Une courte histoire d’amour : Court-métrage

Dites-le avec une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

« A short love story » (« Une courte histoire d’amour ») de Carlos Lascano est un petit court-métrage réalisé en stop-motion sur le rêve amoureux ! Il nous fait voyager à travers l’imagination d’une petite fille qui rêve de son avenir avec l’amour de sa vie !

Si vous souhaitez en découvrir davantage sur Carlos Lascano, vous pouvez vous rendre sur son site ou bien sur sa page Facebook !

L’histoire

L’histoire commence sur une petite fille qui fait un dessin d’une maison à l’école. Secrètement amoureuse de son voisin de classe, elle commence à vagabonder dans ses pensées et rêve de son avenir avec l’amour de sa vie.

Nous vous laissons découvrir le film

A SHORT LOVE STORY IN STOP MOTION from Carlos Lascano on Vimeo.

Pour aller un peu plus loin

Le film commence et se termine de la même façon : un plan sur une maison traversant une fenêtre. De cette façon, le réalisateur délimite bien le début et la fin du rêve imaginé par la petite fille.

Il y a un contraste entre la réalité et les moments imaginés par la petite fille. Les moments imaginés sont colorés et représentés de diverses manières artistiques (dessin animé, film, photographie,…) alors que la réalité est teintée majoritairement de couleurs grises et marron foncé et est représentée d’une seule manière artistique (un style faisant penser au papier mâché en stop-motion).

Plus le film avance, plus les rêves de la petite fille semblent devenir réalité ! En effet, on commence à avoir du mal à distinguer si c’est encore un rêve ou la réalité. Lorsque la petite fille et son amoureux sont un couple de personnes âgées, le réalisateur les filme de la même manière que lorsqu’elle était dans sa classe en train de dessiner !

Le réalisateur immortalise les moments rêvés de la petite fille en les photographiant ! La photo a une place très importante dans ce petit film et permet de transformer les moments imaginés de la petite fille en souvenirs ! Il y a un jeu entre « les rêves » et « les souvenirs » qui s’entremêlent et qui laissent le choix au spectateur d’interpréter l’histoire comme il le souhaite. 

L’oiseau est là du début à la fin et traverse les différentes péripéties du film ! L’oiseau est ici le symbole de l’envolée lyrique, guidant le spectateur à travers les différentes péripéties du rêve de la petite fille.

Le choix d’une petite fille n’est pas anodin. Les enfants étant très créatifs et ayant une imagination débordante, le réalisateur a choisi de faire naître l’imagination à partir des coups de crayon d’une petite fille et utilise ses dessins pour donner vie à ses rêves ! Il y a un parallèle entre les dessins et le fait que la petite fille dessine elle-même son avenir ! Bien que ce ne soit qu’un rêve, on sait que celui-ci se réalisera peut-être plus tard.

Pour les plus grands, et ceux notamment férus de développement personnel, ce petit court-métrage nous rappelle à quel point la visualisation est une étape importante pour réaliser ses rêves !

Ce film est aussi une ode à l’art en général et aux différentes façons d’exprimer sa créativité ! Tout au long du film, on peut y voir : la photographie, le bruit d’une caméra qui tourne, le dessin animé, un style dessin faisant penser à l’aquarelle,…

Plusieurs fois dans le film on aperçoit aussi des mains, comme si c’étaient celle du réalisateur, qui souhaitait nous montrer tout le processus créatif pour créer ce film. Le plan où le réalisateur regarde un dessin d’enfant et le voit petit à petit prendre vie, on peut y voir une mise en abyme où les rêves imaginés par la petite fille sont ceux issus de l’imagination du réalisateur afin de créer ce film !

On peut notamment y voir une certaine inspiration de l’univers de Tim Burton : maisons tordues, personnages étranges, et une ville sombre et majoritairement grise. Le réalisateur a d’ailleurs confié lors d’une interview, qu’il avait eu envie de faire ce film en stop-motion après avoir vu « L’étrange Noël de Monsieur Jack » de Tim Burton.

A la fin du film, on peut voir que le petite fille a rajouté sur son dessin, deux petits personnages devant la maison. On peut voir ici que son dessin traduit ce que ressent la petite fille et ce qu’elle souhaite pour son avenir et que le sentiment amoureux peut être une puissante source de créativité dans la vie !

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :) Laisser un commentaires.

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire