Lettre d’amour de Simone de Beauvoir à Nelson Algren « C’est de l’amour, et mon cœur souffre »

Trouver les bons mots pour écrire une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

Lors d’un premier voyage de Simone de Beauvoir aux États-Unis, elle rencontre le romancier Nelson Algren. Elle partage pourtant la vie de Sartre depuis 18 ans. Nelson devient son amant. Elle entretiendra une correspondance durant 17 ans et ne le verra uniquement 3 fois. Simone portera jusque dans la tombe un anneau offert par Nelson qui rendra si jaloux Sartre.

1948

Mon précieux bien-aimé de Chicago, je pense à vous de Paris. Paris où vous me manquez. J’ai fait un voyage de retour extraordinaire : comme nous volions vers l’est, la nuit a été escamotée. À Terre-Neuve le soleil a fait semblant de se coucher, mais cinq heures plus tard il se levait sur Shannon au-dessus d’un tendre paysage vert irlandais. Tout était si beau et j’avais tant à méditer que j’ai à peine dormi. À 10 heures du matin  j’étais en plein Paris. J’espérais que son charme m’aiderait à surmonter ma tristesse, ça n’a pas été le cas. D’abord la ville est sans charme aujourd’hui, grise et nuageuse, c’est dimanche, les rues sont vides, tout a l’air terne, sombre et mort. Sans doute est-ce mon cœur qui est mort à Paris, il est resté à New York, à ce carrefour de Broadway où nous nous sommes dit au revoir, dans mon chez-moi de Chicago, à ma vraie et chaude place contre votre cœur aimant. Dans deux ou trois jours je suppose que ça changera, je me sentirai à nouveau concernée par e vie française, par mon travail, par mes amis. Aujourd’hui je en souhaite pas même m’intéresser à tous ça, je suis paresseuse et fatiguée et seuls les souvenirs me plaisent. Mon bien-aimé, je ne sais pas pourquoi j’ai attendu aussi longtemps pour vous dire que je vous aimais. Je voulais être sûre, ne pas dire de mots faciles et vides. Il me semble maintenant que dès le début c’était de l’amour. En tout cas ça y est, c’est de l’amour, et mon cœur souffre. Je suis heureuse d’être si malheureuse parce que je sais que vous l’êtes aussi, et qu’il est doux de partager cette tristesse-là. Avec vous le plaisir a été de l’amour ; à présent la douleur aussi est de l’amour, il nous faudra affronter tous les visages de l’amour. La joie des retrouvailles, nous la connaîtrons, je le veux, j’en ai besoin, je l’aurai. Attendez-moi, je vous attends. Je vous aime plus encore que je ne l’ai dit, plus peut-être que vous ne le savez. J’écrirai très souvent ; faites de même. Je suis votre femme pour toujours.

Votre Simone

 

Source :

Simone de Beauvoir

Lettres à Nelson Algren,

Gallimard, « Folio3, 1997

 

Des lecteurs ont réagi

Cet article a suscité des réactions puisque 1 lecteur a laissé un commentaire. Vous aussi, participez à la conversation, partagez votre point de vue, votre accord, votre désaccord dans les commentaires. Ce site est fait pour ça ;)

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

1 réflexion au sujet de « Lettre d’amour de Simone de Beauvoir à Nelson Algren « C’est de l’amour, et mon cœur souffre » »

  1. Cette femme était d’une beauté d’âme sans pareille… Je vous recommande « L’Amérique au jour le jour » de cette auteure incroyable.

    Répondre

Laisser un commentaire