Parler d'Amour

Lettre d’amour pour exprimer le manque

Lettre d’amour pour exprimer le manque

Commandez-moi une lettre sur-mesure

Besoin de le dire avec des mots ? Commandez-moi votre lettre rédigée rien que pour vous...

Auteur

Voici une lettre d’amour pour exprimer le manque, écrite par Amandine.

J’ai l’estomac noué et j’ai horriblement mal au cœur. Ma tête ne sait plus penser depuis quelques jours. Tout ce à quoi je pense c’est que tu n’es plus mien. Tu ne seras sans doute plus celui qui me prendra contre lui, et caressera tendrement mon bras. Non. Je ne te sentirai plus près de moi. Je n’entendrai plus jamais ta voix me demander de te raconter une histoire ou de te chanter une berceuse pour t’endormir, ou de te faire des crêpes pour le goûter – et te voir m’observer et juger chaque mouvement que je fais. Je ne t’enverrai plus jamais le petit message du matin pour te souhaiter une bonne journée. Tu ne m’embrasseras plus jamais tendrement, fougueusement, ni férocement. Tu n’auras plus jamais l’occasion de me donner envie de manger des sushis ou de la raclette. On ne cuisinera plus jamais ensemble non plus. Et je ne goûterai plus jamais à tes futures recettes de brownie. Je ne pourrai plus jamais te supplier, ni me battre bec et ongles avec toi pour avoir ces recettes. Tu ne me mettras plus jamais au défi comme tu l’as souvent fait.

Je ne pourrai plus jamais voir la veine de ton front qui ressort quand tu manques d’air. Je ne verrai plus jamais tes sourcils se froncer quand tu seras vexé, triste ou énervé. Je ne regarderai plus jamais ton visage avec passion pendant de longues minutes, comme je le faisais quand j’étais dans tes bras ; et je ne t’entendrai plus jamais me dire que si je continue à t’observer comme ça, de si près, je finirai par loucher. Tu ne me feras plus jamais rire, ni sourire. Je ne t’observerai plus jamais de loin, assise à la table du restaurant, à penser que tu es un mec génial, et que tu es tellement beau à mes yeux. Non ça n’arrivera plus. Nous n’irons plus dans des restaurants buffets à volonté, et tu ne me forceras plus jamais à prendre et manger la même chose que toi. Non, je ne te verrai plus me servir, ou aller me chercher des nuggets juste pour rire.

Je ne passerai plus mes lundis chez toi à traîner en pyjama, à me blottir contre toi sous la couette. A t’embrasser pendant des heures. A nous emballer follement à chaque fois. Ton souffle ne se promènera plus jamais sur mon corps. Il ne me fera plus jamais frissonner. Tes mais ne caresseront plus mes bras ; elles ne grifferont plus jamais le bas de mon dos. Et tes lèvres ne feront plus jamais frémir les miennes. Non, tout ça est terminé.

Alors, je me lèverai tous les matins, vide, sans toi. Comme perdue au milieu des bois. Et tout ce qu’il restera, ce sera le souvenir brûlant de ces moments magiques. Le souvenir dévastateur de ton image près de moi.

Amandine

Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.