La chambre des merveilles : le premier roman de Julien Sandrel

La chambre des merveilles est le premier roman de Julien Sandrel et il a connu un très beau succès depuis sa sortie au printemps 2018. Plus de 20 pays ont acheté les droits avant même sa parution et une adaptation cinéma est déjà en cours. C’est un roman feel-good qui nous fait penser au thème de la life list, et qui a conquis des centaines de milliers de lecteurs. A découvrir donc !

La chambre des merveilles de Julien Sandrel : résumé

Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose. Alors il part, fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion le percute de plein fouet.

Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis.

En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a dressé la liste de toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait vivre au cours de sa vie.

Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place.
Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut–être que ça l’aidera à revenir.
Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers elle il aura vécu la vie dont il rêvait.
Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans…

La chambre des merveilles : mon avis sur le roman

Ce livre oscille entre roman feel good comme il y en a tant aujourd’hui, et la quête de soi, illustrée à travers le carnet de Louis et l’utilisation qu’en fait sa mère. Nous voilà dans la confidence -malgré lui- des rêves, des envies, des projets à réaliser de Louis, un pré-ado de 12 ans.

On plonge dans sa bucket list, qui n’a jamais autant bien porté son nom puisque Louis est entre la vie et la mort.

J’ai aimé l’idée de départ, je n’ai été que moyennement gênée par le côté un peu trop lisse de l’histoire, des personnages qui semblent tous si bienveillants, si prêts à accueillir l’inconnu, à changer de vie… C’est un peu facile mais après tout il s’agit d’un roman, alors j’ai accepté ce postulat de départ selon lequel si Thelma vivait la chose la plus horrible qui soit pour une mère, en revanche, son parcours initiatique à travers le carnet de son fils ressemblait à un parcours sans embûches. Tout y semble trop facile, mais soit.

Si l’idée de départ donc, est originale, je n’ai pu m’empêcher de me poser la question sur son réalisme : avec un fils entre la vie et la mort, plongé dans le coma, une mère va-t-elle passer tout ce temps loin de sa chambre d’hôpital, loin de son enfant ? Vraisemblablement non, beaucoup de mamans le diront. Mais c’est ce qui fait tout l’intérêt de cette histoire, qu’il ne faut pas chercher à rationaliser à tout prix. Et ce qu’il faut accepter, c’est quelque part, que l’accident de Louis devienne secondaire et permette à sa mère de renouer avec l’essentiel. Au final, le personnage central du roman, c’est elle. Son fils, c’est sa conscience.

Alors si on peut regretter le côté « tout le monde est beau, tout le monde est gentil », du roman, paradoxal à l’horreur de l’histoire au départ, et la fin attendue, on peut néanmoins reconnaître l’originalité de l’idée et la plume agréable à lire de Julien Sandrel pour ce premier roman.

La chambre des merveilles de Julien Sandrel : extraits

« Je me suis souvenue des belles choses. J’ai inventé les délices à venir. Je me suis élancée sans filet vers l’inconnu, j’ai ri, j’ai pleuré. Je me suis demandé quelle femme je désirais être. Ce que je voulais devenir, moi, Thelma. Quelle trace je voulais laisser sur cette planète. »

« J’étais fière de ce petit bout d’homme qu’il était en train de devenir. J’aurais dû le lui dire – ces pensées-là sont faites pour être exprimées, sinon elles ne servent à rien-, mais je ne l’ai pas fait. »

« Combien de temps me restait-il ? Moins d’un mois maintenant. J’avais déjà perdu combien de précieuses journées. Il était plus que temps d’entamer cette course contre la montre et pour la vie.
J’ai tourné la première page et découvert ce qui m’attendait. J’allais sortir de ma zone de confort, je le savais. J’étais prête. Pour Louis. Et sûrement un peu pour moi. »

« S’il y a bien une leçon que j’ai retenue, c’est qu’il faut exprimer ce que l’on ressent. Toujours. »

« Cette nuit là, j’ai compris la vie – la vraie, celle dont on se souvient – n’est rien d’autre qu’une succession de moments de grâce juvénile. Et qu’aucune ambition d’adulte ne peut rendre plus heureux qu’un Carpe Diem adolescent. »

Pour commander La chambre des merveilles :

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :) Laisser un commentaires.

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire