Des torrents d’amour : texte d’Amandine

Dites-le avec une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

Tu vois, tu as gâché tellement d’amour… Non seulement tu t’es gâché une belle histoire d’amour, où je t’aurais donné ma vie s’il l’avait fallu, mais en plus tu as aspiré tout l’amour que j’avais en moi, pour ne plus m’en laisser une seule goutte.

Pendant presque un an j’ai créé de l’amour. Rien que pour toi. J’ai créé des petites gouttes, puis des grosses. Puis elles se sont transformées en flaques. Puis en étangs, en lacs, et en torrents. J’ai versé des torrents d’amour pour toi. Parce que tu as été la seule personne à me faire oublier mon passé; le seul à faire autant de bien à mon coeur. Juste avec ta petite personnalité, tes grands yeux perçants et ton humour dévastateur. Alors j’ai crée de l’amour. Et je t’ai aimé. A flots. A torrents. Contre vents et marées, je t’ai aimé. J’ai fini par réunir tout cet amour dans un océan, car il était plus que temps de le garder à l’abri. J’ai protégé cet océan d’amour avec tout ce que j’ai pu. Et je me suis tellement acharnée à le protéger, que maintenant, je n’ai plus aucune force. Plus aucune ressource. Je suis vide. Vide d’amour. Je n’ai plus d’autre source d’amour. Ni pour moi, ni pour qui que ce soit d’autre. Tu ne m’as plus laissé une seule goutte.

Alors cet océan d’amour restera là, Calme, persistant. Uniquement pour toi. Indéfiniment. Et tu pourras venir y puiser de l’amour quand tu voudras, et combien tu en voudras. Mais moi, je n’ai plus la force de saigner d’amour pour toi, aujourd’hui. Je suis usée, aujourd’hui; aujourd’hui que je te sens filer. Maintenant que tu commences à t’en aller de ma mémoire. Maintenant que j’oublie comme ton regard me chamboulait. Maintenant que tes caresses s’effacent quand je sais que tu ne seras plus à mes côtés.

Non, maintenant, tes baisers ne sont plus aussi doux, dans ma mémoire. Ils s’envolent petit à petit vers l’oubli. Et ça me fait mal. Parce que je les aimais tellement, tes baisers. Ils me faisaient tellement de bien. Mais ma mémoire les efface, maintenant, je n’ai plus la force de lutter, sans doute parce que tu ne seras plus jamais mien. Parce que je n’y aurais plus jamais droit.

Certes tu t’en vas petit bout par petit bout de ma mémoire mais jamais – ô Grand Jamais – de mon coeur parce que tu as été cet âme qui m’as bouleversée toute entière, parce que je t’ai aimé tellement plus fort qu’on croit pouvoir aimer. Parce que je t’aimais à torrents.

Amandine

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :) Laisser un commentaires.

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire