La vie n’a pas de sens sans toi

Trouver les bons mots pour écrire une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

Avez-vous déjà été amoureux ? Vraiment amoureux ? Au point de vous dire que sans l’autre, votre vie n’a aucun sens. Vous partagez vos existences depuis longtemps et il vous est impossible de penser vivre sans elle, sans lui. Des belles histoires d’amour, vraies, longues, sincères, il y en a encore et c’est tant mieux. Au point que, lorsque l’un des deux part pour toujours, c’est une part de vous qui s’en va également. C’est le sens de cette magnifique lettre de Nelly, la vie n’a pas de sens sans toi. Elle a perdu son mari après toute une vie partagée, plus de 40 ans et aujourd’hui, si elle est reconnaissante pour ce long amour partagé, elle se sent comme orpheline.

La vie n’a pas de sens sans toi

 Mon amour, mon grand amour,

Je continue à te parler chaque jour depuis que tu es parti. Alors pourquoi ne pourrais-je pas t’écrire aussi ? Après tout, c’est un joli moment que je passe avec toi d’une certaine façon, car cela me permet de me remémorer nos souvenirs et de m’attarder sur les plus beaux.

Nous avons partagé tant de choses ensemble tout au long de ces quatre décennies. Toute une vie ou presque, de petits et grands bonheurs entrecoupés d’épreuves certes, mais qui ne nous ont jamais séparés.

Tous les deux, nous avons été des jeunes amoureux plein de fougue, avec la chance de vivre dans une époque pleine d’espérance où tout semblait possible à nouveau.

A la sueur de nos fronts, avec nos rêves et notre courage, nous nous sommes construits une vie simple mais si heureuse. Nous avons bâti notre maison, fondé notre famille, réalisé de jolis projets de couple, projets de vie.

Oui, le temps qui s’est écoulé en ta compagnie était joyeux, doux, comme un printemps qui ne finit jamais. C’est sans doute pour cela que c’est depuis toujours ma saison préférée. Celle de la renaissance, de tous les possibles, des nouveaux départs.

Si je m’y accroche encore, je dois t’avouer que depuis ton départ, j’ai plutôt l’impression de vivre entre un automne monotone et un hiver glacial, qui se répètent en boucle.

Car la vie n’a pas de sens sans toi, n’a plus la même saveur. Elle manque de profondeur. Je cherche son essence mais je ne trouve plus quel sens donner à mon existence.

J’essaie mon amour, je te promets que j’essaie. Mais c’est si dur sans toi. Si dur de garder cette joie de vivre, cette bonne humeur.

La mélancolie s’invite malgré moi trop souvent. Et la nostalgie aussi, forcément. Mais tu sais, quelque part, j’aime ça. Oh, je ne deviens pas folle et je ne m’isole pas, ne t’inquiète pas, mais j’avoue que j’aime ces moments-là. Tu sais, je m’installe dans la véranda, face au jardin et je laisse vagabonder mes pensées. Elles me ramènent inexorablement à toi, à nous, à notre vie passée. Malgré la peine, ce sont des instants que je chéris car ils sont la preuve de notre bonheur partagé.

Et je suis pleine de gratitude pour cette vie que nous avons vécue, oui je serai éternellement reconnaissante pour notre amour.

Mais je sais que je t’ai fait une promesse avant ton départ. Alors même si je confesse ces moments de solitude plongée dans nos photos et mes souvenirs, ne t’inquiète pas.

Je ne suis pas seule. Nos enfants et petits-enfants veillent sur moi, je les vois souvent et c’est avec plaisir que je joue à la mamy gâteau. Mes fidèles amies le sont toujours et nous partageons des promenades, des discussions, des sorties.

Alors si la vie sans toi est souvent vide de sens, si je peine à trouver ma place maintenant que tu n’es plus à mes côtés, je te promets que je m’accroche.

Moi ici, toi si loin, ce n’est pourtant pas naturel pour moi, j’aimerais être près de toi. Mais peut-être que je peux encore être utile ici, et heureuse, même un tout petit peu.

Il faut juste que je trouve une autre définition au bonheur, car sans toi, ce mot n’a plus la même valeur. Disons que si je peux avoir encore quelques moments de joie et mes souvenirs à chérir, alors ça ira mon amour.

Oui ça ira, car j’ai en réserve notre bonheur partagé et il me permet de traverser les saisons ici sans toi. Le sourire dure moins longtemps, le cœur est moins plein, les yeux brillent souvent à l’évocation de ton souvenir, mais ça ira mon amour. 

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :) Laisser un commentaires.

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire