L’alimentation émotionnelle : cette nourriture qui comble le vide

Dites-le avec une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

L’alimentation émotionnelle est la tendance à manger pour répondre à une émotion (anxiété, tristesse) ou une sensation (fatigue, stress). En effet, nous ne mangeons pas toujours pour satisfaire la faim. Manger peut être une sorte de refuge pour apaiser des émotions ou des sensations négatives. En fait, le problème de l’alimentation émotionnelle n’est pas la nourriture mais l’incapacité à faire face et à gérer ses émotions. Décryptage de l’alimentation émotionnelle : cette nourriture qui comble le vide.

L’alimentation émotionnelle : cette nourriture qui comble le vide

Définition de l’alimentation émotionnelle

L’alimentation émotionnelle correspond à une modification de la consommation alimentaire dans le but de satisfaire ses besoins émotionnels, plutôt que de répondre à une sensation de faim ou de satiété. Le fait de s’alimenter en recherche de réconfort est associé à la surconsommation, au mal être psychique et occasionne des problèmes de nutrition, de surpoids pouvant aller jusqu’à l’obésité.

En effet, l’alimentation ne sert pas seulement à répondre à des besoins biologiques mais aussi à un équilibre psychologique, et même d’ordre relationnel/culturel. Il nous est tous arrivé d’être fatigué et d’avoir besoin de manger. C’est un processus normal. L’alimentation active notre “zone de plaisir” dans notre cerveau. Et donc, quand nous sommes face à une émotion ou à une sensation négative, notre cerveau “déclenche” l’envie de manger, ce qui est différent de manger pour répondre à sa faim.

Un trouble du comportement alimentaire

Hélas, il y a le revers de la médaille ! Si manger face à une émotion devient systématique ou trop fréquente, alors cela peut devenir un problème. Et oui, comme pour l’alimentation tout court, manger émotionnellement en excès n‘est pas bon pour votre santé et votre poids ! En effet, l’alimentation émotionnelle conduit bien souvent à manger sans avoir faim, en grande quantité et souvent des aliments à haute densité calorique.

Si vous avez une alimentation émotionnelle trop récurrente :

Vous allez, non seulement, perturber la régulation des besoins de votre corps, mais aussi prendre du poids.

Donc, utiliser systématiquement l’alimentation comme une échappatoire peut devenir problématique.

En effet, une suralimentation ou une sous-alimentation en réponse aux émotions jouerait un rôle crucial dans l’apparition de troubles du comportement alimentaire tels que la boulimie ou l’anorexie mentale. Cette alimentation émotionnelle peut ainsi avoir des effets néfastes graves sur la santé.

Lire aussi : 15 SMS pour souhaiter une meilleure santé à une personne qui compte pour nous

Tomber dans le cercle vicieux de l’alimentation émotionnelle

Une situation de stress, un conflit au travail, la solitude, des crises d’anxiété, de la fatigue, manger des sucreries après une rupture amoureuse, une dépression… Bref, dépasser les quantités suffisantes pour notre corps s’accompagne du trouble de l’alimentation émotionnelle.

Lire aussi : Comment la solitude peut impacter sur la santé ?

Manger pour répondre à des émotions peut enclencher un cercle vicieux ! Au fil du temps, cela va devenir un automatisme, une habitude. La personne qui en souffre risque non seulement de se sentir frustrée, car elle ne résout pas le vrai problème, mais en plus, elle prend du poids. Cela provoquera une chute de confiance en soi, une frustration ou le sentiment de culpabilité.

Puis la nourriture revient pour répondre à ses nouvelles émotions négatives… Et cela engendre un cycle sans fin !

Alors, ce faisant, chaque fois que nous mangeons de manière compulsive, nous renforçons la croyance selon laquelle la seule façon d’avoir ce que nous voulons est de nous l’octroyer nous-mêmes grâce à la nutrition.

C’est pourquoi chaque fois que nous nous mangeons de façon émotionnelle, nous renforçons ce désespoir. C’est un cercle vicieux en tous points qui se nourrit lui-même du besoin de manger, tout en cachant ainsi le problème de fond.

Comment sortir de l’alimentation émotionnelle ?

Accepter ses émotions pour mieux les gérer

En fait dans ce cas-là, le problème de base n’est pas la nourriture mais l’incapacité à faire face et à gérer ses émotions. Manger permet à la fois de se réconforter et de fuir la véritable confrontation avec ses sentiments et ses émotions. 

