J’en ai marre que tu me dises que je suis hystérique alors que c’est toi qui me rends folle

Tu sais, avant toi, j’étais douce, calme et apaisée. Tu as mis le chantier dans mon coeur et dans mon âme ! J’ai parfois du mal à me reconnaître. Qui suis-je ? Je me suis perdue en toi et je ne sais plus comment me retrouver. Je ne remets pas toute la faute sur toi car il faut être deux pour avoir une victime et un bourreau. Ça veut aussi dire que j’y ai trouvé des bénéfices puisque je me suis laissée faire, je me suis laissée changer, apprivoiser, presque « marionnetter ».

Mais aujourd’hui, j’en ai marre

Je suis fatiguée d’avoir la sensation d’être bipolaire. Un coup je ris, un coup je pleure. J’ai envie de te voir à mourir puis je te déteste et ne pense qu’à te fuir. Un jour je t’aime plus que tout au monde, le lendemain j’aurais préféré ne jamais te rencontrer. Tu me fais passer d’une émotion à une autre, m’offrant tout ce que j’espérais d’un partenaire de vie puis me retirant tout, d’un coup, comme un pansement, me laissant seule avec mes illusions et mes espoirs déchus.

Je ne sais plus qui je suis, mais toi, qui es-tu ?

Si mes sautes d’humeur sont de plus en plus importantes, c’est aussi et surtout parce que dès lors que je crois t’avoir cerné, je découvrir une nouvelle facette de ta personnalité. Dès que tu me promets que tu vas changer, je me prends en pleine tête mes espoirs balayés. Un jour amour, un jour souffrance. Un jour projet et avenir, le lendemain l’envie de partir.

Non, je ne suis pas hystérique mais tu me rends folle

Ne peux-tu pas agir normalement, quotidiennement ? Me dire ce que tu as réellement sur le coeur plutôt que de me faire espérer chaque jour que demain soit meilleur ? Je préférerais que tu me quittes une bonne fois pour toutes, que je pleure un bon coup, pour une vraie raison ! Mais non, tu dois trouver ça plus fun de me bercer d’illusions.

S’il-te-plait, pars. Fais-moi mal une dernière fois mais pour une bonne raison. Je n’en peux plus de ne pas me reconnaître et de passer pour la fille hystérique alors qu’au fond, je suis certaine que tu sais que si j’agis ainsi c’est parce que tu le provoques. Adieu, merci. 

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire