Parler d'Amour
Lettre pour dire que je suis triste

Lettre pour dire que je suis triste

Auteur

Lettre d’amour pour exprimer la tristesse et l’incompréhension.

Je sais, la nostalgie c’est mauvais, ça fait vivre dans le passé, ça ne fait pas avancer. Je sais, tu me le répètes tout le temps. Tout le temps. Mais Pierre, c’est ce qui me fait vivre, c’est ce qui me tient encore en vie dans ce couple mort et vide. Alors tais toi et laisse-moi replonger dans mes souvenirs. 13 avril 2010. Tu es beau, tes yeux brillent dans le noir de la salle. Je craque tout de suite pour toi, ton humour pourri et ta manie de te tortiller les cheveux avec ton doigt. Je craque, je ne repousse pas l’amour, je l’accueille à  bras ouverts et je te le dis haut et fort : “fais attention, moi quand je donne, je donne à dix mille pour cents”, tu comprends ? Mais toi tu t’en fous, tu me veux, dans ton lit ou pour la vie, je n’en sais rien et c’est très bien ainsi.

Six ans après on partage le même appartement, le même lit, on rit encore beaucoup ensemble mais quelque chose s’est brisée. Toi tu dis rien. J’aime trop l’amour, j’aime trop aimer et j’ai trop aimé t’aimer.  Mais aujourd’hui, l’amour, notre amour en tout cas, ça commence à me peser sur mon petit moral… Tu vois, la peur de t’entendre rentrer et râler pour tout et n’importe quoi. Tu sais, l’angoisse de t’entendre me faire des reproches sur rien et sur moi : le ménage, le rangement ou mon amour, trop grand…Moi je croyais t’aimer de la bonne manière, t’aimer certes avec mon coeur cassé et un peu bancal, mais tout faire pour te rendre heureux. Toi tu me dis que je t’en donne trop : trop d’attention, trop d’amour. Tu sais pourquoi Pierre ? Parce que je le fais pour deux. Si tu ne veux pas me donner plus d’amour, si je t’énerve quand je réclame de l’attention, alors je t’en donne le double…Ne serait-ce que pour avoir l’impression d’en recevoir à mon tour.

Je n’imagine pas mon avenir sans toi parce qu’après six de vie commune et au moins quatre années de bonheur, je n’ai pas envie de me dire que l’histoire finie sur un échec. Je préfère être lâche et rester là dans les draps conjugaux à me dire qu’on a de la chance d’être ensemble, à raconter aux autres que toi et moi c’est la vie en rose alors que je chiale toute seule contre la porte de la chambre pour pas que tu m’entendes. Tu me reproches souvent d’être trop dans le paraître, c’est peut-être ce qui m’aide à faire face Pierre.

Je n’imagine plus mon avenir avec toi non plus. Comment me projeter ? Tu me hais, tu ne peux plus me voir en photo : la preuve tu m’engueules quand j’en poste sur les réseaux sociaux. Moi aussi j’en ai ras le bol de faire semblant, de te faire des compliments, des bisous à longueur de temps en espérant que tu me reviennes. Putain mais Pierre je sais, je sais que t’en que je ne suis pas partie tu resteras de marbre. Je n’ai plus dix-huit ans, je n’ai plus envie de faire du chantage affectif. Et quand je vais me barrer, ce sera mûrement réfléchi. Ouais, je pleurerai, ouais je serai au plus mal, ouais j’aurais sûrement l’impression d’avoir fait une énorme connerie. Mais je n’en peux plus d’avoir peur que tu me mentes, d’avoir peur que tu m’engueules, d’avoir peur de ne pas être à la hauteur.

Je crois que je ne te donnerai pas cette lettre mais si tu tombes dessus t’en mieux.

Je souffre mais continue de fermer les yeux !

Se faire écrire une lettre par un écrivain public

Ailleurs sur le web (sponsorisé)
Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.