Parler d'Amour

Je plais mais je suis seule : Le témoignage de Sophia

Je plais mais je suis seule : Le témoignage de Sophia

Envoyez de l'amour à vos proches !

Votre preuve d'amour demain matin dans la boîte aux lettres de ceux que vous aimez...

Auteur

Plaire ne signifie pas forcément trouver l’homme de sa vie dès la première rencontre. On peut être une femme séduisante, attirante et accrocher tous les regards sans pour autant sortir de son célibat. Des femmes qui plaisent mais qui sont seules, il y en a des milliers et ce n’est pas forcément un choix. Question de comportements, de mœurs d’aujourd’hui ? Jeu de séduction ? La solitude affective est souvent la partenaire principale de beaucoup de femmes qui, pourtant, plaisent aux hommes. Je plais mais je suis seule, voici le témoignage de Sofia.

Je plais mais je suis seule : témoignage de Sofia 27 ans, célibataire depuis 3 ans

« Depuis l’adolescence, je n’ai jamais eu de soucis pour avoir un petit ami. Au collège déjà j’avais un amoureux, un petit copain comme on disait à l’époque. En fait, je réalise que depuis mes 14 ans, j’ai rarement été célibataire longtemps. C’est après que les choses ont changé. Se sont compliquées. Et depuis  environ trois ans, je suis seule.

Car plaire à un homme ne signifie pas qu’il veuille prendre une place dans notre vie.

Sans vouloir être prétentieuse, je sais que je plais souvent aux  hommes. Je le vois lorsque je sors avec mes amis, boire un verre ou danser. Pendant une soirée, c’est assez rare que je ne me fasse pas aborder pour qu’on m’offre un verre ou qu’on me demande mon numéro de téléphone.

Alors oui, plaire et séduire c’est quelque chose que je connais, c’est vrai. Seulement je plais mais je suis seule.

 En effet, aujourd’hui je vais fêter mes 28 ans et je suis seule. Mon célibat m’accompagne maintenant depuis plusieurs années. Je me suis souvent posée la question de ma responsabilité ces derniers temps.

Le physique est la première chose que l’on voit et mon apparence, qui pourrait être un atout, finit en fait par me desservir.

Être une jolie femme qui prend soin d’elle, qui a un physique avantageux ne signifie pas être heureuse ou faire tomber amoureux un homme.

C’est sûrement un faux problème pour beaucoup mais c’est une réalité que je connais depuis trois ans maintenant. Si plaire est flatteur, si cela fait du bien à l’ego, il n’en demeure pas moins que ça ne comble pas ma solitude et ne remplit pas mon cœur.

 Plus jeune, je ne me posais évidemment pas la question sous cet angle. On cherche rarement à faire sa vie à 18 ans. En fait on ne se pose pas la question. J’ai eu plusieurs petits copains entre le collège et le lycée. Une grande histoire d’amour alors que j’étais étudiante.

Le grand amour pendant 4 ans, enfin je l’ai cru. Mais depuis je plais mais je suis seule.

Toutes mes amies ou presque sont en couple autour de moi et je me retrouve souvent la seule célibataire. En tout cas depuis plusieurs années.

Je suis souvent épinglée comme la jolie fille un peu volage, pas sérieuse ni prête à se poser. Il a souvent fallu que je justifie mon statut alors que je le subis.

« Tu dois vraiment être difficile pour être toujours seule », « Comment se fait-il que tu n’arrives pas à retenir l’attention d’un homme ? », « Tu fais tellement de rencontres faut dire… » ou bien « Tu en n’as pas marre de collectionner les hommes ? »

Des réflexions ironiques ou jugeantes qui se veulent drôles. Je connais cela par cœur. Alors j’ai bien conscience qu’il n’y a rien de grave à tout cela et qu’il est sûrement plus facile de plaire facilement que de plaire rarement, que de déplaire. Si je connais le jeu de la séduction, c’est trop souvent à mes dépens.

Être une belle femme aux yeux de la gente masculine n’est pas un gage de bonheur.

Quand une fille est jolie, trop d’hommes ont tendance à penser qu’elle n’est que cela et ils ne cherchent donc pas à creuser plus avant. 

Si j’ai longtemps assumé mon célibat, aujourd’hui il est devenu un poids un peu lourd à porter.

J’ai en fait l’impression d’être responsable de ma solitude comme si, à trop plaire, on devait forcément le payer. Je n’ai peut-être rien d’une femme innocente mais je ne suis pas une croqueuse d’hommes pour autant.

Et si depuis plusieurs années je suis célibataire c’est justement parce que je n’ai pas voulu laisser à des hommes une chance de me blesser davantage.

J’en ai eu marre de voir dans des rencontres des histoires d’amour potentielles alors qu’il ne s’agissait pour ces hommes que d’un défi, d’un challenge d’un soir. Me mettre dans leur lit pour une nuit ou plusieurs puis plus rien.

 Si plaire est flatteur, ça l’est beaucoup moins de se rendre compte qu’on est qu’un physique, un corps, une sorte de fantasme pour beaucoup d’hommes.

Je plais mais je suis seule car je n’ai plus confiance

A force de mésaventures et de déceptions, je me suis isolée dans ma bulle, enfermée dans ma coquille et j’ai peur de laisser une nouvelle chance à un homme.

Je n’arrive plus à faire confiance et à me dire qu’il ne s’agira pas seulement d’un beau parleur, d’un séducteur qui essaiera de m’avoir à tout prix par des belles paroles.

 Je n’ai pas l’impression d’en faire plus que plein d’autres femmes séduisantes. Je ne pense pas être aguicheuse mais je suis assez lucide pour savoir que si je veux sortir de ce cycle infernal, il faudra sûrement modifier un peu mon comportement.

Je ne vais pas me changer totalement, je veux rester moi-même. Mais peut-être faut-il que je modifie cette première impression que beaucoup d’hommes semblent avoir de moi.

Je ne vais pas pour autant me transformer en garçon manqué, en femme négligée. Mais il faudra que je parvienne à sortir de ma carapace, à ne plus avoir ce blocage et à refaire confiance.

Je plais mais je suis seule : est-ce ma faute ?

L’image que j’ai de moi-même est sûrement erronée, c’est pour cela que je ne dois pas envoyer les bons signaux aux hommes que je rencontre. Cette remise en question est devenue permanente. Que fais-je de mal, que dois-je changer ?

 Je ne pense pas être coupable des relations éphémères qui sont l’apanage du célibat d’aujourd’hui. Peu importe dans quel sens je prends le problème, même si je plais, je ne suis pas la seule femme séduisante à être seule aujourd’hui. A se faire avoir en amour, à connaître les grandes promesses et les belles paroles. C’est un fait.

Si la séduction est rassurante, si plaire est flatteur pour l’ego, cela n’apporte rien de plus. Juste du vide. De la solitude.

Je ne veux pas plaire, je veux retenir l’attention d’un homme. D’un seul, celui qui saura voir celle que je suis vraiment derrière mon maquillage et mes formes.

Je plais et je suis seule mais je suis encore jeune, j’ai encore le temps de changer les choses. Et de trouver l’homme de ma vie. »

Voir les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

LES PLUS LUS

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.