Parler d'Amour
Top 5 des inconvénients de dormir à deux (et leurs solutions)

Top 5 des inconvénients de dormir à deux (et leurs solutions)

Auteur

Aaah, dormir avec l’élu de votre cœur, quel bonheur ! Non, sérieusement. Qui n’a jamais été réveillé(e) par les habitudes nocturnes de l’autre ? Top 5 des situations un peu nulles et carrément galères qu’on a tous vécu, ou presque.

1. Il ronfle

Après ce moment d’intimité particulièrement torride, vous avez échangé de belles phrases sur vos sentiments puis vous avez fermé les yeux, la tête reposée contre sa poitrine, quand soudain… Rrrpssch. Et quand vous réveillerez monsieur, il vous regardera d’un air étonné et prétendra, avec toute la mauvaise foi possible que non, il ne ronflait pas.

Man sleeping and snoring, overhead view

La solution : des boules quiès. C’est assez désagréable, au début, mais on s’y habitue vite. Ou un traitement pour votre compagnon, des ronflements trop fréquents peuvent être signalés à un médecin.

Enfin, sachez que même si j’ai dit « il », ça n’empêche pas les filles de ronfler aussi, parfois. Un gros rhume n’épargne personne. Ne faîtes pas les innocentes, vous êtes grillées.

2. Il prend beaucoup trop de place

Vous dormez tranquillement quand soudain, il vient vous écraser en étalant son bras. Vous n’avez plus qu’un tout morceau, sur le bord du lit.

chat-lit-2

La solution : Un lit plus grand. Si vous êtes dans cette difficile condition d’étudiants, à dormir dans un tout petit lit une place (9m² obligent), mettez le matelas à terre, vous ne serez plus gênés par le mur ou la peur de tomber du lit et dormirez un peu mieux à deux.

3. Il fait trop chaud

Enfin, vous vous rendormez paisiblement, vos boules quiès dans les oreilles… Pour vous réveiller cinq minutes plus tard, en nage, vos bras collé au torse moite de votre moitié. Il fait vraiment très chaud, au sens propre du terme. Ce qui est un peu moins glamour et sexy.

Se faire écrire une lettre par un écrivain public

transpiration-nocturne

La solution: Pour ne pas échanger toute votre transpiration, la solution serait d’investir dans un ventilateur colonne silencieux, ou bien de s’écarter le temps de s’endormir. Ou encore d’enlever la couverture.

4. Maintenant il fait trop froid et il vous pique toute la couverture

Le ventilateur c’était cool mais vous avez un peu forcé dessus et souhaitez récupérer ce drap qu’il s’est approprié. Bizarrement, monsieur y semble très attaché, vous tirez dessus jusqu’à vous en faire mal aux bras, vous tentez même de le réveiller mais rien à faire. Vous êtes condamnée à mourir frigorifiée, dans la nuit.

La solution ? Avoir deux couvertures. Même si c’est pour un lit double. Ca peut paraître ridicule mais chacun tire de son côté et tout le monde est content. L’indépendance, dans le couple…Ou alors… Avoir la super-mega-couette-de-la-mort:

froid

5. Le drame : vous voulez tous les deux le même côté du lit

Vous voulez être contre le mur mais lui aussi. Comment faire à part céder sa place chérie une nuit sur deux ? C’est LE problème du couple, avant même les beaux-parents, le programme à la TV le samedi soir ou les tours de vaisselle.

Il n’y a pas de solution à ce terrible drame mais vous pouvez vous consoler en plaçant stratégiquement le meilleur oreiller, de façon à avoir au moins un lot de consolation au moment où vous vous retrouvez côté vide. Ou déplacer le lit pour être tous les deux satisfaits, si la pièce vous le permet.

Pourtant, quand on y repense, dormir à deux est loin d’être une véritable épreuve, on en garde généralement les meilleurs souvenirs, la proximité de l’autre dans un moment intime (dans la mesure où on peut estimer que le sommeil est quelque chose de relativement intime), le câlin au réveil, la joie de commencer la journée à deux…

Ailleurs sur le web (sponsorisé)
Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.