Parler d'Amour
Lettre de déclaration d’amour de Lamartine à Mary Anne Birch “Je n’ai pu vous voir sans vous aimer”

Lettre de déclaration d’amour de Lamartine à Mary Anne Birch “Je n’ai pu vous voir sans vous aimer”

Auteur

Lettre de déclaration d’amour de Lamartine à Mary Anne Birch (1819)

Julie, la jeune femme pour laquelle le poète a composé ses plus beaux poèmes est décédée en 1817. Lamartine en reste inconsolable. Deux ans plus tard, il rencontre chez sa sœur une  jeune Anglaise qui parvient à toucher son cœur : Mary Anne Birch. Voici la déclaration de Lamartine à sa nouvelle conquête :

J’ose vous supplier, Mademoiselle, de ne pas me juger avec sévérité la démarche à laquelle la nécessité me force à recourir, et de lire au moins cette lettre jusqu’au bout.

Je n’ai pu vous voir sans vous aimer, et chaque jour comme chaque parole a contribué, depuis, à fortifier en moi ce penchant d’abord involontaire, mais que la raison et la volonté approuvent également aujourd’hui. Je ne puis me résoudre à m’éloigner sans vous l’avoir au moins découvert ; je sais qu’il eût été plus convenable de commencer par en parler à d’autres qu’à vous, mais je sais aussi que, d’après la différence de religion et de patrie qui est entre nous, mes premières démarches auprès de Madame votre mère auraient été probablement repoussées au premier abord, et, comme le bonheur de ma vie dépend du succès de ces démarches, il fallait que je m’assurasse auparavant de vos propres sentiments, et que j’obtinsse de vous-même la permission de les entreprendre. C’est pour vous la demander, mademoiselle, que je vous écris dans ce moment. Je sais que vous ne consentirez peut-être pas à me répondre, mais permettez-moi du moins d’interpréter votre silence comme un consentement à mes désirs ! Si je puis me croire assez heureux pour que vous partagiez seulement en silence les sentiments que vous avez fait naître, rien ne me coûtera pour parvenir au terme de mes vœux que je pourrai croire les vôtres. Nous aurons sans doute des’ deux côtés des obstacles d’égale force, mais aucun obstacle ne peut être aussi fort que le sentiment qui me guide ; ce sentiment que j’ai connu une fois en ma vie n’a pu être arraché de mon cœur que par la perte de ce que j’aimais ; depuis ce temps j’ai vécu dans une parfaite indifférence ; mais je vous ai connue, j’ai trop apprécié en vous tant de qualités parfaites, tant de rapports entre nos goûts et nos sentiments, tant de perfections inconnues peut-être même à vous-même, pour ne pas sentir que je serais le plus heureux des hommes d’obtenir votre main et d’unir mes jours et ma destinée à la vôtre ! Ce sentiment intime, profond, raisonné, inébranlable m’aidera à triompher de tout, et quel que soit l’événement, il ne peut plus s’éteindre en moi !

Se faire écrire une lettre par un écrivain public

Je m’arrête, j’en ai peut-être trop dit, mais je ne pouvais plus me taire. Non : vous ne me condamnerez pas, et si vous m’avez jugé vous-même avec indulgence, vous comprendrez mieux que personne la force du sentiment qui m’entraîne ! J’attends mon sort du premier regard qui suivra la lecture de cette lettre.

A DE L.

Source : Je vous aime : les plus belles lettre d’amour présentées par Irène Frain

Ailleurs sur le web (sponsorisé)
Afficher les commentaires

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.