Parler d'Amour
Lettre pour exprimer son amour

Lettre pour exprimer son amour

Auteur

J’aime tout de toi. Oui, tout. Chaque molécule, chaque atome de toi me plaît. Je raffole des plus petits détails de toi. Et même ceux que je ne connais pas encore et que je rêve de découvrir un jour, je les adore.

J’aime tes cheveux. Ils sont doux et soyeux. J’aime passer ma main dans tes cheveux, sentir cette douceur sous mes doigts. Et puis descendre, et effleurer ta nuque. Parce que j’aime ta nuque, brûlante. J’aime quand tu prends ma main pour la conduire vers ta nuque, parce que mes doigts froids se réchauffent immédiatement à son contact.

J’aime ton front et tes petites veines qui ressortent quand tu es concentré. J’adore glisser mes doigts dessus comme pour t’apaiser. Et puis faire le tour de ton visage délicatement, tout en douceur.

J’aime tes yeux, et ton regard. Si profonds, si troublants, mystérieux. Tes petits yeux parfaits. Et puis ta manière de froncer tes sourcils. Ca durcit ton regard, ça me rend folle. J’aime regarder tes yeux fermés, si peu agités, tellement calmes. Et aussi, être surprise quand tu les ouvres lentement et que tu te rends compte, du coin de l’œil, que je t’observe. Je craque face à eux.

J’aime ton nez, sans défaut. Et son petit grain de beauté au bout. C’est adorable. J’adore le caresser du bout de mon doigt. Et arriver jusqu’à tes joues si fines, si creusées. Délicates. Et jouer avec ta barbe, douce et agréable, alors que je sais que tu vas repasser tes mains dedans  pour la remettre en place. J’adore embrasser la frontière de ta barbe parce que je sais que c’est un endroit un peu plus sensible.

Lire aussi : Lettre d’amour pour exprimer ses sentiments

Ta bouche. « Aimer » n’est pas assez puissant pour décrire ce que j’éprouve pour elle. Je l’admire, je l’adore, je me passionne pour elle, je la désire, je brûle pour elle. J’adore chatouiller délicieusement ses magnifiques contours avec mes doigts. Et aussi, poser mes lèvres sur les tiennes légèrement, tendrement, ou avec fougue. J’aime les caresser de ma langue, et croiser la tienne au détour d’un baiser plein d’envie. Et puis aussi les mordiller sauvagement, mais surtout les titiller avec mon souffle et mon sourire jusqu’à ce que l’un de nous deux dépose les armes. Je suis folle d’elles, de leur douceur. Elles sont exquises, délicieuses, savoureuses, attirantes, agréables. Je pourrais y passer des heures.

J’aime ton cou, fin, distingué. Et par-dessus tout j’aime y déposer des baisers tendres pour te faire frissonner. Et ce petit creux, juste avant d’arriver à ton torse. C’est sexy. Et en parlant de torse, j’adore le tien. Chaud, doux, accueillant. J’aime tellement me blottir contre lui, habillée ou pas. Debout ou couchée. Je pourrais rester des heures contre lui, sans bouger, ma main posée dessus et sentir ton cœur frapper mes doigts.

Tes bras, et tes mains. J’en perds la raison. Ta manière de me serrer fort contre toi après avoir caressé le dos de ma main avec tes doigts, après avoir glissé sur mon avant-bras dans un geste d’affection, et faufilé ta main au niveau de mes reins. J’aime quand tu fais ça, parce que je sais ce que ça signifie. Et puis tes avant-bras, tes poignets et tes bracelets. Je ne vais pas revenir dessus, parce que je risque de perdre tout contrôle de moi-même.

Se faire écrire une lettre par un écrivain public

J’aime ton dos, parce que je sais qu’il est fragile, et j’aime en prendre soin. J’adore te voir allongé sur le ventre juste vêtu de ton pantalon pendant que je passe mes mains doucement le long de te colonne. Et ensuite m’allonger sur toi et te faire des bisous qui voudraient dire « je t’adore, je suis trop bien, là, avec toi ».

J’aime tes fesses, elles sont rebondies et bien faites. Et je n’en dirai pas plus ! Et je n’irai pas plus loin, parce que je ne tiens pas à avoir chaud, maintenant, en écrivant ça, alors que tu n’es pas là. Et puis surtout, il n’est pas encore minuit, les enfants ne sont pas couchés !

J’adore ta voix. J’aime t’écouter parler calmement. Parce que tu m’apaises. J’aime ton rire, et j’aime te faire rire jusqu’à ce que tu mettes ta main devant la bouche parce que tu ne peux pas retenir ton sourire, et que tu ne veux pas le montrer. J’aime écouter ta respiration, régulière et rapide. C’est relaxant, sécurisant.

J’aime ta façon de me taquiner, parce que ça me fait sentir que tu es suffisamment bien avec moi pour te moquer. J’aime ta manière de faire des métaphores tout le temps, et pour tout. J’adore ça. J’aime savoir que tu aimes cuisiner, c’est très attirant. Un homme qui aime ça, est un homme généreux, qui aime donner. J’aime me rendre compte que tu es sacrément intelligent, et ça aussi c’est sexy. J’aime comprendre que tu as ton petit caractère, et que tu n’es pas simplement trop gentil. Parce que oui, je t’adore, tu es vraiment très gentil, très attentif, très compréhensif. Et j’aime beaucoup ça. J’aime ton côté fragile, peut-être un peu trop, mais je l’aime énormément, même si j’ai peur de te briser. Je l’aime quand même parce ça prouve que tu es tout en douceur. J’aime ton côté joueur aussi. Parce que si tu joues c’est que tu te laisses aller. Alors je sais que je peux me laisser aller aussi.

Lire aussi : Magnifique lettre d’amour

Il y a encore tellement de choses que j’aime de toi. Parce que tu es MON parfait, et que tu seras toujours parfait à mes yeux, quoi que tu fasses, quoi que tu penses, et peu importe ce qu’il se passe. Tu seras toujours mieux que les autres. Parce que les autres n’ont pas ce que tu as. Parce que les autres ne me rendent pas folle, ils ne me font pas craquer. Avec toi, j’ai juste à poser mes yeux sur toi pour être comblée. Il y a 4 mois, je trépignais d’impatience en me réveillant le matin parce que je savais que j’allais te revoir. Et aujourd’hui, les journées se font longues sans toi, et je trépigne doublement d’impatience. Je ne supporte plus d’être loin de toi. J’ai besoin de te voir, de te parler, de t’écouter, de te serrer, de t’embrasser. Tu comprends pourquoi je veux que tu sois là ? J’ai besoin que tu sois là, avec moi, sinon mon corps manque de quelque chose. Il manque de ta magie. Il manque de toi.

Reviens-moi vite !

Magique.

04/09/16. 22h11

 

Découvrez de nouveaux textes d’Amandine sur sa page Facebook 🙂

Photo : Isabelle Portes via Unsplash

Ailleurs sur le web (sponsorisé)
Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.