Parler d'Amour

Faut-il réapprendre à être en couple après une longue période de célibat ?

Faut-il réapprendre à être en couple après une longue période de célibat ?

Envoyez de l'amour à vos proches !

Votre preuve d'amour demain matin dans la boîte aux lettres de ceux que vous aimez...

Auteur

Cela fait si longtemps que j’avais renoncé à pouvoir ressentir quelque chose de simple, de sain, que j’ai l’impression que je ne sais plus comment il faut faire. Réellement. Je sais qu’aimer n’est pas quelque chose qui s’apprend, je sais que les émotions et les sentiments sont des choses qui nous transportent et nous dépassent, mais j’ai pourtant l’impression que c’est la première fois. J’avais oublié cette sensation. Ces sensations. C’est comme si le simple fait d’être à nouveau avec quelqu’un était impossible, comme si j’étais devenue inapte à être en couple. Faut-il réapprendre à être en couple après une longue période de célibat ? Faut-il réapprendre à être en couple, à aimer ?

Le célibat, entre solitude et indépendance

Lorsqu’on (re)devient célibataire, on prend assez rapidement à nouveau l’habitude de ne penser qu’à soi et de ne compter sur personne, et pour personne en particulier.

Après la séparation, le temps file et le célibat devient un état de fait. Non pas que je me définisse par ce statut uniquement et que je considère qu’il me définit intégralement, mais c’est un fait, ma vie sentimentale a été durant une période, par choix ou non, synonyme de déception ou de désert affectif.

Etre célibataire après une longue relation

Se retrouver célibataire après une longue relation, c’est comme plonger d’un coup dans le grand bain, sans avoir pied, sans savoir nager. On se retrouve confronté à un univers avec des codes qui nous sont inconnus, sans mode d’emploi, sans se rappeler des mille et une façons de séduire. Il faut du temps pour s’habituer, comprendre, se situer.

De la même façon, après des mois ou des années de célibat, on acquiert, sans s’en rendre compte forcément d’ailleurs, des habitudes, bonnes ou mauvaises, qui rythment notre quotidien. On ne pense plus qu’à soi et par soi, on ne fonctionne plus en binôme, on devient malgré nous plus indépendant, plus autonome, même si on l’était déjà en couple. Par la force des choses, on est seul face à ses problèmes, ses projets, ses choix, ses décisions, sa vie. On est seul à décider de ce qui est bon ou mauvais pour nous, de ce qu’on va faire le lendemain, de ce qui est important. Et la solitude qui accompagne irrémédiablement le célibat nous oblige à ne compter que sur nous-même pour accomplir les choses et avancer.

Lire aussi : Solitude affective, l’angoisse quand personne ne m’attend

Alors, même si on est parent, même si on a une vie professionnelle et sociale actives, au quotidien, chez soi, dans l’intimité, on est seul. Et plus le temps défile, plus on oublie les sensations passées, on oublie ce qui faisait la réalité d’un couple.

Réapprendre à être en couple, à être deux

Sans parler nécessairement des élans du cœur, de grands sentiments qui nous bouleversent, on a l’impression que l’on ne saura plus, de façon très pragmatique, comment se comporter avec l’autre dans une relation naissante.
Sera-t-on à l’aise pour juste être ensemble ? Pour discuter, partager, accomplir certains gestes du quotidien, manger, sortir, dormir ensemble, faire l’amour ? Pour trouver des points de repère ?

La peur de mal faire, d’être maladroit, de ne pas être sur la même longueur d’ondes sont autant de questions que l’on peut se poser. Il est peut-être là le souci quand on n’a plus l’habitude de compter pour quelqu’un, d’être en couple.

On se pose beaucoup trop de questions.

Pourquoi je lui plais ? Pourquoi moi ? Va-t-on avoir des choses à se dire ? Serai-je à l’aise avec lui/elle ? Va-t-on se manquer ? Combien de temps faut-il laisser passer avant de se revoir ?

On cogite, on réfléchit trop, comme si on avait perdu le mode d’emploi du « être deux », comme si le fait de se mettre en couple à nouveau faisait partie de tout un processus de questionnements et d’étapes à franchir. Mais il n’y a pas de règles en la matière et surtout il ne faut pas se noyer sous toutes ces interrogations. Plus facile à dire qu’à faire aujourd’hui, alors qu’on a l’impression qu’affirmer son statut de personne en couple requiert comme une période d’essai sans délai de durée préétabli. Je crois que la solution est de rester égal à soi-même et de communiquer, de ne surtout pas taire les choses si on doute, tout en sachant doser. Il faut prendre le temps de vivre la relation et non pas de s’interroger sans cesse à son sujet au détriment de ce qu’on vit concrètement.

Les choses se font naturellement quand on est à l’aise, par des regards, des sourires, des mots échangés. En prenant le temps de se découvrir, en faisant preuve de patience et de curiosité à la fois. Je crois que c’est ce qu’il faut, se laisser le temps de s’apprivoiser l’un l’autre et d’apprivoiser le temps passé ensemble. Le plus difficile est de ne pas se mettre de pression quand on sent que cette nouvelle rencontre peut déboucher sur une vraie relation, sincère, équilibrée et pas seulement être une aventure légère.

Une histoire de confiance

Dans tout ce cheminement, la question de la confiance en soi, de sa capacité à plaire et à être aimé est souvent centrale. La confiance en soi et la confiance en l’autre sont deux éléments essentiels à prendre en compte pour pouvoir se lancer dans une nouvelle relation sentimentale suivie et sérieuse. Après une séparation douloureuse, il est courant de douter de soi, de son pouvoir de séduction mais également de sa capacité à aimer à nouveau.

La peur

La peur ne réside pas seulement dans l’absence d’estime de soi ou dans la peur d’être blessé à nouveau, mais parfois dans la sensation que les sentiments ne seront plus jamais au rendez-vous, que tomber amoureux ne nous arrivera plus.

Alors il faut souvent du temps pour y croire à nouveau, pour penser différemment, pour ouvrir son cœur, pour lâcher prise et accepter de se découvrir dans une nouvelle relation.

Chaque relation est unique et même si nous restons la même personne, nous évoluons au rythme des personnes rencontrées et des relations vécues. Nous ne nous comportons pas de la même façon en couple avec une autre personne parce que nous construisons une nouvelle histoire, en essayant de ne pas répéter nos anciennes erreurs et parce que ce que nous partageons avec l’autre est inédit.

Alors il faut parfois un temps d’adaptation et ne pas se laisser submerger par un flot de questions incessantes et stériles. Il faut peut-être juste s’autoriser le droit d’être bien à nouveau avec quelqu’un, sans se considérer indigne d’être aimé ou inapte à ressentir des émotions. Le mieux à faire est de laisser le temps faire son œuvre doucement, et d’aller à son rythme, naturellement. Aimer est inné ; la seule chose à réapprendre, c’est d’ouvrir une porte à quelqu’un pour lui faire une place dans sa vie.

LES PLUS LUS

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.