Comment ne plus souffrir en amour ?

Dites-le avec une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

Associer l’amour à la souffrance, n’est-ce pas paradoxal ? Oui, si on pense que l’amour rend forcément heureux. Non, si on a à l’esprit le fait qu’aimer c’est prendre des risques. Risquer de ne pas être aimé en retour, risquer de perdre l’objet de son amour, risquer de souffrir, donc. Ainsi, est-il vrai de dire que quand on aime vraiment, on souffre toujours un peu ? Ou s’agit-il d’une croyance limitante ? Est-il possible d’être toujours heureux en amour et de ne jamais avoir mal ? Ou faut-il accepter une part de souffrance inhérente au sentiment amoureux ? Quand on tombe amoureux, on ne contrôle pas ce qui nous arrive et c’est comme si, inconsciemment, on acceptait le risque de connaître la souffrance un jour. Faut-il souffrir pour aimer et aimer pour souffrir ? Toutes ces questions philosophico-amoureuses donnent des nœuds au cerveau ! Comment ne plus souffrir en amour ? Voici quelques pistes de réflexion afin d’essayer d’y voir plus clair.

Comment ne plus souffrir en amour ?

Dissocier les notions d’amour et de souffrance

La première chose à faire, pour ne plus souffrir en amour, c’est de ne plus associer les deux notions. L’amour est une chose, la souffrance en est une autre. Lorsque l’amour fait mal, c’est que quelque chose ne va pas dans l’état amoureux. C’est le signe d’un problème, d’une incompatibilité, d’un dysfonctionnement. En effet, une histoire d’amour fait souffrir uniquement quand elle ne marche pas. Il faut alors considérer cet état de fait comme un élément déclencheur pour régler le problème, évoluer, se remettre en question, ou partir. C’est un signe pour changer des choses et pas la preuve que l’amour fait forcément souffrir.

La souffrance est un symptôme de mauvais fonctionnement d’une relation amoureuse et non pas une preuve de sentiments forcément douloureux. En bref, la blessure arrive en amour. On ne la choisit pas. La souffrance, en revanche, dépend de nous : parfois on refuse d’aller mieux, car on pense que notre souffrance est proportionnelle à l’amour ressenti. Plus on souffre, plus on aime. C’est en tout cas l’idée que l’on se fait de l’amour : il faut forcément souffrir pour aimer vraiment, si je ne souffre pas, c’est que je ne l’aimais pas.

Lire aussi : La peur de perdre l’autre en amour

La souffrance amoureuse : responsabilité personnelle ou vérité universelle ?

Sommes-nous responsables de nos choix amoureux comme de nos décisions et de nos actes ?

Certes, on ne choisit pas de tomber amoureux, ça arrive, ça ne se contrôle pas, c’est un fait avéré pour tous. Mais s’imaginer partager une relation avec quelqu’un, se projeter à deux… Tout cela tient bien du choix personnel.

Même si c’est souvent tout beau, tout rose au début d’une histoire, très vite on peut voir si certains facteurs seront un problème. Un trait de caractère, une manie, un défaut, des habitudes différentes…

Mais on pense compromis, concessions, richesse des différences, on laisse parler son cœur et on se dit qu’il faut savoir prendre des risques justement dans la vie et qu’en amour, tout ne peut pas être parfait.

Accepter cette responsabilité, c’est, souvent, gagner en prudence. Mais pour les autres c’est trop souvent se lancer dans une relation qui sera déséquilibrée.

Lire aussi : Amour destructeur : tous les signes de cet amour à fuir

Beaucoup de couples se développent sur ce modèle. L’un des deux partenaires a le pouvoir, l’ascendant sur l’autre. Généralement il donne peu. L’autre a, au contraire, l’impression de porter son couple, de tout faire. Autrement dit, il donne beaucoup et reçoit peu. Ce que vous donnez, c’est vous qui le choisissez. Parfois on s’épuise dans des relations, à trop donner, pour gagner de l’amour. Et on devient cette personne qui donne sans recevoir, qui se sent mal-aimée, malheureuse et donc en souffrance.

Ressentir une souffrance dans sa relation, c’est le symptôme que ça dysfonctionne. C’est donc un choix que de le subir ou pas, c’est une responsabilité personnelle. Mais on constate que beaucoup de relations connaissent ce schéma et donc que cette association d’amour et de souffrance semble être universelle.

Pourquoi ? Parce que beaucoup confondent l’amour et l’attachement ou la dépendance affective, d’autres avec la domination ou la manipulation en amour. C’est la triste réalité des relations humaines et amoureuses en particulier. Si on peut parler de vérité universelle, il existe néanmoins des solutions pour minimiser les sources de souffrance personnelle en amour.

Lire aussi : Mettre fin à une relation qui fait souffrir : témoignage

Comment ne plus souffrir en amour ?

