Elle a sauvé son conjoint de l’alcoolisme : Un témoignage bouleversant

Dites-le avec une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

Lui c’est Seb, il a 27 ans. Elle s’appelle Flore, elle a à peine un an de plus. Ils se sont rencontrés dans un bar, en soirée. Un pur hasard. Ce n’était pas prévu, chacun était avec des amis. Quelques verres, des rires, une discussion à bâtons rompus, un échange de numéros de téléphone et le tour était joué. Il était volubile, un peu trop joyeux, un peu trop bruyant. L’alcool, l’ambiance, la décompression pendant le week-end. Elle n’y a pas prêté attention. Aurait-elle dû ? Leur histoire d’amour est née comme ça simplement. Elle n’aurait jamais imaginé ce soir là qu’aimer Seb, cela voulait dire le sauver de son addiction à l’alcool. Elle a sauvé son conjoint de l’alcoolisme : Un témoignage bouleversant

Elle a sauvé son conjoint de l’alcoolisme : Un témoignage bouleversant

Il lui a envoyé un message le dimanche en fin de journée pour savoir si elle avait passé un bon week-end. Et pour lui dire que la soirée en sa compagnie avait été agréable et si elle était d’accord, il l’inviterait bien à boire un verre dans la semaine en tête-à-tête cette fois-ci.

Flore a accepté. Il lui avait vraiment plu avec son beau sourire et ses grands yeux noirs. Elle avait envie de creuser. Rendez-vous était pris rapidement pour le mardi soir, à une station de métro aérien, histoire qu’elle ne tourne pas dans le quartier à chercher le bar.

C’était l’été à Paris et comme à chaque fois à cette époque de l’année dans la capitale, malgré les hordes de touristes, le temps semblait s’arrêter. Peut-être parce qu’il faisait vraiment chaud en ce mois de juillet, peut-être parce que les soirées étaient longues et agréables.

Bref tout était réuni pour qu’elle passe une bonne soirée et craque face à ses beaux yeux, elle le savait.

À une rame près, ils sont arrivés en même temps sur le quai. En la revoyant, Seb ne peut s’empêcher de penser qu’elle est vraiment jolie avec ses longs cheveux blonds et ses grands yeux clairs. Il a bien accroché avec elle l’autre soir au point de se faire charrier par ses potes. Il avait déjà bu quelques verres quand il l’a abordée mais il était assez lucide pour savoir qu’elle lui plaisait.

A nouveau c’est fluide entre eux, drôle, plein de taquineries et de blagues. Il ne se prend pas au sérieux malgré son boulot à responsabilité. Elle n’est pas ennuyeuse malgré son côté intello. Emportés par l’ambiance, la chaleur et les verres, ils s’embrassent de retour au métro quelques heures plus tard. Ils n’ont pas vu la soirée passer.

Et ils ne verront pas passer les suivantes.

A partir de ce jour-là, ils ne se quittent plus et se retrouvent souvent pour boire un verre et dîner après le boulot. Elle n’y prête pas attention. OK il boit 3 verres là où elle se contente d’un cocktail ou d’un verre de vin mais bon, elle se dit que c’est un peu les vacances.

Leur première nuit ensemble est magique. Chez lui, ils sont à l’aise ensemble et ne se posent pas de questions. Leur histoire commence naturellement. Ils se voient souvent, dorment chez lui car c’est plus pratique pour le boulot et sortent beaucoup.

Mais très vite, les signaux d’alerte clignotent devant flore.

Elle remarque les bouteilles d’alcool toujours nombreuses chez lui, cette habitude qu’il a d’aller boire un verre après le boulot tous les soirs, ces soirées entre amis où il boit trop. Elle ne veut pas l’accabler de questions mais elle sent que quelque chose n’est pas normal.

Il adore être avec elle. Plus il la voit et plus il veut la revoir. Elle est entrée dans sa vie si facilement qu’il lui a même déjà donné un double de ses clés.

Seulement il sent qu’il ne pourra pas lui cacher plus longtemps le problème. Occasionnellement, son côté fêtard pouvait passer. Mais là qu’elle dort chez lui tous les week-ends et même en semaine il ne peut plus se cacher et faire semblant.

Sébastien a un problème avec l’alcool, il le sait même s’il le minimise.

Il ne sait pas pourquoi, c’est comme ça depuis des années. Un père qui buvait pas mal, des mauvaises fréquentations, une envie de s’échapper d’un quotidien trop triste, il est tombé dedans. Et même s’il a réussi à construire sa vie professionnelle, à donner le change, aujourd’hui il sent que ça le rattrape.

Très vite c’est la fois de trop. À une soirée chez des amis de Flore, Seb ne peut pas gérer et perd le contrôle. Il est ivre. Passées la colère et la honte, Flore sait qu’elle ne peut plus faire semblant qu’il n’y a pas de problème. Et elle n’a pas 50 solutions. Elle l’aime. Donc s’il est d’accord et assez fort pour ça, elle va l’aider.

Ils ont parlé le dimanche entier après qu’il a retrouvé ses esprits. Elle lui a mis le marché en main. Et lui a fait en même temps la plus belle des déclarations d’amour.

Ça ne fait que quelques mois qu’ils sont ensemble mais elle l’aime, c’est comme ça et il est hors de question qu’elle le laisse se détruire ainsi.

Alors s’il l’aime aussi et veut guérir elle l’aidera. Sinon elle va partir.

Seb retient juste qu’elle est amoureuse de lui. Et qu’elle veut être avec lui. Lui aussi est fou d’elle. Mais pour le reste, il a peur de ne pas savoir quoi faire.

« Avant toi, je savais que quelque chose n’allait pas avec l’alcool mais je pensais pas que c’était si grave tu sais. Je baigne dans ce mode de vie depuis des années. Tu sais, je n’en connais pas d’autres. Mais je veux bien essayer. Même si j’ai peur de ne pas y arriver et te décevoir. Et te perdre. »

Les mois suivants, Seb a accepté de voir un médecin, de faire des analyses, de parler à un psychologue spécialisé dans les addictions. Flore l’a guidé,  écouté, soutenu quand le manque se faisait sentir et qu’il allait craquer. Le soir toujours le soir.

Grâce à elle, il a compris pourquoi il s était réfugié dans l’alcool.

Ce qu’il fuyait. Et ce qui s’offrait à lui désormais. Son esprit s’est libéré. Il fallait que le corps suive, qu’il se désintoxique de toutes ces années. Heureusement il n’était jamais tombé dans un alcoolisme aigu à boire toute la journée.

C’est la nuit qui l’angoissait, la solitude, le vide. Mais c’était fini tout ça. Pas sans mal, pas sans l’envie de replonger, pas sans crises, mais il y était arrivé.

 Flore n’avait pas fui. Non seulement elle était restée, l’avait aidée sans le juger mais elle l’aimait. Il en avait fini avec l’auto destruction et cette sensation d’être happé dans le vide. Et il n’était plus seul. Grâce à Flore il était en bonne santé, sobre, amoureux et heureux. 

 

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire