Quels mots puissants utiliser quand votre enfant vous dit « je te déteste » ?

Dites-le avec une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

Je te déteste ! Ces trois mots vous frappent en plein dans votre cœur de maman ou de papa. Parfois associés à des expressions telles que « Tu es méchant(e) ! », « Je voudrais que tu ne sois pas mon père/ma mère ! » ou encore « Je ne t’aime plus, d’abord ! »  Avec ces trois mots simples, votre enfant peut vous faire de la peine, même s’il ne les pense pas. Je te déteste, c’est un peu l’expression que chaque parent redoute. On a beau être adulte, savoir que ce ne sont que des mots prononcés sous le coup de la colère ou de la frustration, ils peuvent faire mal. Mais l’important c’est de savoir quoi y répondre, comment réagir. Quels mots puissants utiliser quand votre enfant vous dit « je te déteste » ? En existe-t-il ? En fait, oui et c’est assez simple. Répondez cela à votre enfant et vous désamorcerez rapidement cette fausse haine qu’il dirige contre vous. La bonne réponse ? L’amour !

Quels mots puissants utiliser quand votre enfant vous dit « je te déteste » ?

Quand un enfant ou un adolescent dit ça à ses parents, il est question de besoins et d’émotions. Parfois même d’un appel au secours auquel il faut être réceptif. Si votre enfant exprime ainsi son mal-être, c’est que quelque chose l’a touché, blessé et qu’il ne sait pas comment le verbaliser. Il se sent seul pour affronter son ressenti.

Que veut vraiment dire « je te déteste » dans la bouche de son enfant ?

« Je te déteste », malgré son apparence, ne signifie pas « Je ne t’aime pas » mais « Je suis en colère, je dis n’importe quoi pour te faire mal ». Décoder ces messages permet aux parents d’être moins touchés, vexés ou en colère.

Un enfant ou un adolescent qui dit « je te déteste » veut en fait vous dire, à vous parent, « tu ne m’aimes pas ! » Et la signification qui se cache vraiment derrière est la suivante : je me sens tellement seul et mal, j’ai besoin de toi, j’ai besoin de sentir que tu m’aimes mais je ne sais pas comment faire.

Lire aussi : Comment exprimer son amour à son enfant : 7 façons de lui montrer votre amour

Décoder les émotions de son enfant

Le décodage peut être difficile pour plusieurs raisons :

La langue des émotions n’est pas comme une langue maternelle et nous avons besoin de beaucoup de pratique pour comprendre nos propres émotions ainsi que celles des autres

On ne se rappelle plus de nos peurs d’enfant ou de nos émois d’adolescent. Il faut s’y replonger pour comprendre ce qui se passe.

Cette pratique peut être d’autant plus longue si nous avons eu une enfance et une adolescence difficiles à guérir.

Ces attaques nous renvoient une image de “mauvais” parents et nous avons l’impression que notre enfant nous manque de respect. Alors que ces paroles ne sont pas prononcées contre le parent mais pour l’enfant qui cherche – maladroitement – de l’empathie, de l’attention, ou encore de l’amour tout simplement.

Recadrer son enfant ?

Bien entendu, il ne faut pas laisser se reproduire ce genre de comportement à l’infini. Il est important de parler à son enfant en le regardant dans les yeux, car l’autorité passe beaucoup par le regard.

Dès que l’enfant est calmé, il faut revenir sur la crise, en parler gentiment. On peut lui dire que ses paroles ont été blessantes, que, nous aussi, quand on était petit, il nous est arrivé de parler mal à nos parents, de connaître des frustrations.

Mais qu’il est important d’apprendre à maîtriser ses émotions. On n’obtient rien par les cris et les insultes. L’enfant doit apprendre à respecter ses parents comme ils le respectent. Et surtout que vous êtes là pour l’aider à comprendre ses émotions.

Lire aussi : Comment mieux gérer ses émotions en 5 étapes

Quels mots puissants utiliser quand votre enfant vous dit « je te déteste » ?

Comment réagir au « je te déteste » de son enfant ?

Plusieurs réactions sont possibles, selon son caractère, la gestion de ses émotions, sa pudeur, la relation avec son enfant, son positionnement de parent.

Allez-vous pleurer, à cause de la sensation d’être rejeté, d’avoir raté son éducation, de ne plus être aimé ? Ou par culpabilité ?

Etes-vous fâché(e) parce que vous considérez ces mots comme de l’irrespect et de l’insolence ? Et votre impuissance à savoir quoi faire vous met sur la défensive ?

Allez-vous ignorer ces mots et par là-même, votre enfant parce que vous vous sentez démuni(e) ou qu’au contraire que cela ne vous touche pas ? Votre refus de voir la détresse de votre enfant, cela ne vous renvoie-t-il pas à des choses douloureuses de votre propre histoire ?

Ou au contraire, allez-vous relativiser parce que vous ne prenez pas ces mots personnellement et savez les décoder ? Ce recul n’est pas de l’indifférence mais une capacité à entretenir une communication de qualité avec votre enfant.

S’il est normal de se laisser envahir par des émotions négatives sur le moment (tristesse, colère, rejet), c’est évidemment la dernière solution qu’il faut retenir. Vous avez le droit de pleurer, de vous fâcher mais surtout pas d’ignorer cet appel de détresse de votre enfant.

Avec le temps, vous serez de plus en plus capables de tempérer vos réactions afin de vous placer en position d’écoute bienveillante et empathique.

Lire aussi : Qu’est-ce que la méthode EFT ou technique de libération des émotions ?

Quels mots puissants utiliser quand votre enfant vous dit « je te déteste » ?

Voici quelques exemples de mise en situation afin de bien réagir et de maintenir ou renouer le dialogue, primordial pour comprendre les émotions de son enfant et l’aider à sortir d’un possible mal-être. Il ne faut pas oublier qu’un enfant ou un adolescent vit tout à la puissance 1000. Ainsi, une simple dispute avec un copain ou une petite peine de cœur prennent des proportions énormes pour lui. Et c’et normal car il commence juste à apprendre à vivre avec ses émotions et ne sait pas encore bien les décrypter et les gérer. Il vit une sorte de tsunami émotionnel et il besoin de vous pour comprendre ce qui lui arrive.

Exemples :

 Tu te dis que je ne t’aime pas… Il y a donc des choses dans ma manière d’être avec toi qui te font penser ça. Peux-tu me dire quoi ?

Tu dis me détester. Toi et moi savons qu’au fond ce n’est pas vrai. Par contre, ce qui est vrai là c’est que tu es en colère. Dis-moi pourquoi ?

Tu m’en veux c’est ça ? Je comprends et je te remercie de me l’avoir dit. Je n’imaginais pas que je te manquais à ce point. C’est vrai que je travaille beaucoup trop ces derniers temps et que je ne fais pas assez attention àtoi. Qu’est-ce que tu aimerais qu’on fasse ensemble ?

Empathie et écoute

L’empathie et la compréhension de ses émotions sont essentielles. L’important est de parler de lui, pas de vous. Ce n’est pas le moment de vous défendre ou de vous justifier, bref de tout ramener à vous. Le but est de vous mettre à sa place et de l’aider à décoder ses émotions et de vous intéresser vraiment à ce qu’il vit.

Quand l’enfant constate que son parent est capable de saisir les enjeux et nuances de son comportement et de ses mots, il se sent compris, accepté et aimé.

Je te déteste veut en fait dire « j’ai besoin de toi »

Votre enfant ne vous dit pas « je te déteste » mais « j’ai besoin de toi » ! Oui, c’est vraiment aussi simple que ça. Mettez ces trois mots en boucle dans votre tête et voyez ce qui se produit.

Le comportement est une communication.

Cela peut tout changer. Au lieu de considérer son comportement et son emportement comme quelque chose qui nécessitait une punition, on réalise en fait que notre enfant appelle à l’aide.

Souvent, en tant que parents, nous répondons aux mauvais comportements de nos enfants par une punition car il faut reprendre le contrôle de la situation. Cela est souvent vrai mais en réalité, le comportement est simplement une communication.

Un enfant ne sait pas toujours comment dire qu’il a besoin de ses parents. Il n’a pas les capacités de régulation émotionnelle nécessaires pour reconnaître ce qui déclenche son ressenti. Il n’a pas les mots pour exprimer ses émotions bouillonnantes et il a besoin d’aide pour retrouver son calme.

Que faire ? Quels mots puissants utiliser quand votre enfant vous dit « je te déteste » ?

Lui dire « non tu ne me détestes pas et je comprends ta colère/frustration/tristesse, mais je t’aime quand même. Et tu as besoin de moi, je suis là. »

Voilà les mots magiques.

Tu as besoin de moi. Je suis là. Je t’aime.

Après un « je te déteste », ni l’enfant ni le parent ne sont capables de penser logiquement et calmement. Il n’y a plus d’énergie émotionnelle suffisante pour une leçon de morale. Non, tout ce qu’il faut, c’est un moment apaisé, un « temps calme » comme disent les enfants, fait de connexion et de compréhension.

Retenez que souvent, dans le « je te déteste » de votre enfant, se cache en fait un message d’amour, qui veut dire « j’ai besoin de toi. »

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :) Laisser un commentaires.

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire