Famille recomposée : qui paie quoi ?

Dites-le avec une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

La gestion du budget d’une famille recomposée n’est pas simple. Qui paie quoi ? Qui prend en charge les frais pour chaque enfant ? Comment répartir le budget ? Lorsque l’on décide de s’installer ensemble, avec ses enfants et/ou les enfants de son conjoint, ces questions d’argent peuvent inquiéter. On a peur de ne pas être sur la même longueur d’onde, de déplaire à son nouveau conjoint. Mais la question du budget doit être abordée et réglée avant l’installation commune pour les familles recomposées. Ceci afin d’éviter les incompréhensions, les malentendus, les frustrations qui peuvent créer des tensions et des conflits. Famille recomposée : qui paie quoi ? Tour d’horizon sur le sujet du budget des familles recomposées.

Famille recomposée : qui paie quoi ?

Le budget des familles recomposées : un casse-tête ?

Parler d’argent n’est pas toujours évident, et même en famille cela peut être un sujet malaisant, voire même tabou. Et pourtant, c’est un sujet incontournable. Puisque l’argent est ce qui permet aux membres de cette famille de pouvoir vivre ensemble sous le même toit. Dans le cas d’une famille recomposée, la question de l’argent peut vite devenir un véritable casse-tête chinois si le sujet n’est pas mis à plat d’emblée. En effet, entre les enfants de chacun, les possibles pensions alimentaires, les « dettes » issues d’une précédente union, pas facile de faire les comptes ! Alors comment s’organiser à ce sujet ?

Un sujet qui ne doit pas être tabou

Le couple à la tête de la famille recomposée doit parler d’argent dès le début, pour trouver une entente qui lui paraît juste et équitable. Si l’un des conjoints se sent défavorisé par l’arrangement financier, il accumulera des frustrations. A la longue, cela peut provoquer une crise. Décider de s’installer ensemble dans le cadre d’un projet de famille recomposée, c’est être prêt à changer ses habitudes de vie pour s’adapter à la nouvelle famille.

En effet, quand on fusionne sa famille avec celle de son nouveau conjoint, on met en commun plus que ses meubles et ses enfants. Ex-conjoints, pensions alimentaires, dettes, crédits, habitudes de dépenses pour les enfants… Tout cela doit être pris en compte et mis à plat.

Lire aussi : Famille recomposée : quand vivre ensemble ?

Famille recomposée : comment répartir le budget ?

Qui paie quoi ? Les dépenses globales du foyer

Loyer, charges fixes (électricité, eau, chauffage…), courses, autant de dépenses ménagères à se partager comme pour toute famille. On retrouve d’ailleurs, pour ces dépenses-là, un mode de fonctionnement semblable à celui des autres familles et des couples mariés. A savoir, deux systèmes :

  • Une gestion unipolaire, où un des partenaires s’occupe des questions d’argent et gère les comptes en toute confiance.
  • Un modèle d’indépendance, où chaque partenaire règle ses dépenses et où il y a un 3e compte pour le foyer et les enfants. Beaucoup de familles recomposées ont recours à ce système.

Les dépenses relatives aux enfants

Pour évaluer la part de chaque partenaire dans le budget commun, on prend en compte la plupart du temps le nombre d’enfants de chacun. Partant de là, on fixe un pourcentage selon lequel chaque partenaire va contribuer aux dépenses. Mais ce modèle n’est absolument pas figé.

En effet, il n’y a pas de règle unique. Chaque famille est composée différemment, avec plus ou moins d’enfants par conjoint. Les deux partenaires doivent trouver une formule dans laquelle tous les deux se retrouvent. Une formule équitable et adaptée à leur vie de famille recomposée. Sans se comparer à d’autres familles recomposées. Pour cela, il y a plusieurs possibilités.

Lire aussi : Famille recomposée, j’ai présenté mon nouveau compagnon à mes enfants : Témoignages

Famille recomposée : qui paie quoi ? Quel type de budget choisir ?

Faire moitié-moitié, la bonne solution ?

Pour ceux qui préfèrent ne pas trop parler d’argent et faire simple, séparer toutes les dépenses en deux semble équitable. Après tout, toute la famille passe du temps ensemble. Si un enfant coûte un peu plus cher pour une activité ou ses études, ce sera au tour du prochain dans les années à venir. Tout s’équilibre à la longue.

En payant tout à deux, ceux qui ont peur de se faire un jour reprocher de ne pas avoir assez contribué sont soulagés. C’est objectivement la façon la plus juste de démontrer que cette famille est la vôtre. Par contre, à long terme, cette gestion des finances peut peser plus lourd sur la personne qui gagne le moins. Surtout si l’écart est très important entre les deux salaires.

Lire aussi : Histoire d’amour entre parents solos : nous vivons le second grand amour de notre vie

Qui paie quoi ? Quels sont les types de budget envisageables ?

Le budget moitié-moitié

Le plus usuel dans les familles, une sorte de copier-coller des familles dites « traditionnelles ». Est-ce la bonne solution pour les familles recomposées ?

Les dépenses communes sont partagées moitié-moitié, peu importe le revenu et le nombre d’enfants de chacun. Mais les familles recomposées peuvent considérer que certaines dépenses ponctuelles ne sont pas communes. Celles relatives aux enfants : vêtements, jouets, dépenses médicales, frais scolaires, activités extrascolaires. Rien n’est donc figé et le fameux moitié-moitié ne fonctionne pas forcément pour tout.

Le budget séparé

C’est la solution qui engage le moins. Quand on paie seulement pour ses propres enfants, c’est un peu comme si on était une famille monoparentale en couple. C’est-à-dire qu’on partage les plus grosses dépenses, comme le logement. On paie les activités parascolaires, les vêtements, les fournitures scolaires, les activités et tout le reste pour notre propre enfant. Et notre conjoint paie la même chose pour les siens. On ne se consulte que pour les grandes dépenses et les factures communes.

Cette solution est bonne pour ceux qui ont connu un divorce compliqué et qui préfèrent y aller doucement ou faire preuve de prudence dans leur nouvelle vie de couple et de famille, pour se protéger et ne plus revivre la même chose.

Le budget conjoint au prorata des revenus

Les dépenses du ménage sont payées par les deux conjoints au prorata de leurs revenus. Chacun assume ses dépenses personnelles avec l’argent qui lui reste.

C’est la manière la plus équitable de gérer les dépenses. Celui ou celle qui gagne le plus prend une plus grande partie des dépenses, sans égard à l’origine biologique des enfants. Avec ce partage des dépenses, chacun paie ce qu’il peut en pensant davantage au bonheur de la famille qu’aux aspects financiers.

Dans les familles recomposées, le partage des frais communs peut être aussi modulé en fonction de la présence des enfants de chacun, tout en respectant la capacité de payer de chaque parent. Les conjoints peuvent décider de considérer les frais rattachés aux enfants comme des dépenses personnelles.

Lire aussi : Lettre d’amour à mon beau-père

Famille recomposée : qui paie quoi ? Les autres budgets possibles

Le budget du « pot commun »

Dans le modèle du pot commun, le « nous » prend le dessus sur le « moi » et le « toi ». Les revenus des conjoints sont mis en commun, salaires comme aides sociales ou pensions alimentaires éventuelles, et toutes les dépenses sont assumées ensemble.

Les enfants sont considérés comme les enfants de la famille et sont tous mis sur le même pied d’égalité. Les revenus comme les charges sont totalement mis en commun. C’est une méthode généreuse, basée sur la confiance et la croyance en la solidité du couple.

Le budget compensateur

Le budget compensateur est presque similaire, mais une fois les dépenses communes payées, les sommes excédentaires sont séparées également entre les conjoints pour leurs dépenses personnelles. Ils conservent alors souvent un compte personnel qui leur sert pour ces dépenses extérieures à la vie de famille.

Bon à savoir : le contrat de vie commune

Si vous n’êtes pas marié à votre nouveau conjoint, il est recommandé de signer un contrat de vie commune pour protéger les acquis des deux partenaires et pour baliser les aspects importants de votre nouvelle vie à deux, notamment les finances. Quand tout va bien, on ne pense pas à ces choses-là, mais personne ne connaît l’avenir, même si vous êtes tous les deux honnêtes et sincères quant à votre engagement de couple et de vie de famille recomposée.

Ceci étant dit, peu importe la méthode choisie, elle doit juste s’imposer naturellement pour un couple qui vit en famille recomposée.

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :) Laisser un commentaires.

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire