Lettre de désespoir : ton absence m’est insupportable

Trouver les bons mots pour écrire une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

En amour, il arrive qu’on se mette dans des états incroyables quand les émotions sont trop fortes et qu’on ne contrôle plus rien. Être amoureux, cela peut être à la fois beau et douloureux. L’état amoureux peut basculer en une minute suite à une mauvaise nouvelle, une peur qui refait surface, un doute, une angoisse, une absence. Et alors on sombre dans une forme de désespoir où les émotions négatives prennent beaucoup de place, où la passion l’emporte sur la raison. Et il est alors difficile de relativiser une situation tant on se sent désespéré. C’est une sensation qui arrive souvent quand on doute de l’autre ou qu’il nous manque atrocement. Entre la tristesse légitime et le désespoir, la frontière est parfois mince. C’est le sens de cette lettre de désespoir : ton absence m’est insupportable d’une femme pour l’homme qu’elle aime passionnément mais qui est absent. Le poids de son absence et l’attente sont pour elle presque insoutenables.

Lettre de désespoir : ton absence m’est insupportable

Mon seul amour,

Tu m’as dit il y a quelques temps que je devais rester forte, que tout allait bien se passer, que le temps passerait vite. Mais je peine à y arriver.

Car le temps passe mais ne file pas, au contraire, il s’écoule avec une telle lenteur que je pourrai presque compter les grains de sable dans le sablier.

Ton absence est insoutenable, elle m’est insupportable, je n’y arrive plus.

Je ne parviens plus à sourire, à rire, à respirer normalement. Il m’est impossible de traverser une journée sans voir les larmes couler. Pleurer est devenu une activité quasi quotidienne, je suis l’ombre de moi-même, je ne me reconnais plus.

Ma solitude est devenue ma meilleure ennemie. Le silence est assourdissant de ton absence, de ce manque qui me brûle le cœur, qui fait résonner tout le vide que j’ai en moi.

C’est trop dur, trop pour moi, je ne peux plus supporter tout ça. Je me sens au bord du gouffre, désespérée. Oui voilà, je suis pleine de désespoir, comme si la lumière n’existait plus et que je vivais dans le noir, dans une noirceur permanente.

Sans doute que je n’ai pas le monopole de la souffrance, que j’en fais trop, que je devrais relativiser ma douleur et ton absence par la même occasion. Peut-être, mais cela m’est impossible.

Je ne fais pas exprès d’avoir mal et de t’espérer. Loin de moi l’idée d’être malheureuse ainsi ou de tenir le rôle principal d’un mauvais mélodrame. Mais je n’y peux rien si notre amour est vital pour moi, si tu es une de mes priorités.

Pour moi, nous sommes des âmes sœurs et être séparée de toi est donc aussi douloureux qu’une blessure physique. J’en ressens chaque piqûre, chaque morsure, chaque brûlure.

Aussi, peu importe pourquoi tu es loin de moi, ce qui importe c’est que tu reviennes vite. Vivre sans toi est au-dessus de mes forces. J’ai perdu la saveur des choses de la vie sans toi.

L’amour peut pousser à toutes les folies parait-il, et si jusqu’à présent j’ai toujours été quelqu’un de sage et de raisonnable, là je n’en suis plus si sûre. Moi-même, je ne me reconnais plus totalement. A vrai dire j’ai été surprise par l’intensité de ce manque de toi.

Je savais mes sentiments pour toi, la sincérité de mon amour. Mais je ne me savais pas capable d’un tel désespoir, d’une telle passion.

Je ne veux y voir aucune dépendance affective, je lui préfère la folie passagère du désespoir en effet. Celui qui nous fait faire quelque chose par passion et non par raison, qui nous pousse à agir en dehors des sentiers battus.

Lettre de désespoir : je ne peux pas vivre sans toi

Cette lettre de désespoir en est la preuve. Je ne sais pas si elle n’en sera que la première, ni si elle sera suivie d’actes plus concrets. Je ne te fais ni fausse promesse, ni menace d’un chantage affectif. Non, je te dis simplement ce qui est.

Et ce soir, ce qui est ma vérité, ma réalité, c’est que je suis pleine de désespoir loin de toi, sans nouvelles, sans savoir quand tu reviendras.

Je ne peux supporter ton absence plus longtemps. Mais que puis-je faire, que suis-je sensée faire d’ailleurs ?

Pourquoi deux êtres qui s’aiment sincèrement doivent connaître un tel chagrin, une telle déchirure ?

Pourquoi notre amour est mis au défi, comme si nous devions parcourir un chemin semé d’embûches avant de pouvoir nous retrouver ?

Tout cela est si injuste, si long, si difficile à supporter. Il n’est donc pas surprenant que la mélancolie et la tristesse s’invitent dans mon cœur. Et que pendant ces moments de déraison, le désespoir prenne toute la place.

Je te veux près de moi, non par simple besoin mais par envie et par amour. Car ce n’est qu’a tes côtés que je me sens complète, heureuse, vivante.

Reviens-moi vite, ne laisse pas le destin nous éloigner plus longtemps. Je t’aime infiniment. 

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :).

Voir les commentaires

Vous aimez lire sur l'amour ?

Recevez 1 e-mail par mois contenant les nouveaux articles les plus appréciés par la communauté Parler d'Amour

Laisser un commentaire