L’amour impossible à cause de la religion ? Le leur a été plus fort

Dites-le avec une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

C’est l’histoire d’un amour contrarié, d’un amour qui a traversé des tempêtes. Que certains disaient impossible, interdit. C’est une histoire d’amour qui a fini par gagner en faisant fi des différences. En l’écrivant, je ne peux m’empêcher de penser aux paroles de la chanson de cet artiste que j’aime tant. L’amour impossible à cause de la religion ? Pas le leur !

Ils pourront tout nous enlever. Ils pourront bien essayer 

De nous monter l’un contre l’autre. À contre sens pour qu’on se vautre

Ils pourront nous raconter. Qu’on a eu tort qu’on s’est trompé

Ils pourront pointer du doigt. Pointer l’amour coupable de quoi

Viens on s’aime, viens on s’aime

Allez viens on s’aime, on s’en fout 

De leurs mots, de la bienséance 

Viens on s’aime, on s’en fout. De leurs idées, de ce qu’ils pensent 

Viens on s’aime, et c’est tout. On fera attention dans une autre vie 

Viens on s’aime, on est fou. Encore un jour, encore une nuit

Une belle histoire d’amour qui prouve que l’amour est plus fort que les différences religieuses et culturelles :

Elle s’appelle Gwen, lui c’est Karim. Il est aussi brun qu’elle est blonde. Karim a la peau aussi mate que celle de Gwen craint le soleil. Il est fils d’immigrés d’origine algérienne et né en France. Elle est fille d’une famille d’origine bretonne et née en France. Elle est athée même si elle a été élevée dans une certaine tradition judéo-chrétienne. Il est musulman élevé dans la tradition algérienne.

Est-ce que ces détails sont importants ? Ils ne devraient pas l’être. Ou alors juste pour souligner la richesse de leurs différences qui n’a pas empêché l’amour. Hélas ces détails, pour eux, ont été importants. Car ils ont failli leur coûter leur histoire d’amour. Une histoire d’amour qu’on a voulu leur interdire.

Pourquoi ? Car là où beaucoup y voient une chance, une richesse culturelle, l’évidence de l’amour tout simplement, d’autres y ont vu des complications, une offense à la tradition.

Il faut dire que leur histoire n’a obéi à aucune règle de la prétendue bienséance.

Ils vivent avec leur temps et leurs codes. Et même s’ils respectent leurs traditions familiales, ils sont ouverts d’esprit. Ouverts aux autres.

À l’époque, les rencontres virtuelles étaient moins présentes qu’aujourd’hui mais c’était les prémices. Leurs premiers échanges, c’était sur MSN. Les débuts de la messagerie instantanée.

Ils n’ont pas compris la puissance du lien qui était en train de se créer entre eux. Plus ils se parlaient, plus ils avaient cette sensation étrange qu’ils se connaissaient déjà. Dans un autre monde, une autre vie ? 

Cela a duré des semaines, des mois… Jusqu’à ce que leurs échanges cessent. Rappelé à ses obligations, Karim a préféré ne pas passer le cap du virtuel au réel. Gwen lui en a voulu. Elle connaissait son histoire familiale mais elle n’a pas compris qu’il abandonne si vite. Était-il lâche ? Avait-il peur ? C’était trop tard, elle ne le saurait jamais…

Un an après, alors qu’elle sort d’une boutique, elle voit cet homme à quelques mètres.

Sa silhouette, son profil… Elle reste figée comme une statue. Est-il possible que ce soit lui ? Elle se raisonne, elle ne l’a vu qu’en photo, elle ne connaît sa voix qu’au téléphone. Cela fait un an que le silence s’est installé entre eux. Elle rêve, c’est un mirage.

Alors qu’il est au téléphone, il sent un regard posé sur lui. Il ressent un frisson. S’il se retourne, il sait que sa vie va changer. Mais il ne veut plus être lâche. Alors il fait volte-face. Elle est là. C’est elle, réelle, telle qu’il l’a si souvent imaginée. Telle qu’il la rêve depuis plus d’un an.

Elle, qu’il a abandonnée. Parce qu’il a cru ne pas avoir le choix. Mais maintenant qu’elle est face à lui, l’émotion le submerge. Elle doit le détester pour ce qu’il a fait. Et pourtant elle le fixe et semble l’attendre. Elle ne s’enfuit pas. Il sait qu’il lui doit des explications mais il a peur. De lui faire du mal. Et il est perdu. Car maintenant qu’il a ressenti ça, il ne peut plus faire semblant et se persuader que l’amour ce n’est pas si important que ça.

C’est la première fois qu’il la voit et pourtant tout son être l’appelle.

« Pardon… » Voilà ce qu’il lui a dit d’emblée. Elle a souri tristement.

« Tu es si belle… » Elle a eu les larmes aux yeux.

« Me laisses-tu une chance de tout t’expliquer après tout ce temps ? » Elle a acquiescé.

Alors il lui dit tout. Sa disparition soudaine due à une décision familiale. Son père qui lui a annoncé qu’il allait le marier avec la fille d’un de ses amis d’Algérie. Cette femme qui est arrivée si vite, trop vite. Il n’a pas eu le temps de comprendre ce qui se passait. Le poids de la tradition. L’envie de hurler mais la peur d’affronter son père. De se mettre sa famille à dos.

Alors il a disparu.

Pour ne plus être tenté. Pour se persuader que ce virtuel n’était qu’un mirage. Que l’amour ne pouvait pas se trouver comme ça. Mais maintenant il sait que l’amour ne peut pas être forcé. Que cette femme qu’on lui impose, il ne l’aime pas. Que son évidence, il l’a déjà eu.

Qu’il est amoureux et malheureux depuis un an.

Et qu’il ne sait pas s’il pourra affronter tout ça. Mais il sait qu’il ne veut pas la perdre une seconde fois. Elle aurait pu l’avoir oublié, le détester, prendre peur mais rien de tout cela. L’évidence était partagée.

« Je suis là » a-t-elle dit simplement. « Si c’est vraiment ce que tu veux, alors on affrontera tout ça ensemble. Je ne te lâcherai plus la main mais il faudra être sûr de toi. Je ne veux pas être la cause d’un déchirement avec ta famille. Réfléchis bien. Entre notre amour et tes traditions. Prends le temps. »

Il sait que c’est sa chance d’être heureux, même s’il ne veut pas faire souffrir sa mère et décevoir son père.

Seulement même s’il respecte profondément ses traditions, il ne pense pas que l’amour se commande. Il ne croit pas qu’un mariage arrangé le rendra heureux. Sa femme, il l’a trouvé. C’est elle qu’il veut et aucune autre. La femme qu’il doit épouser quelques mois plus tard, il ne l’aime pas et il sait qu’elle non plus.

Alors il va lui dire. A eux deux, ils sont plus forts pour faire comprendre les choses à leurs familles. Sa mère devient sa confidente. Elle n’a jamais vu son fils si épanoui malgré la situation alors elle sait que son cœur a parlé. Ensemble ils arrivent à se faire entendre de son père. Pas sans mal. Pas sans patience…

Il a beau la rassurer, voilà des semaines que la situation est bloquée.

Gwen a peur. Et s’il ne pouvait pas échapper à ce mariage ? Elle sait qu’il l’aime, qu’il est sincère mais elle a compris l’enjeu pour lui. Elle ne veut pas être la raison de son malheur. Le mariage doit avoir lieu dans moins de deux mois. Que se passera-t-il s’il perd pied ?

Elle ne peut pas être à ses côtés là-bas pour lui insuffler toute la force de son amour. Alors elle attend…

Ce soir c’est son gala de danse. Il aurait dû être là. Libéré de cette situation, libre de l’aimer aux yeux de tous. Mais ce n’est pas encore le cas. Elle est triste, elle a peur, elle a froid. Tout le temps. Leur amour est de plus en plus fort mais l’absence prend le dessus. Il avait promis qu’il serait là. Elle voulait tant danser pour lui, rien que pour lui ce soir.

Le noir se fait dans la salle, le rideau s’ouvre.

Elle danse avec son cœur, avec sa rage. Elle danse pour eux, pour leur amour impossible. Pour se libérer. C’est l’entracte. Elle part en coulisses avant de rejoindre le public pour quelques minutes. Dans la loge, son téléphone bipe.

C’est lui. Il lui a envoyé une photo. Avec un message. Le billet d’entrée avec un « tu es resplendissante quand tu danses, même en pleurant. S’il te plaît ne pleure plus mon amour, je suis là. » Elle n’y croit pas alors elle court dans la salle. Où est-il ? Il est là devant elle.

« Pardon » lui dit-il encore une fois.

« Je pensais que tu ne viendrais plus »

« Je t’avais promis que je serai là. »

« Et pour le reste ? »

« Pour le reste tout est arrangé, je t’expliquerai mais là c’est ta soirée. Ne t’inquiète pas pour ça. Mon mariage est annulé. Enfin sauf si… » 

« Sauf si quoi ? »

« Sauf s’il n’est que retardé. »

« Retardé ? Pourquoi ? »

« Retardé si tu acceptes de devenir ma femme bientôt… »

 

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :) Laisser un commentaires.

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire