Grossesse à 40 ans : Le témoignage de Stéphanie

Dites-le avec une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

Les femmes ont souvent un enfant de plus en plus tard. Etudes prolongées, vie professionnelle privilégiée, célibat qui dure plus longtemps, rencontre amoureuse ou engagement de couple tardif, famille recomposée. Toutes ces raisons font qu’une femme tombe enceinte bien après 30 ans. Si cela n’est plus exceptionnel et qu’on peut avoir un enfant après 40 ans aujourd’hui, il n’en demeure pas moins qu’une grossesse plus tardive doit être surveillée de plus près. Est-on une maman différente à 40 ans ? Faut-il faire plus attention ? A quoi ressemble une grossesse à 40 ans ? Voici le témoignage de Stéphanie, 43 ans, maman d’une petite fille de 3 ans.

Grossesse à 40 ans : témoignage de Stéphanie

Je m’appelle Stéphanie, j’ai 43 ans, je suis maman de 2 enfants. Un garçon de 12 ans issu d’une première union et une petite fille de 3 ans que j’ai eu avec l’homme qui partage ma vie actuellement. Nous sommes ce qu’on appelle une famille recomposée, nous avions chacun un enfant. Et nous nous sommes rencontrés tardivement après nos 35 ans. Après avoir eu une première vie de couple et de famille chacun de notre côté. Ainsi, nous sommes devenus une famille recomposée avec nos enfants respectifs. Puis le temps passant, nous avons décidé d’agrandir la famille en ayant un bébé ensemble.

Je n’étais pas inquiète à l’idée de cette grossesse.

Lorsque nous en avons parlé, je n’ai pas eu d’appréhension particulière sur le fait de tomber enceinte à plus de 40 ans. On entend tellement parler de grossesses tardives, même à 45 ans, que je ne me suis pas dit que c’était risqué plus que ça.

La seule chose qui m’inquiétait un peu c’était le temps que je mettrai à tomber enceinte. Pour le reste, je sais que les suivis de grossesses plus tardives sont cadrés et je ne ressentais pas d’inquiétude particulière.

Grossesse à 40 ans :  ai-je mis du temps à tomber enceinte ?

Pour avoir mon fils, il n’y a eu aucune complication. Je suis tombée enceinte en quelques mois juste après mes 30 ans. Si l’âge est un facteur déterminant pour avoir un enfant, chaque femme est différente à ce sujet. J’ai des amies autour de moi qui ont eu aussi un enfant après 35 ans. Pour certaines, il s’agissait de leur premier enfant et pour d’autres d’une seconde grossesse souvent après avoir refait leur vie également.

Lire aussi : Les femmes qui accouchent après 30 ans vivraient plus longtemps

Il existe de plus en plus de familles recomposées, avec un bébé qui arrive à la quarantaine. J’en ai bien conscience. Si certaines ont mis plus d’un an à tomber enceinte, ce n’est pas la majorité des cas dans mon entourage. Il est vrai que certaines amies ont eu un suivi plus surveillé pour tomber enceinte puis lors de leur grossesse. Pour ma part j’ai eu de la chance je suis tombée enceinte facilement en moins de 6 mois.

Comment bien vivre sa grossesse à 40 ans ?

J’ai forcément vécu cette grossesse différemment de la première parce que ma vie était différente. J’avais déjà un enfant et refait ma vie. Mais je dois dire que je l’ai vécue avec plus de sérénité. Sûrement parce que j’étais déjà maman et que j’avais donc l’expérience de ma première grossesse en tête. Le fait d’avoir déjà été enceinte m’a forcément aidée à bien vivre cette seconde grossesse plus tardive.

Un suivi régulier tout au long de ma grossesse

Indépendamment de mon état d’esprit et du fait que j’étais soutenue par mon compagnon, j’ai pris cette grossesse très au sérieux. J’ai évidemment fait tout ce qu’on me disait médicalement. Comme pour toute grossesse, j’ai vu régulièrement mon médecin et mon gynécologue, fait les examens nécessaires (prises de sang, échographies…). Et j’ai enclenché un suivi avec une sage-femme puis toutes les visites de contrôle inhérentes à une grossesse.

La grossesse s’est bien passée et si j’étais fatiguée, je ne me suis pas sentie plus fragilisée en tombant enceinte à 40 ans. Je crois, en tout cas c’est l’impression que j’ai eu enceinte, que ce n’est plus exceptionnel d’avoir un enfant à 40 ans. C’est beaucoup moins risqué qu’il a 20 ans en arrière.

Grossesse à 40 ans : les risques inhérents une grossesse tardive

Je sais bien que tomber enceinte à plus ou moins 40 ans présente plus de dangers potentiels et de complications. Déjà dans le fait de tomber enceinte en soi, cela peut prendre beaucoup plus de temps. Une grossesse tardive engendre souvent une aide à la procréation puis une fois la grossesse en route, une surveillance plus pointue. Il y a des tests pour savoir si le bébé va bien et un suivi très régulier de la maman. Comme je l’ai déjà dit, j’ai eu la chance de vivre cette seconde grossesse de façon sereine et de ne pas connaître de complications majeures.

Grossesse à 40 ans : une future maman différente des autres ?

Même si les mentalités évoluent, on ne peut empêcher certaines personnes de penser qu’à plus de 40 ans c’est trop tard. Qu’on est trop vieux pour être parents. Et qu’on ne profitera pas de nos enfants de la même façon. Je ne me suis jamais posée la question en ces termes. On ne choisit pas toujours le chemin que prend notre existence. Quand j’ai eu mon fils il y a 12 ans, je n’avais pas imaginé que je me séparerai alors de son père et que je referai ma vie avec un autre homme des années après. Vivre l’expérience d’une famille recomposée et une grossesse tardive sont des choses qui sont venues naturellement.

Cette grossesse est un beau cadeau de la vie.

Je ne me suis jamais dit que mes 40 ans seraient une barrière en retombant amoureuse. On n’est pas vieux à 40 ans. Ni pour refaire sa vie ni pour tomber amoureux ou pour faire un enfant. Je ne me suis pas sentie une femme différente des autres en tombant enceinte à 40 ans. Comme je ne me sens pas une maman différente depuis 3 ans que notre fille est née.

En tant que femme, notre horloge biologique régule notre envie et notre possibilité de faire un enfant. Mais elle ne décide néanmoins pas de nos sentiments et des projets de vie qu’on peut avoir.

Grossesse à 40 ans : je n’ai pas eu la sensation d’être trop vieille pour vivre cette seconde maternité.

J’ai la chance d’être aimée par un homme merveilleux, d’être en bonne santé et d’avoir une famille recomposée unie. Je sais que ce n’est pas le cas de tout le monde, je suis reconnaissante à la vie de m’avoir fait un tel cadeau.

Je dirais que je me sens une maman différente de celle que j’ai été il y a plus de 12 ans parce que je me sens plus sereine et plus apaisée. Cela est dû en partie à mon âge et en partie à ma première expérience de maman. Mon vécu en tant que maman de mon fils a fait de moi la maman que je suis aujourd’hui pour ma fille.

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire