Grandir sans lui : Un texte poignant de Pey

Dites-le avec une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

« Grandir sans lui »

25 ans qu’il est sorti de ma vie, plus de la moitié construite sans lui…

Apprendre sans miroir, à grandir sans portrait de toi…
Dans la tourmente, me suis laissée entraîner,
Ton absence longtemps j’ai regrettée…
Après une longue attente, un contact, un échange renoué,
A ma demande, nous avons enfin parlé de « nous »…
De ces mots échangés j’en garde un goût amer,
Je n’ai pas avancé, ma détresse est restée la même.
Il n’a pas mûri, rien n’a grandi en lui.
Le temps, les années ont filé, mais il n’a pas changé.
La vie l’a endurcit, la vie l’a affaibli…
Il se croît riche de son expérience, mais il en a perdu le sens…
L’éducation a remplacé ses émotions,
Il ne sait que haïr, il ne sait plus aimer.
A quoi bon m’éterniser auprès d’un être futile,
Quand ma vie passe, quand elle devient limpide…
25 ans d’absence… nous nous sommes perdus.
Tout oublier, tout effacer, zapper, bâcher…
Simplement continuer d’exister…
25 ans d’absence… différence de génération…
Ton époque n’est pas la mienne, tes principes sont tiens,
Etrangère je te suis, pas le même destin.
Quelque chose est cassé, un lien s’est rompu…
Reste à oublier que nous nous sommes connus.
Sur cette terre j’ai débarqué, grâce à ton petit orifice,
Ta semence a pris forme, a pris vie…
Non, je n’suis pas mauvaise graine,
Non, je n’suis pas mauvaise herbe…
Je me suis faite de pluie, de vents,
De tempêtes, de bourrasques, j’ai fait face à l’orage.
Brillée au soleil, poussée de sa chaleur,
T’étais pas là pour m’arroser,
M’suis pourtant pas déracinée…
J’ai continué d’exister.
Les saisons filent, les hivers passent,
D’une petite graine germe une fleur,
Face à elle-même, en quête de son bonheur…
25 ans d’absence… 25 ans sans toi…
Un père ne se remplace pas…
Mon jardinier m’a laissé « choir »…
Les mauvaises herbes m’ont gardé sous leurs ailes,
La fleur s’est faite solide autant que fragile,
Sous cette carapace, son coeur est pur…
25 ans d’absence… A contresens… Sans aucun sens…

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :) Laisser un commentaires.

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire