7 façons dont les parents disent « non » à leurs enfants

Le non est un mot très utilisé par les enfants, surtout quand ils sont petits. Non pour dormir, non pour ranger, non pour arrêter de jouer. C’est normal, un enfant est centré sur ses désirs, il veut tout, tout de suite et ne comprend pas toujours qu’il y a des règles. C’est alors aux parents d’user de ce non pour fixer des limites saines à leurs enfants. Si dire non n’est pas facile pour tous les parents, il est pourtant essentiel pour définir les bases d’une bonne éducation. Comment s’y prendre pour que cela se passe bien ? Voici 7 façons dont les parents disent non à leurs enfants, afin de créer un bon environnement familial pour tous.

7 façons dont les parents disent « non » à leurs enfants

« Non » est l’un des mots que vous allez prononcer le plus souvent une fois que vous serez parents.

Quand vous dites non à votre enfant, vous lui montrez que les règles et les limites existent, qu’il ne peut pas tout faire et tout décider. Cela est sain pour lui car ça lui permet de mieux comprendre ce qui est possible ou non, cela le rassure et le sécurise.

Mais pas seulement. Lorsque vous habituez votre enfant au non, vous lui apprenez à contrôler ses émotions et à tolérer ses frustrations.

Le non permet de fixer des limites dans la relation parent-enfant

Toutefois, on le sait, ce n’est pas toujours évident de faire accepter le non à son enfant. Alors même si c’est nécessaire, qu’un non doit être ferme, des petites astuces permettent de faire accepter le non parental sans déclencher caprice, cris ou larmes chez son enfant.

Détourner l’attention quand un enfant veut quelque chose est une bonne alternative plutôt que de s’obstiner. Cela ne veut pas dire qu’il faut céder, mais amener le non de façon à le faire accepter sans difficultés. Créer de la frustration chez un enfant n’est pas constructif. Evidemment, l’enfant doit apprendre qu’il ne peut pas avoir tout ce qu’il veut, sinon vous en ferez un enfant pourri gâté, un enfant roi ou enfant tyran comme on les appelle. Un enfant s’accroche à ce qu’on va lui refuser, alors pour faire passer le non en douceur, il y a des façons de faire.

Et selon la raison de ce non et l’âge de votre enfant, vous allez voir qu’il existe des nuances et des façons de faire différentes.

Lire aussi : Éducation positive : les 6 clés pour devenir un parent bienveillant

Comment dire non à son enfant ? 7 façons dont les parents disent « non » à leurs enfants

#1 Un non argumenté

Dire non quand il faut passe mieux quand il est argumenté. Expliquez votre décision à votre enfant pour qu’il comprenne la raison de votre interdiction. Pour cela, adaptez vos mots simplement en fonction de l’âge de votre enfant. Dire « tu ne peux pas parce que » est toujours mieux que de juste dire « c’est non et puis c’est tout. » Un tel non engendrera forcément de la frustration et possiblement de la colère.

#2 Un non alternatif

Un non alternatif ce n’est pas dire « oui mais », c’est conserver ce refus tout en proposant une solution alternative quand cela est possible. Ce n’est pas pour autant du chantage, même si beaucoup de parents le pratiquent pour avoir la paix ! Et on le comprend ! Disons que quand cela est possible c’est une façon de détourner votre enfant de votre refus ou interdiction en lui proposant un autre choix que vous aurez décidé de valider.

#3 Un non bienveillant

Votre non n’aura pas plus d’impact parce qu’il est prononcé fort ou d’un ton trop autoritaire, au contraire. Adoptez un ton bienveillant dans le cadre d’une communication apaisée avec votre enfant est une bonne solution. Selon son âge, le non expliqué ou répété avec douceur est e meilleur moyen pour que votre enfant comprenne que cette réponse négative de votre part est liée à une chose précise, un geste, un acte ou une bêtise qu’il vient de faire.

#4 Un non dans le dialogue

Dans la même idée que la bienveillance ou l’explication pour argumenter votre non, certaines situations peuvent exiger plus que cela. Un dialogue, un échange peut être nécessaire avec votre enfant pour qu’il comprenne bien tous les tenants et aboutissants de votre décision. C’est un non qui s’adresse à des enfants plus grands et des adolescents. Par le dialogue, l’enfant obtient ainsi les réponses nécessaires pour comprendre les raisons d’un refus et se sent alors en confiance pour exprimer ses frustrations.

Lire aussi : Parents désemparés : voici comment élever un ado confiant et heureux

Les autres façons dont les parents disent « non » à leurs enfants

#5 Le non particulier à son bébé

Le premier non que votre enfant va entendre, il l’entendra de votre bouche alors qu’il sera encore un bébé. En effet, une fois bébé plus autonome, à quatre pattes puis quand il marchera, ce non retentira plein de fois. Pourquoi ? Car bébé se mettra « en danger » en touchant à tout, en mettant des choses à sa bouche, et en recommençant tant qu’il ne comprendra pas. En accompagnant ce non d’un geste pour lui montrer ce qu’il ne doit pas toucher, en lui prenant la main, il finira par comprendre. A cet âge, le non fonctionne par la répétition.

#6 Le non ferme

« J’ai dit non ! » S’il faut la plupart du temps accompagner son non d’explications ou de douceur, il y a des cas où ce non doit être ferme sans aucune fioriture. Quand ? Lorsque cela fait plusieurs fois que vous répétez la même chose, que votre enfant est dans la négociation ou l’opposition à votre autorité.

#7 Le non d’exaspération : l’exemple de l’adolescence

Ce non souvent accompagné d’un « mais tu n’es pas sérieux » ou « tu plaisantes ? » est souvent prononcé à l’adolescence quand votre « grand enfant » demande quelque chose en sachant très bien qu’il n’y a aucune chance que vous cédiez. Ou quand il a dit des mots ou fait des actes que vous ne pouvez pas tolérer. L’adolescence est la période durant laquelle vos non entrainent souvent des conflits ou des résistances. D’où l’importance d’avoir depuis le plus jeune âge, habitué vos enfants à vos refus justifiés.

#8 Savoir dire non sans dire non !

Il est important de dire non de façon claire et nette à ses enfants, en choisissant la meilleure manière de faire parmi les propositions précédentes. Mais parfois, il est plus efficace de dire non sans le dire vraiment, avec subtilité, afin de désamorcer un conflit, ne pas en créer un, et ainsi trouver des solutions adaptées selon le contexte et l’âge de vos enfants. Pour tout savoir à ce sujet, lisez cet article : Dire non à son enfant sans dire non : 6 façons de se faire respecter sans dire non.

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :).

Voir les commentaires

Vous aimez lire sur l'amour ?

Recevez 1 e-mail par mois contenant les nouveaux articles les plus appréciés par la communauté Parler d'Amour

Laisser un commentaire