Le sanctuaire : un roman post-apocalyptique de Laurine Roux

Le sanctuaire de Laurine roux est un roman difficile à intégrer dans une catégorie : Thriller ? Roman post-apocalyptique ? Conte ? Quoi qu’il en soit, cet ouvrage de la rentrée littéraire 2020 est un petit bijoux qui ne m’a pas laissée indifférente !

Le sanctuaire de Laurine Roux : Résumé

Une famille a trouvé refuge en pleine montagne, où elle tue les oiseaux et les brûle au lance-flammes : ils seraient à l’origine d’un mal ayant conduit l’humanité à son extinction. Tandis que la mère pleure et chante son existence passée, le père seul s’aventure aux confins de leur « sanctuaire », d’où il rapporte tout ce qu’il trouve pour assurer la survie des siens. Mais le monde est-il vraiment devenu ce qu’il en dit ? Est-il jonché de cadavres qui pourrissent le long des chemins ? Comment être certain des motifs qui le conduisent à cloîtrer sa famille, à dispenser à ses filles un entraînement quasi militaire et à se montrer chaque jour plus imprévisible et brutal ? Gemma, la plus jeune des deux filles, va peu à peu transgresser les limites du « sanctuaire » – et avec elles, la loi de ce père qu’elle admire plus que tout. Ce sera pour tomber entre d’autres griffes: celles d’un vieil homme sauvage, menaçant et lubrique qui vit entouré de rapaces. Parmi eux, un aigle qui va fasciner l’enfant…

Écrit en 2019, bien avant qu’une pandémie de coronavirus conduise au confinement de la moitié de l’humanité, Le Sanctuaire déploie et sublime ce qui faisait déjà la puissance d’Une immense sensation de calme : une ode à la souveraineté de la nature et une compassion pour nous autres, humains, qui devons sans cesse lutter pour notre survie. À mi-chemin entre David Vann et Antoine Volodine, le deuxième roman de Laurine Roux confirme la singularité et l’universalité de sa voix.

Le sanctuaire de Laurine Roux : Mon avis

L’histoire

L’histoire se déroule dans un monde post-apocalyptique. On ne sait pas exactement ce qu’il s’est passé, simplement que ce sont les oiseaux qui sont à l’origine de la transmission d’un virus mortel qui a éradiqué une bonne partie de la population. Gemma et sa famille (sa soeur et ses parents) ont trouvé refuge dans un lieu bien délimité de la forêt qu’ils nomment « le sanctuaire ».

Les personnages

L’appréhension du monde est bien différente pour les deux soeurs puisque la plus grande a connu le monde d’avant tandis que la plus jeune est née ici et fait corps avec la nature. La mère semble atteinte d’une certaine folie liée à la nostalgie d’un monde qu’elle aimait et qui a disparu. Quant au père, il est le seul à pouvoir sortir du sanctuaire pour aller trouver ailleurs ce que la famille ne peut trouver au milieu de la forêt.

Chaque fois qu’un membre de la famille croise un oiseau, il le tue et le brûle immédiatement afin de ne pas être contaminé.

Jusqu’au jour où la petite Gemma croise un « vieux » avec un aigle sur le bras. Vieux qui n’a pas l’air d’avoir été contaminé… Où se cache la vérité ?

L’ambiance

Ce qui m’a vraiment frappée dans Le sanctuaire, c’est le calme absolu qu’il m’a apporté. Je pouvais entendre les oiseaux, les pas d’un sanglier, sentir l’eau glacée sur mes mollets et frémir au contact du vent soufflant. Ce roman est une véritable ode à la nature. J’ai parfois eu du mal avec l’écriture puisqu’il me manquait beaucoup de vocabulaire (oiseaux, armes, arbres…) mais j’ai pris beaucoup de plaisir à en apprendre davantage sur ce monde si éloigné du mien.

Conte ?

Beaucoup d’onirisme dans cet ouvrage que j’ai lu à la manière d’un conte. Il m’a rappelé à la fois La route de Cormac Mccarty et le délicieux roman Le puits d’Ivan Repila duquel je n’étais pas sortie indemne non plus. Au début, j’ai également pensé au magnifique film Captain Fantastic sauf que le rôle que tient le père est diamétralement opposé.

J’ai aussi apprécié le côté thriller qui m’a maintenue en haleine même si j’avais déjà une bonne idée de la fin…

Pour vous procurer Le sanctuaire de Laurine Roux :

Quelques extraits du roman :

Le monde restera monde malgré l’homme et ses cataclysmes, et qu’à l’image des dinosaures nous devrions nous en tenir à cette vérité première : nous ne sommes pas grand-chose sur Terre.

Nous avons toujours vécu comme si le monde s’arrêtait avec les falaises. Et le voilà devant moi, aussi grandiose qu’interdit. Au creux de mon ventre quelque chose palpite, petit animal qui réclame « je veux sortir ».

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :) Laisser un commentaires.

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire