais malgré les années difficiles, les disputes, le désir qui vacille, la passion moins forte, les caractères qui s’affirment, nous n’avons jamais oublier de faire trois choses : nous parler, nous respecter et nous aimer.

Et ce, en dépit des circonstances, du travail, des enfants, de la santé, des problèmes d’argent. Comme tous les couples, nous avons eu notre lot de soucis. La peur de ne pas pouvoir payer le crédit de la maison, la crise d’adolescence des enfants, les problèmes de santé de mon mari, une période de chômage…

Qui n’a pas connu ça au moins une fois dans son couple, dans sa vie ?

Un mariage n’est pas un long fleuve tranquille et quand cela fait 50 ans, il y a forcément des aléas, des turbulences, des événements extérieurs qui peuvent venir mettre en péril l’équilibre du couple. Et donc le bonheur.

Mais nous avons résisté aux tempêtes, aux drames, aux larmes.

Nous ne nous sommes jamais lâchés la main car nous croyons fermement en l’adage selon lequel « l’union fait la force ». Oui, ensemble, nous sommes depuis 50 ans plus forts et grâce à cela, nos sentiments le sont restés également.

De parents nous sommes devenus grands-parents, d’actifs nous sommes devenus retraités il y a quelques années. Cette nouvelle vie, je l’appréhendais un peu, car nous avons toujours aimé conserver notre part d’indépendance et de liberté.

Qu’allions-nous nous raconter et faire de nos journées ?

La première année a été difficile et puis nous avons trouvé notre rythme à travers des activités en solo et d’autres partagées. Nos emplois étaient des passions, aussi avons-nous continué à les pratiquer autrement.

Et ensemble, nous avons renoué avec notre passion de jeunesse, la danse, en prenant des cours de danse de salon. Pour nous évader, nous marchons beaucoup, partons pour des weekends découverte en France et deux fois par an, nous nous offrons un petit voyage à l’étranger.

Lire aussi : Syndrome du conjoint retraité : C’est quoi et que faire ?

Notre histoire à l’ancienne traverse les époques

Nous avons évolué ensemble, changé, mûri, affronté cette nouvelle vie où tout va à cent à l’heure.

Avoir l’autre près de nous est rassurant, et c’est vrai que l’âge avançant, la vieillesse avec, je mesure la chance que j’ai d’avoir trouvé mon compagnon de route. Je n’ai connu qu’un seul homme dans ma vie mais cela ne m’a jamais paru dommage. Pourquoi aller chercher ailleurs des complications alors que j’étais heureuse dans mon mariage ?

Mon mari est tendre, drôle, protecteur. Il est aussi râleur, impatient, têtu. Mais je l’aime ainsi. Il dit de moi que je suis joyeuse, créative, douce. Et aussi un peu trop stressée parfois, à vouloir tout contrôler. Mais il m’aime ainsi.

Oui, nous nous aimons depuis 50 ans pour nos qualités comme nos défauts, pour nos valeurs et principes partagés, et grâce aux projets de couple que nous avons réalisés.

Si notre histoire d’amour ne date pas d’hier, traversant un siècle et cinq décennies, elle est en tout cas parvenue à nous rendre heureux. Personnellement, c’est ce que j’appelle être dans l’air du temps !

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :).

⮯ Vers les commentaires

Laisser un commentaire