Je n’ai pas aimé La Datcha d’ Agnès Martin-Lugand

Depuis quelques années, j’ai l’impression d’aimer un roman sur trois d’AML. Par exemple, je n’avais pas aimé J’ai toujours cette musique dans la tête, je n’avais pas non plus particulièrement apprécié A la lumière du petit matin. Et puis, j’ai adoré Une évidence qui m’a fait renouer avec l’auteure. Mais Nos résiliences et La Datacha m’ont à nouveau déçue… Malgré tout, chaque fois qu’Agnès Martin-Lugand sort un nouveau roman, je ne peux m’empêcher de l’acheter car j’ai toujours espoir de revivre des émotions intenses comme dans Les gens heureux lisent et boivent du café (et sa suite) ainsi que dans Entre mes mains, le bonheur se faufile.

La Datcha d’Agnès Martin-Lugand : résumé

 » L’homme venait de me déposer dans un décor de rêve, dont je n’aurais même pas soupçonné l’existence. L’hôtel en lui-même était imposant, majestueux ; les pierres, les grands volets, les immenses platanes tout autour de la cour, la fontaine couverte de mousse qui lui conférait un aspect féerique. Je ne tiendrais pas deux jours, je n’étais pas à ma place. Devais-je fuir immédiatement, retrouver ma vie d’errance dont je connaissais les codes, où je savais comment survivre, ou bien rester et tenter ma chance dans ce monde inconnu, étranger, mais qui exerçait sur moi une attraction aussi soudaine qu’incontrôlable ? « 

Et si le pouvoir d’un lieu était d’écrire votre histoire ?

La Datcha d’Agnès Martin-Lugand : Mon avis

J’ai lu les avis dithyrambiques à propos de ce nouveau roman et je me dis que je suis totalement passée à côté…

J’ai trouvé la lecture très laborieuse, j’ai même fini par le lire en diagonal tellement je trouvais ça lent et niais. Beaucoup trop de clichés à mon goût, l’intrigue dont on connaît la fin dès le début m’a agacée tout autant que ces verbes et adjectifs surutilisés comme « virevolter » qui contribuent aux côtés « à l’eau de rose » de ce roman.

J’aurais aimé en savoir plus sur Hermine, sur son passé, ses blessures et pas autant sur ses introspections peu originales sur son grand amour disparu durant vingt ans. Je suis peut-être dure mais j’ai trouvé ce roman creux, sans profondeur aucune.

La Datcha : un lieu magique ?

On nous promet un lieu magique mais on ne nous en dit pas beaucoup dessus… Je sais bien qu’aujourd’hui on veut aller à l’essentiel, écrire et lire des romans qui s’apparente plus à des scénarios de film. Peut-être que je suis vieux jeu, mais les descriptions littéraires à la Zola me manquent et je suis persuadée qu’elles auraient trouvé leur place ici.

Je commence aussi à avoir du mal avec les romans écrits à la première personne car cela confère souvent au personnage une attitude autocentrée qui a le don de m’agacer. Après chaque phrase prononcée par Vassily, on avait le ressenti d’Hermine… Interminable. Surenchères de descriptions sentimentales et personnages clichés. J’avais déjà remarqué que AML est beaucoup plus habile avec les personnages de femme seule et battante et a tendance à tomber dans tous les clichés lorsqu’il s’agit de couple.

J’ai bien conscience d’être un OVNI car ce roman a plu à de nombreuses personnes mais je vous donne simplement mon avis authentique. J’ai eu du mal à finir ce roman. Moi qui en lis entre 3 et 4 par mois, j’ai mis un mois entier à venir à bout de celui-ci. Il faut dire qu’il passait après Les hauts de Hurle-Vent et Le portrait de Dorian Gray… Ceci explique peut-être cela…

Pour commander La Datcha :

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :) Laisser un commentaires.

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire