J’ai refait ma vie après des années : témoignage de Sylvie

Dites-le avec une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

Célibataire depuis des années, vous vous dites peut-être que vous ne retrouverez jamais l’amour. Après un divorce, une séparation difficile ou tout simplement parce que vous n’avez pas encore trouvé la personne qui vous convienne, votre célibat dure depuis longtemps. Et vous en avez marre de tomber sur la mauvaise personne, de ne faire aucune rencontre ou d’enchainer les déceptions. Si la solitude affective est très bien vécue pour beaucoup, elle peut être pesante pour d’autres, surtout quand elle dure depuis un moment. Et les relations d’aujourd’hui semblent appuyer la difficulté à trouver l’amour. Et pourtant, cela arrive, et heureusement ! Le célibat n’est pas une fatalité et ce n’est pas parce que le temps passe qu’il ne faut plus y croire. C’est le sens du témoignage de Sylvie, j’ai refait ma vie après des années, qui partage avec nous ses retrouvailles avec l’amour.

J’ai refait ma vie après des années : témoignage de Sylvie

Pendant des années, j’ai été seule, au sens amoureux du terme. Avant cela, j’ai été mariée pendant 10 ans et j’ai eu 2 enfants avec mon ex-mari. Mais nous avons divorcé, souffrant chacun à notre façon d’une incompatibilité de plus en plus évidente et de sentiments évanouis.

C’était alors l’aube de mes 40 ans et je crois que ce n’est pas anodin. La crise de la quarantaine est vraiment un passage particulier de l’existence. Comme une prise de conscience, une remise en question de toute une vie, de certitudes, de repères qui s’envolent.

Si je ne regrette pas mon divorce, car je sais que c’était la meilleure décision à prendre, il n’a pas été facile ensuite de me projeter seule dans cette nouvelle vie qui s’offrait à moi.

Le célibat et sa solitude affective, le nouveau statut de maman solo et la charge mentale qui l’accompagne souvent… Il m’a fallu du temps, beaucoup de temps, pour trouver un nouveau rythme de vie, pour m’adapter à ma nouvelle existence.

Les jours passaient, devenant des semaines puis des mois et je me sentais tout le temps débordée, stressée, à courir partout entre le travail, les enfants, la maison, les obligations, les soucis.

Parfois, je pensais que je pourrais jamais dire un jour  » j’ai refait ma vie après des années » !

Mon ex-mari prenait les enfants selon un mode de garde classique à raison d’un weekend sur deux et de la moitié des vacances scolaires les premiers temps. Mais suite à un déménagement pour raison professionnelle loin des enfants, il n’a ensuite assuré son droit de visite et d’hébergement qu’aux vacances scolaires et à quelques weekends ponctuels dans l’année, à l’amiable.

Autant vous dire que cela ne m’a pas aidée à lâcher prise et à trouver du temps pour moi en tant que femme.

Envolés l’insouciance, la légèreté, les loisirs, le plaisir de faire quelque chose pour moi seule. Les moments pour moi se comptaient sur les doigts de la main. Prévoir une sortie, voir des amies, faire du sport ou une activité rien qu’à moi demandait une organisation de dingue. J’avais un planning de ministre, mais sur mon calendrier ne figuraient que des rendez-vous relatifs aux enfants.

Alors plus le temps passait, plus l’idée de refaire ma vie s’éloignait.

C’est d’ailleurs difficile à expliquer. J’étais comme prise dans un tourbillon, une spirale infernale, dans l’incapacité de maitriser le temps qui n’en finissait plus de s’écouler. J’avais même la sensation qu’il avançait en accéléré.

Jours, semaines, mois, années. Je n’ai plus eu de prise sur ces années de célibat, sur ce statut qui me définissait de plus en plus.

Mon monde tournait autour de ma maternité, de mon rôle de mère, je m’accordais un peu de temps uniquement quand les enfants étaient en vacances chez leur père.

J’ai essayé alors, en vain, pendant ces quelques semaines dans l’année, de faire des rencontres, enfin plutôt la rencontre. Au début, par le biais de sorties entre copines ou des amis d’amis. Ensuite, j’avoue avoir cédé à la facilité, à la curiosité et à la modernité en m’inscrivant sur des sites ou applications de rencontre. Je crois que cela a été ma pire décision. C’est là que j’ai senti que si je devais retrouver l’amour, refaire ma vie, cela se ferait autrement. Naturellement, spontanément, comme une évidence.

J’étais peut-être naïve mais c’est étrange, c’est en m’enfonçant de plus en plus dans le célibat, que j’ai paradoxalement compris que je trouverai la personne faite pour moi autrement, au bon moment.

Cette envie était là mais je ne la nourrissais plus de la même façon, je ne cherchais plus l’amour « à tout prix ».

Ma vie s’est rééquilibrée, et si mes enfants continuaient à accaparer une grande partie de mon temps, j’était tout de même parvenue à trouver un rythme dans lequel je m’épanouissais à nouveau.

Ma vie professionnelle, ma vie de maman, ma vie sociale, amicale et familiale, tout allait mieux. Mes enfants grandissant, je pouvais glisser dans mon emploi du temps des activités rien que pour moi.

La seule chose qui manquait à mon bonheur était donc l’amour, mais je n’en faisais plus une obsession.

J’essayais de rester positive, optimiste, pleine d’espoir quant à mon avenir amoureux. Je crois à la loi de l’attraction et sûrement au karma quelque part. Partager des ondes positives est pour moi la meilleure manière d’attirer à soi ce que l’on souhaite et mérite. Alors je m’employais à voir la vie du bon côté, à relativiser ma solitude affective, à être patiente.

Ce temps m’a permis de savoir qui j’étais vraiment, il m’a réconciliée avec la confiance en soi et a développé mon épanouissement personnel.

Ma période de célibat entre mon mariage et le jour où j’ai rencontré l’homme avec lequel j’ai refait ma vie a duré 7 ans.

C’est long et court à la fois au final quand vous êtes pris dans un engrenage, dans un quotidien rempli de responsabilités.

Si je l’espérais, je ne l’attendais plus et pourtant il est entré dans ma vie en toute simplicité. Je suppose que les rencontres entre parents solos sont devenues courantes de nos jours.

Je me suis engagée comme parent d’élève au collège de mon fils. Il était là. C’était l’autre parent référent. On a sympathisé, plaisanté, appris à se connaître et on s’est découvert des vies assez similaires et surtout une forte attirance.

De cette attirance est né un véritable intérêt puis des sentiments sincères. Et notre histoire a commencé, doucement mais sûrement, discrètement, pour le bien de nos enfants.

J’ai donc refait ma vie après des années de célibat et au bonheur de l’amour retrouvé se mêlaient des craintes.

Quand vous êtes seule depuis si longtemps, vous prenez des habitudes de célibataire. L’amour et surtout le couple sont devenus lointains, presque étrangers, on en rêve mais on ne sait plus trop quelle place leur faire dans sa vie.

Il a donc fallu un temps d’adaptation pour trouver à notre relation une place dans nos deux existences. Non par manque d’envie, mais par peur je crois. D’aller trop vite, de mal faire, de souffrir encore, certainement.

J’ai refait ma vie après des années : entre bonheur et peur

Refaire sa vie après des années est merveilleux mais c’est aussi un risque à prendre, une sorte de pari sur l’avenir.

Je crois qu’inconsciemment, j’avais développé une nouvelle individualité très forte depuis mon divorce. Il me fallait donc redéfinir ma vie, laisser du temps à l’amour et surtout me dire que j’avais le droit de le vivre à nouveau.

Quelque part, ces doutes et ces craintes ont permis à notre relation de démarrer sainement, car nous avons pris le temps de faire les choses en douceur. C’est comme si nous réapprenions à aimer ensemble.

C’est une curieuse sensation, pendant des années, vous espérez retrouver l’amour et quand cela arrive, vous êtes morte de trouille.

Mais j’en suis évidemment très heureuse. Je partage aujourd’hui ma vie, comme ma seconde vie de femme en quelque sorte, avec un homme qui semble fait pour moi en tous points.

Je ne sais pas si toutes ces années étaient absolument nécessaires pour que l’amour fasse à nouveau partie de ma vie, mais je me dis que rien n’arrive par hasard. Ni les épreuves, ni le bonheur. Si ce laps de temps était essentiel pour moi, c’est qu’il y avait une raison.

Ce que je voudrais vous dire pour finir, c’est qu’il n’y a pas de vérité absolue en amour. Ni dans la vie d’ailleurs. Vous pouvez rencontrer une personne différente chaque mois sans jamais connaître l’amour.

Mais vous pouvez aussi rester seule pendant des années et tomber sur la personne qui incarnera l’amour pour vous soudainement. Rien n’est figé, tout peut arriver.

La seule chose, c’est de ne jamais perdre l’espoir et de jamais se dire qu’on devient indigne d’être aimée. C’est une absurdité. En attendant que l’amour vienne vous prendre par la main à nouveau, il faut juste construire votre bonheur seule. On est plus fortes qu’on ne le croit la plupart du temps. Et surtout, si l’amour de l’autre est une valeur ajoutée à la vie, il ne définit pas à lui seul notre épanouissement et notre bonheur.

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :) Laisser un commentaires.

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire