Parler d'Amour
Vivre une rupture : se complaire ou avancer?

Vivre une rupture : se complaire ou avancer?

Auteur

Vivre une rupture, c’est un réel parcours du combattant, il y a des étapes à franchir, de l’eau à laisser couler sous les ponts, des prises de conscience et de recul. Si l’on veut avancer.

Mais bien souvent, vous pouvez vous retrouver dans une forme de complaisance dans le malheur de votre solitude retrouvée. Regretter l’être aimé, cela permet quelque part de vous conforter dans votre bonheur passé sans en tirer les bonnes leçons.

Vous êtes anéantie par une rupture. Deux hypothèses :

Première hypothèse :

Vous avez vécu un amour passionnel, pur, profond. La sensation de vide est donc insoutenable, presque comme un deuil à gérer. Vous passez alors par la dévastation, le sevrage, l’intériorisation, le déni, l’acceptation, souvent dans un ordre qui ne s’avère pas pré établi, en fonction des personnalités, des types de relation, de votre capacité à vivre l’évènement. Le chemin est long et semé d’embûches, mais vous vous en remettrez, car vous vous donnez les moyens de vous en sortir, d’aller au delà de la douleur physique ressentie par la perte de l’être aimé. Peut-être vous direz-vous que jamais vous ne vivrez de si belles relations, que jamais vous n’oserez vous confier à nouveau à celui qui partagera à nouveau votre vie. Que toutes les belles choses que vous avez vécu à deux appartiennent uniquement à l’histoire de votre couple et que jamais vous ne pourrez les vivre avec un autre. C’est parfaitement normal, mais dites-vous que c’est un leurre. Vous construirez d’autres relations, pas plus belles, différentes, que l’évolution que vous a fait vivre votre rupture vous permettra par la suite de trouver quelqu’un avec qui le bagage de votre passé, qui se trouve plus lourd, s’avèrera moins compliqué à porter. C’est important d’ailleurs de pouvoir parler de la rupture, afin d’en faire une étape de votre vie et non la souffrance indétrônable et ultime de votre existence. Votre nouvel amour se sentira également touché de ces confidences, investi dans votre bien-être . Et au lieu d’en faire une source de sujet tabou, de conflits et de jalousie à long terme, en parler vous donnera la belle opportunité de vous faire comprendre par l’autre. En parler permet avant tout, par l’explication que vous en ferez et par la perception de l’autre, que vous voudrez amener sur la compréhension du récit, de faire de cela quelque chose à comprendre, à analyser. Ainsi, vous serez plus apte à ne pas reproduire les mêmes erreurs, et à connaître beaucoup de choses sur votre fonctionnement seul et à deux.

Se faire écrire une lettre par un écrivain public

Deuxième hypothèse :

Il est quelque fois aisé et certes inconscient de se plaire dans le désarroi qu’apporte malheureusement la perte de l’amour. Une forme d’attachement à l’abandon, à la tristesse provoquée par la rupture. Dans ce cas, non seulement vous ne pleurez pas l’homme perdu mais bien uniquement la relation. C’est en cela qu’on ne peut parler d’amour à proprement parler. mais plus une espèce d’égo, ici détruit car blessé. Pendant la relation, vous n’aviez certainement pas conscience de cet amour illusoire. C’est aussi pour cela que votre réaction à la rupture est forte. Vous commencez peut-être à comprendre qu’effectivement c’est la perte de la relation qui vous fait du mal, qui vous heurte, et non la perte de la personne. Cette prise de conscience peut mettre du temps à arriver, comme elle peut ne jamais venir. Ce qui est dur dans ce type de rupture, c’est alors le sentiment de solitude qui se fait sentir, différent de celui de la première hypothèse. Car en en effet, la blessure de l’égo, le narcissisme déchu fait extrêmement mal car il touche à l’être humain même, avec ses failles et ses faiblesses. Posez-vous les bonnes questions. Qu’est ce qui vous manque chez l’autre, qu’est ce qui vous a séduit. Mais aussi ce que vous auriez changé chez l’autre, dans votre relation. Cela vous permettra de comprendre peut-être clairement que c’est en effet la perte de la relation qui vous affecte. Vous aurez saisi le fait que vous ne pouvez réellement vous permettre de regretter votre homme. Cela ne veut pas dire que c’est évident, cela veut simplement dire que vous pourrez aller au delà, que vous serez parfaitement en mesure de passer outre, de grandir encore.

Pensez à l’avenir, ne restez pas sur cet épisode. Gardez en mémoire qu’il ne s’agit en aucun cas d’une défaite ou d’un échec. Quand bien même vous avez le sentiment que c’est de votre faute, cela veut déjà dire que vous avez compris . La vie est longue, et elle est belle lorsque l’on apprend des épisodes qui la fabriquent.

Ailleurs sur le web (sponsorisé)
Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.