Accepter que la peine fasse partie de l’amour

La peine est une émotion tout à fait naturelle qui permet de dire au revoir à un amour, de tourner la page, de faire son deuil. Cette peine exprime le sentiment de tristesse éprouvé lors d’une rupture amoureuse.

Lorsque vous acceptez votre peine d’amour, vous lâchez prise et vous vous en débarrassez facilement, comme de toutes vos émotions que vous acceptez d’accueillir puis de laisser partir.

Mais lorsque vous avez été conditionné à croire qu’il n’était pas bien de pleurer, de se laisser aller ou de blâmer quelqu’un qui vous a fait du mal, alors vous avez de la difficulté à vous libérer de votre peine, car vous avez appris, par peur et par culpabilité, à la cacher.

La peine continuellement refoulée devient de la souffrance, du déchirement, du chagrin ou de la détresse, qui sont des émotions négatives, dangereuses et non naturelles. Il faut donc à tout prix accepter et digérer sa souffrance pour qu’elle ne vous submerge pas.

Lire aussi : Être amoureuse, ce n’est pas seulement faire l’amour et partager du bon temps

La peur de souffrir par peur de ne pas être aimé ?

La peur de souffrir en amour trouve souvent son origine dans la peur de ne pas être aimé. Désamour de soi, manque de confiance en soi, complexe d’infériorité… Cela peut avoir plusieurs causes mais la plupart du temps, cette peur de souffrir remonte soit à l’enfance, soit au schéma parental, soit elle est née à la suite d’une douloureuse séparation.

Si on se sent indigne des sentiments amoureux de l’autre, alors on va forcément développer des croyances limitantes et des émotions négatives qui vont conditionner notre perception d’une relation amoureuse et des sentiments qui y sont liés.

Ces peurs sont donc souvent à l’origine de relations déséquilibrées, malsaines, parfois mêmes toxiques. Les personnes fragiles attirent les personnes dominantes, manipulatrices ou se placent en situation de dépendance affective, deviennent possessives ou jalouses.

Et cela ne fait évidemment qu’exacerber la souffrance amoureuse. Prendre conscience de ses fragilités, connaître son profil amoureux en quelque sorte, c’est s’assurer de souffrir un minimum en amour.

Lire aussi : Croyances limitantes : Les exercices à faire pour s’en libérer

Comment ne plus souffrir en amour ? Des solutions concrètes à la souffrance

Dissocier la souffrance de soi

Définissez la douleur que vous ressentez et décrivez-la telle qu’elle est, au lieu de la laisser vous définir. Il peut être difficile de voir la réalité en face quand notre monde s’écroule et qu’on se retrouve confronté à une déception, une trahison ou une séparation. Cela peut être si douloureux qu’on supporte à peine ce chagrin.

Néanmoins, vous devez accepter cette souffrance avant de pouvoir passer à autre chose. En décrivant ces sentiments négatifs, vous pourrez les dissocier de votre personnalité. C’est bien de ressentir ces émotions, de les accepter mais le but est de comprendre que ce qui vous arrive ne vous définit pas. Vous n’êtes pas une personne faible, nulle, sans avenir, parce que vous souffrez par amour. L’accepter, c’est mettre la première pierre à l’édifice de votre reconstruction personnelle.

Lire aussi : 16 pensées positives du Dalaï Lama qui vont vous donner du courage

Pratiquer la pensée positive

Appréciez tout ce qu’il y a de bien dans votre vie. Pour cela, débarrassez-vous de vos sentiments négatifs. Pensez positivement. Sachez que le fait de vous remplir la tête de pensées négatives peut détruire votre vie. Si vous vous surprenez à ruminer des pensées négatives, bloquez-les immédiatement et cherchez un moyen de les contrecarrer et de les remplacer par des pensées positives ou concrètes. Pour cela, aidez-vous d’affirmations positives pour vous concentrer sur l’essentiel afin de revoir les choses positivement.

Apprendre à se reconstruire

Si vous reconnaissez votre part de responsabilité dans ce qui vous est arrivé, vous pourrez vous donner les moyens de vous retrouver, de vous reconstruire et ainsi de vous épanouir. Cela ne veut pas dire que vous devez vous sentir coupable ou honteux. Au contraire, vous devez examiner honnêtement votre souffrance et tirer une leçon de cette situation. Vous pouvez vous épanouir et apprendre de chaque expérience, même après un chagrin d’amour.

En faisant chaque jour quelque chose qui vous corresponde pour prendre soin de vous, vous pourrez oublier cette souffrance et apprendre à développer l’amour de soi, une des formes les plus importantes de l’amour qu’une personne ne puisse jamais posséder. Cela vous permettra de mieux appréhender l’amour par la suite et de moins souffrir.

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :) Laisser un commentaires.

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire