12 textes de funérailles non bibliques à lire pour des obsèques

Le discours idéal

Il y a des instants dans une vie, où l'on se doit de prendre la parole pour exprimer ce qu'on ressent. Mais on n'a pas toujours les mots. On ne sait par où commencer. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et à écrire le plus beau discours.

Lors d’une cérémonie laïque pour les funérailles d’un proche, la lecture d’un texte ou d’un poème permet de rendre hommage au défunt. Il n’est pas facile de trouver les mots justes pour un tel discours, avec la douleur liée au deuil. Ainsi, pour dire adieu à un être cher, que vous soyez un membre de la famille, un ami ou un collègue de travail, un dernier hommage à sa mémoire va apporter de l’humanité et de la beauté à la célébration. Dans le cadre d’une cérémonie laïque, vous pouvez choisir parmi l’un de ces 12 textes de funérailles non bibliques à lire pour des obsèques.

12 textes de funérailles non bibliques à lire pour des obsèques

#1 Le souvenir de Doris Lussier

Un être humain qui s’éteint, ce n’est pas un mortel qui finit. C’est un immortel qui commence.

C’est pourquoi en allant confier où il dormira doucement à côté des siens, en attendant que j’aille l’y rejoindre, je ne lui dis pas adieu, je lui dis à bientôt. Car la douleur qui me serre le cœur raffermit, à chacun de ses battements, ma certitude qu’il est impossible d’autant aimer un être et de le perdre pour toujours.

Ceux que nous avons aimés et que nous avons perdus ne sont plus où ils étaient, mais ils sont toujours et partout où nous sommes. Cela s’appelle d’un beau mot plein de poésie et de tendresse : le souvenir.

#2 L’adieu de Guillaume Apollinaire

J’ai cueilli ce brin de bruyère.
L’automne est morte, souviens-t’en.
Nous ne verrons plus sur terre
Odeur du temps, brin de bruyère,
Et souviens-toi que je t’attends.

#3 Lettre venue d’ailleurs de Michel Thivent : un des textes de funérailles non bibliques

Tu as souhaité m’écrire, laissant le soin aux nuages, le soin de me transmettre ton message.

Cette seule intention m’autorise à te répondre afin de te dire qu’en partant, j’ai bien emporté toute la richesse et l’amour de notre vécu, et, si du poids de mon corps je me suis allégé, je n’en reste pas moins, dans l’ombre, à tes côtés.

Dès lors, si tu es à la recherche de notre hier, laisse voguer en toi les pensées et les rêves, car, dans ces voyages, nous nous retrouverons pour vivre ensemble cette intime complicité, et donner ainsi toute sa force à son éternité.

Que la caresse du vent, un rayon de soleil, une étoile filante ou une goutte de pluie
soient les anges porteurs de cet écrit pour en traduire auprès de toi le sentiment, afin que, laissant de côté regrets comme oublis, tu vives intensément chaque moment de la vie.

#4 A l’enterrement d’une feuille morte de Jacques Prévert

A l’enterrement d’une feuille morte
Deux escargots s’en vont
Ils ont la coquille noire
Du crêpe autour des cornes
Ils s’en vont dans le soir
Un très beau soir d’automne
Hélas quand ils arrivent
C’est déjà le printemps
Les feuilles qui étaient mortes
Sont toutes ressuscitées
Et les deux escargots
Sont très désappointés
Mais voilà le soleil
Le soleil qui leur dit
Prenez prenez la peine
La peine de vous asseoir
Prenez un verre de bière
Si le cœur vous en dit
Prenez si ça vous plaît
L’autocar pour Paris
Il partira ce soir
Vous verrez du pays
Mais ne prenez pas le deuil
C’est moi qui vous le dit

Ça noircit le blanc de l’œil
Et puis ça enlaidit
Les histoires de cercueils
C’est triste et pas joli
Reprenez vos couleurs
Les couleurs de la vie
Alors toutes les bêtes
Les arbres et les plantes
Se mettent à chanter
A chanter à tue-tête
La vrai chanson vivante
La chanson de l’été
Et tout le monde de boire
Tout le monde de trinquer
C’est un très joli soir
Un joli soir d’été
Et les deux escargots
S’en retournent chez eux
Ils s’en vont très émus
Ils s’en vont très heureux
Comme ils ont beaucoup bu
Ils titubent un petit peu
Mais la haut dans le ciel
La lune veille sur eux.

#5 Tant de belles choses de Françoise Hardy

Même s’il te faut nous lâcher la main
Sans pouvoir nous dire « à demain »
Rien ne défera jamais nos liens…
Même s’il te faut aller plus loin
Couper des ponts, changer de train
L’amour est plus fort que le chagrin…

L’amour qui fait battre nos cœurs
Va sublimer notre douleur
Transformer le plomb en or
Tant de belles choses à vivre encore…
Nous verrons au bout du tunnel
Se dessiner un arc-en-ciel
Et refleurir les lilas
Tu as tant de belles choses en toi…

Même si tu veilles d’une autre rive
Quoi que tu fasses, quoi qu’il arrive
Tu seras toujours avec nous
Même si on part à la dérive
L’état de grâce, les forces vives
Reviendront plus vite que l’on ne croit…
Dans l’espace qui lie ciel et terre
Se cache le plus grand des mystères

Comme la brume voilant l’aurore
Il y a tant de choses que l’on ignore
La foi qui abat les montagnes
La source blanche dans ton âme
Penses-y quand tu t’endors
L’amour est plus fort que la mort…

#6 Hier, aujourd’hui, demain, Le Petit Prince de Saint-Exupéry

Nous avions ensemble fait tant de choses. Et voilà que maintenant tu nous quittes.
Nous avons mangé, bu avec toi, nous avons partagé les soucis et les travaux quotidiens. Avec toi, nous avons partagé tant de projets et tant d’espoirs. Il y a tant de choses encore que nous aurions voulu faire ensemble. Mais cela semble s’arrêter aujourd’hui et ce n’est plus ensemble que nous allons réaliser ce que tu espérais.

Nous voudrions nous souvenir de toi, continuer de travailler à tout ce que tu attendais, à tout ce que tu espérais. Comme un mur, la mort nous sépare, de toi, comme le souffle du vent qui balaie les obstacles, notre amitié, notre affection et notre espérance s’en iront te rejoindre là où désormais tu nous attends près de Dieu.

Lire aussi : Eloge funèbre : Discours pour les obsèques de ses proches

6 autres textes de funérailles non bibliques à lire pour des obsèques

#7 Quand vous saurez que je suis mort de Jean Debruynne

Quand vous saurez que je suis mort
Ce sera un jour ordinaire
Peut-être il fera beau dehors
Les moineaux ne vont pas se taire

Rien ne sera vraiment changé
Les passants seront de passage
Le pain sera bon à manger
Le vin versé pour le partage

Pour moi le spectacle est fini
La pièce était fort bien écrite
Le paradis fort bien garni
Des exclus de la réussite

Le soleil a son beau chapeau
La Paix a mis sa belle robe
La Justice a changé de peau
Et Dieu est là dans ses vignobles

Je suis passé dans l’avenir
Ne restez pas dans vos tristesses
Enfermés dans vos souvenirs
Souriez plutôt de tendresse

Si l’on vous dit que je suis mort
Surtout n’allez donc pas le croire
Cherchez un vin qui ait du corps
Et avec vous j’irai le boire… 

#8 Au bord du vide  de Paul Eluard

Nous voici aujourd’hui au bord du vide puisque nous cherchons partout le visage que nous avons perdu.
Il était notre avenir et nous avons perdu notre avenir
, il était des nôtres et nous avons perdu cette part de nous-mêmes, il nous questionnait et nous avons perdu sa question.
Nous voici seuls, nos lèvres serrées sur nos pourquoi, nous sommes venus ici chercher, chercher quelque chose ou quelqu’un.
Chercher cet amour plus fort que la mort
.

#9 La Mort de François Cheng : un des textes de funérailles non bibliques

La mort n’est point notre issue, car plus grand que nous est notre désir, lequel rejoint celui du Commencement, désir de vie.

La mort n’est point notre issue, mais elle rend unique tout d’ici ; ces rosées qui ouvrent les fleurs du jour, ce coup de soleil qui sublime le paysage, cette fulgurance d’un regard croisé, et la flamboyance d’un automne tardif, ce parfum qui assaille et qui passe, insaisi.

Ces murmures qui ressuscitent les mots natifs, ces heures irradiées de vivants, d’alléluias, ces heures envahies de silence, d’absence, cette soif qui jamais ne sera étanchée, et la faim qui n’a pour terme que l’infini…

Fidèle compagne, la mort nous contraint à creuser sans cesse en nous pour y loger songe et mémoire, à toujours creuser en nous le tunnel qui mène à l’air libre. Elle n’est point notre issue. Posant la limite, elle nous signifie l’extrême exigence de la Vie, celle qui donne, élève, déborde et dépasse.

#10 Tu peux pleurer son départ, Auteur anonyme

Tu peux pleurer son départ
Ou tu peux sourire parce qu’elle a vécu
Tu peux fermer les yeux et prier pour qu’elle revienne
Ou ouvrir les yeux et voir qu’elle est partie
Ton cœur peut être vide de ne plus la voir
Ou il peut être rempli de l’amour qu’elle a partagé
Tu peux tourner le dos à demain et vivre le passé
Ou tu peux être heureux pour demain à cause du passé
Tu peux te souvenir d’elle et seulement qu’elle n’est plus
Ou tu peux chérir sa mémoire et la laisser vivre
Tu peux pleurer et te renfermer, être vide et tourner le dos
Ou tu peux faire ce qu’elle aurait voulu, sourire, ouvrir les yeux, aimer et aller de l’avant.

#11 Au-delà des soupirs d’Isabelle Callis-Sabot 

Je n’ai pu t’adresser un regard, un sourire, tu es partie trop vite et sans me prévenir… Immense est mon regret. Je voudrais te le dire au-delà du chagrin, au-delà des soupirs. Ta mort hante ma vie.

Pour combler ton absence sans cesse je remue de précieux souvenirs. Je trouve un réconfort en trompant ma souffrance. Au-delà du chagrin, au-delà des soupirs.

Mes plus tendres pensées vont vers toi dès l’aurore, je t’appelle et te parle avant de m’endormir, et bien étrangement ta voix me berce encore.

Au-delà du chagrin, au-delà des soupirs.

#12 L’aveu des larmes de Stephen Moysan

Depuis ton départ

En coup de vent

Les journées plus froides.

Te savoir sous terre

Mais pour te voir

Regarder les cieux.

Cimetière en fleurs

Et tout là-haut ton étoile –

Larmes au coin des yeux.

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :).

Voir les commentaires

Vous aimez lire sur l'amour ?

Recevez 1 e-mail par mois contenant les nouveaux articles les plus appréciés par la communauté Parler d'Amour

Laisser un commentaire