La nourriture peut devenir un substitut d’équilibre émotionnel. Combien de fois avons-nous payé nos frustrations en mangeant du chocolat ou de la junk food ?

La compulsion qui nous guide au moment de manger est très souvent le désespoir au niveau émotionnel.

Disons que le fait de se concentrer sur le poids est une manière de ne pas prêter attention aux raisons pour lesquelles tant de personnes se jettent sur la nourriture quand elles vont mal.

L’une des clefs réside dans le fait d’accepter pleinement ses émotions quelles qu’elles soient. A les accueillir et à les accepter avec bienveillance, sans les juger, sans vous juger. Puis à apprendre à les gérer différemment. La relation à la nourriture (et à la vie en général) change radicalement, à mesure où l’on arrive à accueillir pleinement et sans jugement nos émotions et qui nous sommes avec nos forces, mais aussi nos failles. 

L’alimentation émotionnelle : 5 conseils pour arrêter de manger ses émotions

#1 Identifier l’émotion pour cesser l’alimentation émotionnelle

La première étape pour arrêter de manger ses émotions est d’identifier l’émotion et comprendre dans quelles situations cela arrive !

Vous pouvez faire un petit journal et à chaque fois que vous mangez, vous notez comment vous vous sentez (stressé, fatigué, triste, anxieux, frustré, vous vous ennuyez, etc.). Puis notez le niveau de ces émotions/humeurs/sensations en utilisant une échelle de 1 à 10 (1 pas très intense à 10 très intense).

Cet exercice vous aidera à identifier les situations où vous mangez émotionnellement et répondre à ces questions : à quel moment, avez-vous mangé ? En semaine ou en weekend ? Que mangez-vous pour répondre à cette émotion ? Quelles émotions vous font craquer ?

Lire aussi : Pratiquer la gratitude pour être heureux avec 7 exercices

 #2 Accepter ses émotions pour combattre l’alimentation émotionnelle

Une fois que vous savez quelles émotions vous font manger, il est important d’apprendre à les accepter. C’est-à-dire, vous ne devez pas anticiper cette émotion, mais plutôt la vivre.

Fuir ses émotions augmentera non seulement leur intensité, mais aussi leur fréquence. Lorsque vous mangez, l’alimentation vous permet d’oublier votre émotion, c’est comme si cela était une échappatoire. 

A force d’être confronté à la situation tout en vivant l’émotion, vous finirez par diminuer l’intensité naturellement.

#3 Trouver un autre moyen d’alimenter vos émotions

Si cela fait longtemps que vous avez une alimentation émotionnelle, alors votre corps ne sait plus comment faire autrement.

En effet, la plupart du temps, pour répondre à une émotion le corps demande des aliments à haute densité calorique. Cela augmente la probabilité de prise de poids, puis sur le long terme, de potentiels problèmes de santé.

Votre corps s’est habitué à manger pour faire face à l’émotion et n’arrive plus à vous orienter vers une autre solution. C’est donc à vous de lui apprendre à faire autrement.

#4 Ne plus se trouver d’excuses !

Le fameux “ce n’est pas le bon moment » ?! Arrêtez-vous et demandez-vous s’il y aura vraiment “un moment » où vous pourrez vous occuper de vous ?

Dans la vie, il y a toujours des situations pour nous éloigner de notre bien-être. C’est une histoire sans fin. La vie est pleine d’urgences, de mauvais et bons moments. Alors prenez le temps pour vous ! Soyez votre propre priorité

Les personnes ayant appris à gérer leur alimentation, ont aussi appris qu’il est important de la gérer à n’important quel moment, dans les hauts et les bas de leurs vies ! Si vous n’apprenez pas cette leçon, alors vous continuerez avec les effets yo-yo.

 #5 Essayez de nouvelles habitudes

Quand vous êtes plus zen ou quand vous vous sentez en forme, vous avez plus de chance de gérer les hauts et les bas de votre vie ! D’un autre côté, si vous êtes fatigué, stressé ou au bord du burn out, il est plus difficile de mobiliser vos énergies pour surmonter les difficultés.

Donc pensez à faire du sport. Puis, pensez à prendre soin de votre sommeil, de votre alimentation ou encore faire aussi un peu de relaxation ou de méditation. Sans oublier votre vie sociale. Avoir des moments de convivialité aide à vous à mieux gérer les émotions inconfortables.

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :) Laisser un commentaires.

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire